Les-Tortues-Ninja-TMNT-T13-Les-Grands-Remedes-critique-livre

« TMNT – Les Grands Remèdes » : la coexistence impossible

Kevin Eastman, Tom Waltz, Sophie Campbell et Mateus Santolouco additionnent leurs talents pour ce treizième opus de la série Tortues Ninja, publié aux éditions HiComics. Haletantes, pleines de rebondissements, ces nouvelles aventures opposent les Mutanimaux à des forces spéciales américaines leur étant défavorables.

L’hostilité manifestée par les hommes envers les espèces mutantes a souvent irrigué les bandes dessinées. On pense spontanément à la série X-Men, qui en a fait sa marque de fabrique. Plus récemment, l’auteur belge Kid Toussaint a décliné des thématiques proches dans ses nouvelles séries Absolument Normal et Love love love. « Les Grands Remèdes », treizième tome d’une série passionnante, choisit d’opposer les forces spéciales américaines, symbolisées par les commandos de Dark Water mais aussi une obscure Force de Protection de la Terre, aux Mutanimaux, alliés des Tortues Ninja. L’agent Bishop et ses hommes ont capturé Slash et l’ont transformé en une arme biologique leur étant entièrement dévouée. Leur objectif est double : éliminer une menace potentielle et en exploiter la puissance à des fins militaires.

Bien entendu, cette trame narrative est un prétexte pour évoquer « ceux qui laissent la peur et l’ignorance les pousser à la violence ». Les scénaristes Kevin Eastman et Tom Waltz rappellent ainsi que derrière les facéties de Michelangelo demeure une humanité incapable d’accepter une coexistence pacifique avec des espèces différentes (le mot race sera balayé d’un revers de main par Raphael). Il existe cependant une autre manière de concevoir cette organisation appelée Force de Protection de la Terre. L’agent Bishop semble mener un combat par procuration, puisqu’il ne cesse de se présenter comme le supplétif de son père (qui le désavoue pourtant) : « Je suis l’héritage de mon père. » Bishop manipule les médias et mène une croisade personnelle contre les mutants, qui ne demandent pourtant qu’à vivre paisiblement.

Il y a là une vraie ligne de tension entre les Tortues Ninja : si Leonardo voit des menaces partout et se tient sur le pied de guerre, ses frères aimeraient décompresser et se détacher quelque temps de la guerre permanente à laquelle semble les contraindre le reste du monde. C’est évidemment raté : dans des planches sublimes dessinées par Sophie Campbell et Mateus Santolouco, les péripéties et heurts ne cessent de s’amonceler sur un rythme échevelé. Pour se convaincre des disconvenances permanentes entre les attentes des Mutants et la réalité, il suffit de se pencher un instant sur les événements ayant présidé à l’enlèvement de Slash : alors qu’il était plongé dans le roman Les Raisins de la colère, des malheurs bien réels viennent le sortir de la fiction de John Steinbeck.

La première partie de l’album est cependant d’une tout autre nature. Alopex se trouve en Alaska, sous l’emprise de Kitsune. Nobody et Raphael sont partis à sa recherche. Est-il nécessaire de préciser qu’il n’est pas anodin d’observer les Tortues dans des décors naturels et enneigés, loin de l’urbanité new-yorkaise ? Ce premier chapitre est agrémenté de dessins magnifiques et placé sous le sceau de la nostalgie (la renarde aimerait recouvrer son milieu originel) et de l’amour (Raphael avoue ses sentiments à son égard). Cela apporte une dimension supplémentaire au récit. Pour le reste, on appréciera les méta-commentaires des Tortues, notamment à l’endroit de Batman, ou lorsque Donnie annonce ironiquement : « On n’est pas dans un comic book. » Voilà donc un nouvel épisode d’excellente facture.

TMNT – T13. Les Grands Remèdes, Kevin Eastman, Tom Waltz, Sophie Campbell, Mateus Santolouco
HiComics, février 2021, 128 pages

Note des lecteurs0 Note
4

Responsable des pages Littérature, Essais & Bandes dessinées.