Inscrit23 juin 2019
Articles238
« Il faut que je m’occupe de tout ici… Il faut que je gère mon diabète, il faut que je m’occupe de monsieur, des courses, de l’entretien de la maison et j’en passe… Moi aussi, j’aimerais bien prendre du temps pour moi. »
« - Bon, j’ai une question. Pourquoi tous les appartements de cet immeuble ont des numéros différents ? En bas, c’était le numéro 12, ici c’est le numéro 18. Comment ça se fait ? - C’était une idée de l’ancien propriétaire de la maison. Il a gagné à la loterie. Avec le pactole, il a acheté cet immeuble. Chaque appartement porte un de ses numéros gagnants. »
« En général, le mur qui ceint le monde physique est impénétrable. Mais, l’histoire recèle maintes descriptions de portails entre notre monde et des mondes voisins. Le plus souvent, ces récits parlent de zones fragiles où le tissu spatio-temporel se déchire légèrement. Même s’il n’est pas aisé de les franchir, ces régions offrent u accès direct au royaume de l’esprit. De tels portails sont rares, et indécelables pour la plupart des humains. Toutefois, on pense que certains êtres particulièrement purs et innocents ont la faculté de percevoir ces passages sacrés. »
« Donc éclatant, ça n’allait pas, et « trop triste » ça n’allait pas, non plus que « trop joyeux », en substance il fallait traverser les jours en n’étant rien du tout ; et sans penser non plus, du moins pas trop fort, c’est pourquoi tout le monde gardait ses pensées intimes par-devers soi, à l’abri de recoins secrets. Quant à p’pa et m’ma, p’pa se complaisait trop dans la mine longue et m’ma mettait trop d’entrain à se mettre en marche, de l’avant, et à intervalles réguliers p’pa déprimait et devait être hospitalisé, et m’ma en conséquence oubliait son en marche, de l’avant et se fâchait après lui qui l’avait abandonnée avec nous dans ce pétrin. »
« De la perte des quelques 250 grammes de viande avariée que constituaient sa main droite, Lavrine dira que c’est une expérience qui l’a changé à jamais. Il ne s’agit pas tant de la chair qu’on découpe, ni de l’os qu’on sectionne… mais de sa main comme représentation irrécusable de la putréfaction certaine de la vie en général, et de son corps replet en particulier. »