Le lendemain, un film de Magnus von Horn : Critique

[Critique] Le lendemain

Synopsis : John, encore adolescent, rentre chez son père après avoir purgé sa peine de prison et aspire à un nouveau départ. Mais la communauté locale n’a ni oublié, ni pardonné son crime. Sa présence attise les pires pulsions chez chacun, l’atmosphère devient menaçante, proche du lynchage. Rejeté par ses anciens amis et abandonné par ses proches, John perd espoir et la violence qui l’a conduit en prison refait peu à peu surface. Dans l’impossibilité d’effacer le passé, il décide d’y faire face…

Crime et châtiment

le-lendemain-magnus-von-horn-film-critique-ulrik-munther-felix-goranssonBrassant des thèmes et des genres différents, le nouveau cinéma scandinave, voire nordique, est pourtant reconnaissable à ce je-ne-sais-quoi de légèrement mélancolique, à la fois comme absent à lui-même et laissant des traces profondes auprès du spectateur. La même mélancolie mêlée de violence psychologique chez les Norvégiens Joachim Trier et son magnifique Oslo 31 Août, ou Eskil Vogt et son Blind, chez le Suédois Ruben Östlund et son Snow Therapy, et même dans une certaine mesure chez le Danois Anders Thomas  Jensen dont on a pu voir récemment Men & Chicken, et donc ici, chez Magnus von Horn, avec ce premier long-métrage, le Lendemain –au passage une étrange traduction d’un titre suédois plus explicite, Efterskalv, qui signifie littéralement « après le choc» au sens de la réplique, d’un séisme.

Le Lendemain commence sur la « libération » de John (Ulrik Munther, un jeune chanteur pop rock adulé par la jeunesse de son pays), un ado qui quitte un centre fermé dont le nombre d’impressionnants cliquetis de clés et de serrures nécessaires pour le ramener au dehors montre qu’il ne s’agit pas d’un enfermement anodin ni anecdotique. De fait on apprend assez rapidement qu’il a fait quelque chose de terrible, un meurtre, à peine évoqué dans le film, puisque le propos du réalisateur est ce fameux lendemain, le retour de John parmi les siens, sa famille et ses anciens camarades du lycée, très hostiles à cette idée et visiblement encore retournés par les évènements qui se sont produits. Tout le contraire d’une libération, en somme.

le-lendemain-magnus-von-horn-film-critique-ulrik-munther-chambre-victimePlus précisément, le thème central du film est la solitude de John, face à lui-même surtout, face à l’impossible pardon qu’il ne pourra jamais se faire, mais également face à la terrible deuxième peine qu’il subit de toutes parts. Malgré une absence relativement courte, tout est devenu impossible pour lui. Même un chahut fraternel avec son petit frère Filip, pourtant impatient de le retrouver, devient lourd de sous-entendus. Martin (Mats Blomgren, impressionnant de froideur), le père de John, s’évertue dans une sorte de déni, à reprendre la vie de la ferme familiale là où elle s’est arrêtée : il apprend à son fils à conduire le tracteur ou la voiture, ils vaquent aux travaux des champs, mais il est glaçant de voir combien son cœur n’y est pas, combien il se tient à grande distance de ce fils fautif, combien peut-être il n’arrive plus à l’aimer. Au lycée, John est l’objet d’un violent ostracisme érigé quasiment en système, puisque même l’administration ne cache pas son appréhension et son embarras face à ce retour.

Bien que tourné en Suède, le pays d’origine de Magnus von Horn, Le Lendemain montre en plus de sa « froideur » suédoise le minimalisme de certains films polonais, la Pologne étant son pays d’adoption (Magnus vit en Pologne après y avoir fait ses études de cinéma). Il fait penser en particulier au récent Ida de Pawel Pawlikowski, puisque c’est Lukasz Zal, le chef opérateur d’Ida qui est derrière la caméra du Lendemain. On retrouve la même discrétion de la caméra sur des paysages bleutés et paisibles, en grande contradiction avec la violence des situations qui sont montrées dans le film. Car au-delà de ce thème central, Magnus von Horn tisse tout un ensemble de relations masculines qui ont pour point commun leur violence. Martin avec ses fils, Martin avec son père, ce dernier également violent malgré l’âge et de lourdes pathologies, les camarades de John ;le-lendemain-magnus-von-horn-film-critique-loa-ek jeunes hommes et hommes plus âgés semblent tous dépossédés de leur part émotionnelle pour ne réagir à la vie que par une violence et une attitude généralement passive-agressive. Et sans être aucunement manichéen, le cinéaste leur oppose des figures féminines très empathiques – à défaut d’une figure maternelle dont l’absence dessine peut-être en creux la fragilité de John – une proviseure bienveillante (épatante Ingrid Nillson, inoubliable Fifi Brindacier), une camarade  de classe, la seule à voir en lui autre chose qu’un criminel, une prof qui le défend et le protège de la barbarie des autres…Pas de manichéisme, donc, mais une profession de foi que Magnus von Horn répète à l’envi quant à sa perception de la violence des hommes.

Tout comme Echo, le premier court-métrage du réalisateur qui fait penser à Michael Haneke dans sa froideur clinique face déjà à la violence d’adolescents, Le lendemain est un film intelligent qui parle de l’humanité , celle d’un petit criminel comme John, ou celle d’autres jeunes de la petite communauté villageoise, à leur tour à deux doigts du crime, aussi bien que celle de la société dans son ensemble, une société bien compliquée que le cinéaste recompose à petite échelle dans le bureau de la proviseure après qu’un soir, les choses sont allées trop loin : un concentré de cynisme et de duplicité, de culpabilité, mais aussi de déni, voire de l’indifférence au travers de l’absence de certains protagonistes à cette réunion. Comme si le cinéaste au travers de ce dispositif voulait nous présenter à nous-mêmes tels que nous sommes, le tout toujours avec la bonne distance, en laissant le spectateur poser son regard où il lui semble nécessaire de le poser, et en le laissant libre de s’identifier à l’un ou l’autre des personnages de cette fameuse scène. Le lendemain est un très beau film à côté duquel le cinéphile ne doit pas passer…

Le lendemain : Bande annonce

Le lendemain : Fiche technique

Titre original : Efterskalv
Réalisateur : Magnus von Horn
Scénario : Magnus von Horn
Interprétation : Ulrik Munther (John), Mats Blomgren (Martin), Stefan Cronwall (Grannen), Loa Ek (Malin), Alexander Nordgren (Filip), Felix Göransson (Korv-Hannes), Oliver Heilmann (Kim), Sven Ahlström(le père de Kim), Wieslaw Komasa (Grand-Père), Ellen Mattsson (Bea), Inger Nilsson (La proviseure), Cecilia Wilhelmsson (la prof de gym)
Photographie : Lukasz Zal
Montage : Agnieszka Glinska
Producteurs : Madeleine Ekman, Sophie Erbs, Mariusz Wlodarski
Maisons de production : Cinémadefacto (France), Lava Films, Zentropa International SwedenFilms
Distribution (France) : Nour Films
Récompenses : Guldbagge award (Académie suédoise) pour : meilleur film, meilleur réalisateur, et Mats Blomgren dans un meilleur second rôle
Budget : ND
Durée : 141 min.
Genre : Drame
Date de sortie : 1er Juin 2016
Suède, Pologne, France – 2014

 

Redactrice LeMagduCiné