mario-bava-magicien-des-couleurs-livre-critique
L’ouvrage de Gérald Duchaussoy et Romain Vandestichele, Mario Bava - Le magicien des couleurs, convoque autant la recherche historique et la mise en perspective contextuelle de la filmographie de Mario Bava avec son époque que l’analyse purement technique d’un genre, le giallo. Un genre iconique au possible, nébuleux, baroque, imbibé de désir et qui éclabousse la rétine par sa volonté de transgressions visuelles. 
« En compagnie d’Estelle, Dorothy devenait plus tapageuse, puérile et joyeuse qu’avec n’importe qui d’autre. Estelle faisait ressortir les instincts subversifs chez ceux qu’elle fréquentait. Pour leur toute première rencontre, elles avaient atterri dans la cuisine d’Estelle où elles avaient sifflé une bouteille de sherry à 2 heures de l’après-midi en se racontant leur pauvre vie, et celle-ci leur avait paru si désespérante qu’un fou-rire de plusieurs minutes les avait gagnées. Elles étaient amies depuis ce jour-là. »