Rétrospective Coppola : Peggy Sue s’est mariée, petit film grand héritage

Dans le cadre de notre rétrospective Coppola, on remonte dans le temps pour un des premiers OVNI de la filmographie du réalisateur : Peggy Sue s’est mariée. Rarement cité et plutôt mésestimé, ce charmant et léger long-métrage ne marque pas l’un des plus grands exploits du réalisateur. Pourtant, elle a laissé un héritage considérable jusqu’à définir un pan de la comédie. Et si on pouvait tout recommencer ?

Quand on évoque la filmographie de Coppola, on pense à la cultissime trilogie mafieuse du Parrain, au chef d’oeuvre belliqueux Apocalypse Now ou au plus controversé Dracula. Ce qui est sûr c’est que Peggy Sue s’est mariée n’arrive que très rarement en tête lorsque l’on parle de l’oeuvre du réalisateur américain. Et pour cause : Peggy sue s’est mariée s’est toujours inscrit comme un film mineur de la large filmographie de Coppola. Au milieu des années 80, la situation est simple : Francis Ford Copolla est ruiné et il est prêt à accepter plusieurs projets de commande. C’est pourquoi ce joli drame se retrouve entre les mains du réalisateur légendaire. S’il s’agit d’un film de commande, le réalisateur arrive à transposer des thèmes qui lui sont chers dans cette charmante comédie. Notamment cette idée de jeunesse et mélancolie qui parcoure le film, également présente dans l’Homme sans âge ou de l’amour confronté au temps dans Dracula. Il y a donc déjà dans la genèse du projet la mélancolie d’un temps qui n’est plus. Le film marque aussi la seconde partie de sa carrière. Après des monuments historiques aux budgets démesurés tels qu’Apocalypse Now ou Le Parrain, le réalisateur s’attelle à des récits plus personnels mais pas toujours légers.

Un récit nostalgique

Dans le cas de Peggy Sue s’est mariée, l’auteur conte une histoire toute en nostalgie. Peggy est une femme de 43 ans qui tente de se reconstruire après un divorce douloureux avec Charlie, son amour de lycée. Pour l’anecdote, l’ex-mari est incarné par Nicolas Cage, neveu du réalisateur qui a toujours tout fait pour qu’on le distance du nom de son oncle. Ne cessant de regarder dans le passé, elle va s’évanouir et se réveiller dans les années 60, là où tout est encore possible. L’un des principaux atouts du film est cette exploration nostalgique des sixties. Plus qu’un simple bond dans le temps, Coppola visite le passé de Peggy, les images et les tableaux qu’elle s’en est faite. Comme cette fantastique scène où la bande de Charlie chante sur scène, avec un Jim Carrey encore méconnu. Peggy et ses copines sont en folie face à ces beaux garçons en costume. Des images toutes faites et directement parlantes, comme on s’en reproduit des époques passées. Même celles que nous n’avons pas vécues. La série Stranger Things a reproduit exactement la même nostalgie, dans une démarche plus opportuniste, avec sa revisite des années 80. Les musiques, les symboles, les costumes, les décors. Ce n’est pas comme c’était, mais comme on veut s’en rappeler.

La comédie temporelle

Mais il est bon de ne pas oublier qu’il s’agit d’un film de commande. Peggy Sue s’est mariée suit directement le succès de Retour Vers le Futur, où le héros se devait de rabibocher ses parents en retournant dans le passé. Les années 50 en l’occurrence. Le film de Coppola rappelle que ce qui constitue aujourd’hui les bases solides de notre vie sont le résultat de petits choix, de décisions et de rencontres. Souvent faits de manière anodine des décennies auparavant. Ainsi, que pourrait-il se passer si nous n’étions pas tombée enceinte à la sortie du lycée ? SI nous avions préféré un autre garçon de la chorale ? Ou si nous n’avions pas donné suite à ce fameux rencard ? De jolies questions où le spectateur, dans sa réalité, ne pourra jamais trouver de réponses. Peggy Sue s’est mariée est effectivement un film mineur du réalisateur, mais il a tout de même eu un impact considérable sur de nombreuses productions. C’est presque un genre entier de la comédie, souvent romantique, qui a découlé de ce film. Dans Camille redouble, Noémie Llvosky revit ses seize ans après avoir été plaquée par l’homme de sa vie. Le personnage de Camille est bien moins sage que celui de Peggy mais  on retrouve le même schéma et les mêmes mécanismes. La plupart de ces bonds dans le temps se font souvent à la suite de la perte d’un amour. Celui qui nous a fait  ne jamais se poser de questions pendant des années. La comédie américaine Le Spa à Remonter dans le temps propulsait une bande de potes quarantenaires durant un été adolescent qui a changé leur vie. Les gars saisissent l’occasion pour corriger leurs erreurs. Puis bon, accessoirement, devenir riches. Dans le film anglais, Il était temps, le héros capable de voyager dans le temps abandonne ses capacités lorsqu’il réalise qu’il doit profiter du temps qui lui est donné. Comme Peggy Sue qui choisit la réconciliation et l’union. Dans l’exploration de notre passé, on retrouve la sérénité qui manquait à notre présent. Coppola a eu l’humilité de ne pas se contenter de ses exploits passés. Pour un présent peut-être moins glorieux mais plus apaisé.

Bande-annonce – Peggy Sue s’est mariée

Fiche technique : Peggy Sue s’est mariée

Réalisation : Francis Ford Coppola
Scénario : Jerry Leichtling et Arlene Sarner
Casting : Kathleen Turner, Nicolas Cage, Barry Miller, Catherine Hick, Joan Allen
Photographie : Jordan Cronenweth
Musique : John Barry
Montage : Barry Malkin
Production : Paul R.Gurian
Sociétés de production : TriStar Pictures, Rastar Pictures, Zoetrope Studios et Delphi V Productions
Société de distribution : TriStar Pictures
Genre : comédie dramatique
Date de sortie en France : 7 janvier 1987

Plus d'articles
le-Voyage-du-Prince-film-animation-avis-critique-cinema
Le Voyage du Prince : un enchantement pour tous avec une visée philosophique