Inscrit4 septembre 2014
Articles112
Commentaires2
terrifier-2-de-damien-leone-critique
Vu comme étant un plaisir régressif et jouissif ayant fait fureur aux Etats-Unis, Terrifier 2 n'est finalement qu'un slasher bête et méchant qui confond générosité avec surdose. Un film fade et ennuyeux, qui est encore bien loin d'égaler ses références horrifiques comme Vendredi 13 et Les Griffes de la Nuit.
jeepers-creepers-reborn-de-timo-vuorensola-critique
A cause des "déboires pédophiles" de son créateur Victor Salva, la franchise horrifique Jeepers Creepers est passée à la trappe au fil du temps. La remettre sur le devant de la scène n'était clairement pas une mauvaise idée. Encore fallait-il avoir à sa tête un réalisateur qui sait travailler avec une caméra...
la-maison-film-anissa-bonnefont-critique
Emma Becker nous livrait avec son livre une fascination d'ordre sociologique, riche et personnelle. Avec cette adaptation, la réalisatrice Anissa Bonnefont fait de La Maison une oeuvre édulcorée, plus intéressée par ses scènes de sexe crus que par ses personnages, moteurs même de l'histoire.
athena-de-romain-gavras-critique
Si le cinéma français a déjà dépeint les affrontements entre policiers et jeunes de cité par le passé, jamais il ne l'avait fait avec autant d'ampleur. Athena est littéralement un film de guerre ultra léché sur le plan technique... mais qui souffre d'un scénario manquant cruellement de fond pour pouvoir captiver.
prey-de-dan-trachtenberg-critique-disney
Alors que la licence Predator semblait perdue dans les abysses de la pop culture, Dan Trachtenberg est parvenu avec Prey à redonner toutes ces lettres de noblesse au cultissime chasseur extra-terrestre. Une série B simple, généreuse et réalisée avec beaucoup de respect pour le film originel.
beast-de-baltasar-kormakur-critique-universal-pictures
Bien que ne cherchant jamais à innover le genre du films de "monstres", Beast n'en reste pas moins l'un des titres les plus appréciables et efficaces de ces dernières années. Offrant un safari tendu et oppressant, qui va directement à l'essentiel et ce sans aucune fioriture.