4.2
faust-sokourov-critique
Quatrième film d’une quadrilogie consacré au pouvoir, Faust d’Alexandre Sokourov traduit le célèbre mythe de Goethe dans un registre aussi flamboyant que dérangeant. Après Moloch, Taurus et Le Soleil, consacrés à Hitler, Lénine et Hiro Hito, voilà que se dévoilent sous le pinceau du maître les visages diaboliques et divins de l’être humain.
skyfall-sam-mendes-daniel-craig-judi-dench-critique-film
23ème film officiel de la série James Bond (sans compter le Casino Royale parodique de 1967 et Jamais plus jamais), Skyfall, réalisé par Sam Mendes, parvient à la fois à respecter les codes de la saga et à proposer quelque chose de nouveau par son ampleur dramatique.
4.2
tabou-gomes-critique-film-Miguel-Gomestabou-gomes-critique-film-Miguel-Gomes
Avec Tabou, Miguel Gomes se joue des codes du cinéma muet pour créer une œuvre neuve, brillante, riche et intemporelle, remplie d'idées brillantes et pleines de sens, aussi bien esthétiquement que scénaristiquement. Deux parties, deux mondes, deux époques qui se répondent dans un écho vertigineux. Et puis au milieu une tragédie amoureuse superbe et terrible. Un classique instantané.
films-classiques-boy-meets-girl-leos-carax
Le film préféré est le fétiche ultime, le souvenir inoxydable, le bonheur inattaquable. Comment écrire sur toute autre oeuvre sans avoir laissé une trace de notre amour pour celui-ci ? Retour vagabond sur le poème blessé qu'est Boy Meets Girl, de Leos Carax.
jours-de-36-theo-angelopoulos-critique-film
En 1972, cela fait déjà cinq ans que la Grèce est redevenue une dictature militaire. Ne pouvant aborder directement l'état politique de son pays du fait des restrictions à la liberté d'expression, le réalisateur Theo Angelopoulos décide de faire un parallèle avec le coup d'état militaire de 1936. Jours de 36, son deuxième long métrage, impose ce style si particulier au grand cinéaste.