PositionResponsable Cinéma
Inscrit5 janvier 2017
Articles84
cercle-des-poetes-disparus-cinema-ecole-robin-williams-peter-weir
Lieu universel de transition, l'école peut nous mener de l'épanouissement au cauchemar. Caractérisée autant comme un lieu d'émancipation que comme un espace de formatage inégalitaire, l'école se retrouve représentée dans la diversité de ses conceptions sur le grand écran. Du social au fantastique, de Poudlard au M.I.T, que raconte le cinéma sur l'école en tant que lieu et institution ?
yesterday-hamish-patel-danny-boyle-beatles-film-critique
Yesterday est une ode à la musique dans ce qu'elle a de plus fort : son caractère fédérateur et son rôle fondateur de la mémoire collective. A travers la disparition des Beatles dans notre monde, dont seul se souvient un jeune musicien raté, Danny Boyle plonge dans notre rapport à l'art. Celle qui a su façonner une partie de notre histoire et dont l'absence est la pire des douleurs. Plus qu'une déclaration, une chanson d'amour.
hannibal-lecter-anthony-hopkins-silence-agneaux-des-top-tueurs-favoris-cinema
Ils commettent le pire du crime : celui d'ôter la vie. Non sans déplaisir, ils sont les coupables des plus grandes atrocités, pourtant nous les aimons. Ces tueurs maniaques, sociopathes ou compulsifs nous fascinent à travers une obsession quasi-morbide. Dans le cadre de notre cycle sur les tueurs en série au cinéma, on vous parle de nos tueurs favoris. Des fois même nous souhaiterions les voir arriver à leurs fins...
L'hiver est venu mais il n'a pas fait aussi froid que prévu. Cette ultime de saison de Game of Thrones aura fait beaucoup de déçus. Personnages inconsistants, arcs expédiés.. Les reproches ont été nombreux. Mais par-dessus tout, les aventures de nos héros à Westeros nous ont laissé un goût différent, comme s'il agissait de la fin d'une autre série que celle que nous avons suivie pendant 10 ans. On a cherché à comprendre pourquoi. Analyse.
avengers-endgame-critique-analyse-russo-chris-evans-robert-downey-jr-iron-man-captain-america
Ultime chapitre d'une saga étendue sur plus de dix ans et une vingtaine de films, Avengers : Endgame est tout à la fois. Une réussite spectaculaire, un sketch parfois risible, un rêve de gosse, le plaisir geek absolu. C'est du jamais vu, de l'incroyable, du grandiose. Mais aussi du ridicule, de l'énervant, de l'incohérent. Ce qu'a réussi à créer Marvel en onze ans est sans précédent. Et la probabilité qu'un Avengers : Endgame se reproduise une nouvelle fois tient de l'infime. Analyse. 
Pourquoi s'infliger consciemment le pire pour le plaisir ? Du Manoir du diable à Conjuring, les frissons font la sève du cinéma d'épouvante. Les films d'horreur fouillent dans nos émotions les plus profondes, décortiquant nos cauchemars et nos angoisses. Le Mag du Ciné interroge notre rapport fasciné aux œuvres horrifiques et surtout à notre besoin insatiable de se faire peur. L'époque où nous étions terrifiés de ce qui pouvait se cacher sous notre lit n'est jamais si loin.