oeillades-2022-annie-colère-critique-film.jpg
Dans Annie Colère, son troisième long-métrage porté par une Laure Calamy à vif, Blandine Lenoir (Zouzou, Aurore) pose un regard à la fois intime, lumineux et émouvant sur les destins oubliés des militantes du collectif MLAC, qui pratiquaient, à l'aide de la méthode Karman, des avortements avant leur légalisation par la loi Veil en 1975. Sensible et délicat, le film explore l'intime pour tendre vers l'universel sans chercher à imiter L'Événement d'Audrey Diwan sorti l'année dernière.
ailleurs-si-jy-suis-critique-film
Dix ans après Mobile Home, le belge François Pirot réalise Ailleurs si j’y suis, une seconde comédie aux allures de conte existentiel inspirée du récit "Walden ou la Vie dans les bois" de Henry David Thoreau. Porté par l’épatant Jérémie Renier en héros aliéné qui renonce brusquement à son confort d’homme moderne pour se reconnecter à la nature, ce film choral à la fois poétique et décalé met en scène une galerie de personnages fantaisistes, drôles, attachants remarquablement écrits et incarnés. Une réussite. 
de-grandes-esperances-sylvain-desclous- critique-film
Après avoir interprété la jeune Simone Veil dans le biopic éponyme d'Olivier Dahan, Rebecca Marder revient à l’affiche du drame De grandes espérances, second long-métrage de Sylvain Desclous. Elle y joue Madeleine Pastor, étudiante brillante et ambitieuse destinée à une haute fonction politique. Hantée par un meurtre malencontreux, celle-ci va peu à peu s’enliser dans ses mensonges censés disculper son amant (Benjamin Lavernhe) et ce jusqu’à perdre son poste de conseillère auprès d’une ancienne ministre campée par Emmanuelle Bercot.
fifam-2022-avis-film-ashkal-de-youssef-chebbi
Ashkal, en compétition au FIFAM 2022, est un film fascinant et déroutant.  Un récit de feu, de mort, de corruption. Une enquête impossible, telle celle de La Nuit du 12, mais où tout flambe, tout suinte, tout est caché. Un grand film de désespoir collectif porté par une mise en scène d’une grande qualité (métallique, sombre, intense).
every-heaven-in-between-helio-pu-interview-fifam-2022
Une sélection des courts métrages de fin d'études des élèves de la Fémis était présentée au FIFAM 2022. L'occasion de découvrir des regards, des singularités et d'échanger avec les artistes qui feront sans nulle doute, en partie, le cinéma de demain. A l'issue de cette rencontre et de la projection de Anansi, Every Heaven in Between, Les Œufs du serpent et Radiadio; Helio Pu a répondu à nos questions. Un échange passionnant.
tahara-fifam-2022-avis-film
Tahara est un film d'adolescence inventif et déstructuré avec deux héroïnes modernes. Présenté en compétition du FIFAM 2022, Tahara est une comédie ciselée sur les faux-semblants et le deuil, filmée le temps d'une journée où tout bascule pour nos deux héroïnes.
les-levres-rouges-critique-film-fifam
Un couple de jeunes mariés va passer sa lune de miel dans un palace désert sur la plage hivernale d’Ostende. Là, il rencontre la comtesse aux lèvres rouges, une femme vampire magnifiquement incarnée par la beauté glaçante et énigmatique de Delphine Seyrig. Le voyage de noces tourne bientôt au cauchemar. Classique du cinéma fantastique réalisé par le belge Harry Kümel, Les Lèvres rouges (1971) est projeté au FIFAM dans le cadre de la programmation « robe à paillettes ».
arras-film-festival2022-conclusion
Oraison pas funèbre, l’Arras Film Festival ritualisa le deuil pour célébrer la vie. Ensemble et hors salles lorsque le village du festival donnait le coup d’envoi de ses incontournables afters musicaux. À la manière d’une coutume traditionnelle qui honorerait la mémoire des défunts en fêtant le mouvement des vivants.
fifam-2022-freak-orlando-critique-film
Objet de cinéma expérimental évoquant à la fois Virginia Woolf, Tod Browning et Fritz Lang, doublé d'un manifeste sur le genre, la difformité du corps, l’interchangeabilité des sexes et leurs représentations dans l’art, Freak Orlando est une monstrueuse parade, une orgie kitsch surréaliste et grotesque menée par deux créatures hors du temps interprétées par Magdalena Montezuma et Delphine Seyrig. Une œuvre excentrique, transgressive, inclassable, dont l’extravagance visuelle déroute le spectateur autant qu’elle ne l’enchante.