affiche-festival-du-film-amiens-fifam-programme

Coup de projecteur sur la 42ème édition du FIFAM

Portée par une nouvelle directrice artistique, la trentenaire Marie-France Aubert et illustrée par l’artiste Hakima El Djoudi, la 42ème édition du FIFAM aura lieu du 11 au 19 novembre dans les salles de la Maison de la Culture, du Ciné St-Leu et du Gaumont Amiens. À la fois riche, éclectique, festive et accessible, la programmation traversera les continents pour célébrer les visages du monde entier mais aussi la jeunesse, le patrimoine et l’Histoire du cinéma. Cette année, le FIFAM aura l’honneur de recevoir entre autres, la réalisatrice Alice Diop pour une carte blanche et l’avant-première de Saint-Omer, son premier film de fiction doublement primé à Venise, l’actrice Cécile de France qui viendra présenter La Passagère d’Héloïse Pelloquet ainsi que les réalisateurs Jean-Gabriel Périot (Retour à Reims), Nicolas Pariser et l’américain Whit Stillman (Les Derniers Jours du disco). Soucieux de conserver sa fibre africaine initiée par Jean-Pierre Garcia, le festival rendra également hommage au documentariste sénégalais Samba Félix Ndiaye.

affiche-festival-du-film-amiens-fifam-programme
Affiche du festival signée Hakima El Djoudi

Incontournable rendez-vous cinéphile amiénois, le FIFAM se déroulera du 11 au 19 novembre à la MCA, au Ciné St-Leu et au cinéma Gaumont. Parmi les temps forts de cette édition 2022 : une carte blanche à la réalisatrice Alice Diop, une rétrospective archiVives mettant notamment à l’honneur la filmographie de Jean-Gabriel Périot, un rendez-vous festif autour de la robe à paillettes au cinéma, ou encore un focus sur le documentariste sénégalais Samba Félix Ndiaye. De nombreuses autres rencontres et avants-premières viennent compléter la programmation, sans oublier les séances destinées au jeune public.

● Compétition internationale

Cette année, la compétition réunira douze longs-métrages, fictions et documentaires confondus :

A Piece Of Sky de Michael Koch (Suisse, Allemagne)
About Kim Sohee de July Jung (Corée du Sud)
Alma Viva de Cristèle Alves Meira (France, Portugal)
Ashkal de Youssef Chebbi (France, Tunisie)
Children of the Mist de Hà Le Diem (Vietnam)
How to save a dead friend de Marusya Syroechkovskaya (Suède)
La Hija de todas las Rabias de Laura Baumeister (Nicaragua)
Nous, étudiants ! de Rafiki Fariala (Rép. centrafricaine, France, Congo-Kinshasa, Arabie saoudite)
Olho Animal de Maxime Martinot (France)
Our lady of the chinese shop de Ery Claver (Angola)
Sur le fil du Zénith de Natyvel Pontalier (France, Belgique et Gabon)
Tahara de Olivia Peace (États-Unis)

 

La réalisatrice Lucie Borleteau (Fidelio, l’odyssée d’Alice, Chanson douce) présidera le jury longs-métrages, accompagnée de Dominique Choisy, Bertille Joubert, Mathilde Forget et Raya Martigny.

Quatorze courts-métrages ont également été sélectionnés :

Astel de Ramata-Toulaye Sy (Sénégal, France)
By Flávio de Margarida Moz (Portugal)
Cuaderno de agua de Felipe Rodríguez Cerda (Chili)
Des jeunes filles enterrent leur vie de Maïté Sonnet (France)
Fantasma Neon de Leonardo Martinelli (Brésil)
La Grande Quercia de Maria Gimenez Cavallo (Italie)
Ici s’achève le monde connu de Anne-Sophie Nanki (Guadeloupe)
Lessivés de Taymour Boulos (Liban, Belgique)
Memoir of a veering storm de Sofia Georgovassili (Grèce)
Phone Echo de Anouch Basbous (France)
Le Roi n’est pas mon cousin de Annabelle Aventurin (Guadeloupe)
Soirée mousse de Laïs Decaster (France)
TNT de Olivier Bayu Gandrille (France)
urban solutions de Vinícius Lopes, Arne Hector, Luciana Mazeto et Minze Tummescheit (Allemagne, Brésil)

● Carte blanche à Alice Diop

Le FIFAM accueille la réalisatrice Alice Diop pour une carte blanche. L’occasion de découvrir sa riche cinéphilie et de se pencher sur les films qui ont marqué et construit son regard. Parmi eux, Le Rayon vert d’Éric Rohmer, Chronique d’une banlieue ordinaire de Dominique Cabrera, Losing Ground de Kathleen Collins ou encore Sud de Chantal Akerman.

Cette rencontre exceptionnelle sera également marquée par l’avant-première de Saint-Omer, son premier long-métrage de fiction doublement récompensé par le Lion d’Argent et le Lion du Futur à la Mostra en septembre dernier. S’inspirant du procès de Fabienne Kabou accusée d’infanticide en 2013, Saint-Omer met en vedette Guslagie Malanda (Mon amie Victoria) dans le rôle d’une immigrée sénégalaise qui abandonne son bébé de 15 mois sur une plage du Nord à marée montante. Lauréate du prestigieux Prix Jean Vigo, Alice Diop représentera la France aux Oscars 2023.

● Séances Coups de cœur et avant-premières

Parmi les invités de cette 42ème édition, l’actrice Cécile de France, vue récemment dans Illusions Perdues de Xavier Giannoli et De son vivant d’Emmanuelle Bercot, viendra présenter le délicat La Passagère dans lequel elle interprète le rôle de Chiara, femme d’une quarantaine d’années qui va vivre une histoire d’amour adultère avec un très jeune homme. Le réalisateur Nicolas Pariser (Alice et le maire) défendra quant à lui Le Parfum vert, film policier burlesque qui réunit Vincent Lacoste et Sandrine Kiberlain. Côté avant-premières également, La Guerre des Lulus, adaptation de la bande dessinée éponyme de Régis Hautière et Hardoc mais aussi le documentaire Nos Ombres d’Algérie signé Vincent Marie. Enfin, les plus jeunes festivaliers pourront s’émerveiller devant le film d’animation Dounia et la princesse d’Alep réalisé par Marya Zarif et déjà sélectionné à Annecy.

● Rétrospective ArchiVives

Amateurs, officielles, militantes ou cinéphiles, les archives traversent le temps et offrent un terreau précieux. Lorsque les cinéastes s’en emparent, qu’implique ce geste en termes historiques, esthétiques, politiques ? Réactivées et remontées, ces traces permettent un travail de mémoire collectif mais renferment aussi une puissance poétique qui ravivent les luttes. Cette rétrospective s’intéresse plus particulièrement au travail de montage et aux documentaires de Jean-Gabriel Périot, autre invité du festival, avec des films tels que Retour à Reims (Fragments), Nos défaites, Une jeunesse allemandeL’Art délicat de la matraque ou encore The Devil. Le réalisateur sera présent les 16 et 17 novembre.

De plus, ArchiVives regroupe une sélection de documentaires italiens parmi lesquels Il Varco et Le train pour Moscou de Michele Manzolini et Federico Ferrone, Vogliamo anche le rose et Un’ora sola ti vorrei de Alina Marazzi.

● Rendez-vous « Robe à paillettes »

De la pulpeuse Jessica Rabbit de Robert Zemeckis aux pimpantes sœurs jumelles de Jacques Demy, cette thématique à la fois fun et glamour questionnera l’enjeu du costume dans la narrativité et la personnalité d’un film, son impact sur la représentation des femmes au cinéma et des communautés queer. Les spectateurs pourront ainsi redécouvrir quelques grands classiques du septième art tels que The Mask de Chuck Russell en ouverture du festival, puis Les Lèvres Rouges de Harry Kümel, Les Derniers Jours du disco de Whit Stillman en sa présence exceptionnelle, mais aussi Casino de Scorsese, Les Demoiselles de Rochefort, Freak Orlando et autres films cultes.

Lauréate de trois César, la costumière Anaïs Romand (Holy Motors, La Religieuse, La Danseuse, Les Volets verts) viendra rencontrer le public à l’issue de la projection du biopic Saint Laurent réalisé par Bertrand Bonello.

● Focus sur Samba Félix Ndiaye

À l’occasion de la restauration de Trésors des poubelles sorti en 1989, le FIFAM rendra hommage au cinéaste sénégalais Samba Félix Ndiaye (1945-2009). Tout au long de sa carrière, il s’est consacré au champ du documentaire, animé par un regard singulier, une écoute, une liberté, apportant une rupture formelle, se positionnant contre l’héritage colonialiste et capitaliste, dans une volonté de résistance qui ne s’essoufflera jamais. De nombreux invités viendront témoigner de la marque qu’il a déposée dans l’Histoire du cinéma. Seront également projetés : Dakar-Bamako (1992), Lettre à Senghor (1998) et Questions à la terre natale (2007).

Retrouvez ici le programme complet du FIFAM 2022. Sévan Lesaffre

Critique cinéma LeMagduCiné