jurassic-world-battle-at-big-rock-de-colin-trevorrow-universal

Battle at Big Rock : un court-métrage avant Jurassic World 3

Impatient de se remettre au boulot avec Jurassic World 3, le réalisateur Colin Trevorrow nous offre un amuse-bouche avec Battle at Big Rock. Un court-métrage pour le moins divertissant, rondement mené, mais qui présente encore les tares de cette nouvelle trilogie préhistorique.

Entre un public qui n’a pas boudé son plaisir et des cinéphiles hardcores qui n’hésitent pas à exprimer leur désarroi, autant dire que les films Jurassic World sont au centre de bien des débats ! À croire que les seuls parvenant à s’en satisfaire pleinement sont les producteurs, couvant et chérissant leur nouvelle poule aux œufs d’or – les deux longs-métrages ayant chacun dépassé la barre des 1,3 milliards de dollars au box-office mondial. Cela serait plutôt cliché et mesquin – mais tellement vrai – de le penser ! Car dans les faits, s’il existe une personne qui semble heureuse de ces films, c’est bien le réalisateur Colin Trevorrow. Lui, simple artisan de la comédie indépendante, s’est vu propulsé au rang de cinéaste bankable avec Jurassic World premier du nom, au point de se voir offrir l’opportunité de diriger le neuvième opus de la saga Star Wars. Mais entre son remplacement par J.J. Abrams pour « différends créatifs » et l’échec de son dernier film en date, The Book of Henry, totalement passé inaperçu (sortie en DTV chez nous), l’heure ne lui était plus au beau fixe. Se voir revenir à la tête du troisième Jurassic World – pour rappel, bien qu’il est co-écrit et produit Fallen Kingdom, c’est Juan Antonio Bayona qui en était le réalisateur – ne peut lui procurer que joie et satisfaction. Pour preuve, bien qu’il reste encore du temps pour voir débarquer le film dans les salles (prévu pour juin 2021), le bonhomme n’a pu dissimuler son enthousiasme en nous concoctant une véritable mise en bouche avec Battle at Big Rock. Un court-métrage de 8 minutes disponible depuis le 15 septembre dernier, histoire de se remettre dans le bain et de nous faire patienter jusqu’à ce que le tournage commence.

Et pour une simple action marketing, autant dire que ce cher Trevorrow s’est fait plaisir ! Car bien loin d’apporter quoique ce soit de neuf à la saga – si ce n’est reprendre là où Fallen Kingdom nous avait laissé, avec ces dinosaures désormais en liberté sur le continent – le cinéaste n’a pas lésiné sur les moyens pour se faire plaisir. Car avec Battle at Big Rock, peu importe l’histoire ou les personnages, tout ce qui touche le scénario n’est que prétexte pour nous livrer sur un plateau d’argent de l’action avec de gros dinos. Et si cela sent déjà-vu à plein nez, piochant même dans la saga – la caravane renversée rappelle un chouïa Le Monde Perdu – nous nous surprenons à passer un agréable moment. Notamment grâce à une mise en scène beaucoup plus énergique et maîtrisée que ce que Trevorrow avait fait dans le premier Jurassic World, offrant pour le coup des plans pour le moins efficaces et spectaculaires. À des effets spéciaux dignes des films, même si le format ne se prête pas à avoir des animatroniques, préférant la facilité avec le tout numérique. À un bestiaire inédit, mettant en avant des créatures laissées depuis le début au second plan (Allosaure et Nasutoceratops). Bref, c’est tendu et divertissant comme il se doit ! Un petit spectacle de 8 minutes, qui saura occuper votre temps sur Internet.

Mais il ne faut pas se leurrer non plus quant à la teneur de Jurassic World 3. Car si ce court-métrage nous permet de voir que Trevorrow s’est amélioré sur le plan de la mise en scène, il ne nous rassure pas quant aux autres tares déjà présentes dans les films précédents. Comme une direction d’acteurs aux fraises, ces derniers – bien qu’ici amateurs – semblant être en roue libre totale. Ou encore cette envie de faire de la franchise Jurassic Park un univers hollywoodien marvelisé à l’excès, avec son second degré plus que dispensable et ses invraisemblances aussi grosses qu’un Bracchiosaure – le final avec la fillette, plus ridicule que badass… Il est vrai que nous ne pouvons pas dire grand-chose avec ce format de quelques minutes au compteur. Que ce soit les défauts comme les atouts. Mais il faut bien reconnaître qu’avec une telle mise en bouche, Colin Trevorrow assure que l’avenir de la saga ne changera pas. Il sera exactement le même depuis Jurassic World premier du nom et continuera d’alimenter bien des débats sur le devenir du Hollywood actuel.

Et si lire ce descriptif et mini-critique ne vous suffit pas, alors prenez le temps de vous lancer dans le visionnage de ce court-métrage, que vous trouverez ci-dessous. Cela vous fera patienter jusqu’à ce que les informations officielles sur le film ne débarquent enfin et que la série d’animation, Camp Cretaceous, soit disponible sur Netflix (attendue pour 2020).

Battle at Big Rock : court-métrage Jurassic World

 

Plus d'articles
spetters-paul-verhoeven-blu-ray
Spetters : La règle du jeu de Paul Verhoeven