destroyer-karyn-kusama-nicole-kidman-critique-film

Destroyer, de Karyn Kusama : Nicole Kidman assure le spectacle

Toute la promotion de Destroyer tourne autour de la performance de son actrice principale, et ce n’est que justice : son jeu est ce qu’il y a de plus réussi dans ce film moyen et banal.

Destroyer fait partie de ces films qui, sur le moment, constituent un divertissement plutôt agréable,  mais oubliés aussi vite qu’ils sont regardés. Le film n’est pas mauvais, mais il n’est pas non plus une franche réussite, et aucune scène ne restera forcément en mémoire. Cependant on ne voit pas passer les deux heures de son visionnage, et c’est déjà mieux que rien.

Des flashbacks et une actrice

Parmi les aspects réussis du film, il faut noter la construction de son scénario. Lorsque Erin Bell (Nicole Kidman) voit le billet de banque coloré, elle sait que son passé refait surface. Le film va alors faire alterner deux récits, l’un au passé, l’autre au présent. Ainsi, le spectateur apprend que, bien des années plus tôt, Erin avait infiltré un gang de braqueurs de banques et que l’affaire avait mal tourné, ce dont elle est tenue responsable (aussi bien par sa hiérarchie que par sa conscience). Dans le présent, Erin, devenue une loque humaine mais toujours flic, comprend que le chef du gang, le dangereux Silas, est de retour à Los Angeles et elle se lance à sa poursuite, retrouvant un à un les membres de son organisation.

Chacun des deux récits est tendu vers son final, qui nous est présenté comme le point d’orgue du film (et dont nous ne dirons rien ici, bien évidemment). La construction et l’introduction des flashbacks sont plutôt bien faites, et, malgré la banalité de l’histoire, le spectateur reste accroché avec l’envie de savoir ce que sera la suite.

Le véritable aspect positif de Destroyer, c’est l’interprétation de Nicole Kidman. Méconnaissable (surtout dans les scènes qui se déroulent de nos jours), elle joue avec une certaine intensité cette policière dont la vie est devenue l’insupportable conséquence de ses fautes passées. Elle incarne parfaitement un personnage qui est en détresse aussi bien physique que morale et même sociale. Erin est rejetée par tous : ses collègues, sa hiérarchie, et même sa fille. Voir sa fille sortir avec un homme qui est visiblement membre d’un gang aurait pu donner une piste scénaristique intéressante, qui hélas n’est pas exploitée ici.

Scénario banal et réalisation plate

Car si Destroyer présente des qualités, le film a aussi son lot de défauts, à commencer par cette impression de déjà-vu. Finalement, le spectateur se retrouve devant un film qui se révèle assez banal, et le scénario débite les scènes classiques du genre comme on remplirait un cahier des charges : une course-poursuite, une fusillade, une partie de roulette russe pour tenter de nous prouver que Silas est vraiment un grand méchant, un acte héroïque de sacrifice, une scène émouvante mère-fille… Aucune prise de risque ici, Destroyer reste dans la banalité et ne parvient pas à surprendre (sauf peut-être à la fin).

Autre défaut, plus gênant celui-ci : la réalisatrice se révèle incapable de faire naître des émotions. Elle se repose énormément sur le jeu de ses interprètes (qui sont tous très bons) et surtout de son actrice principale (il est évident que c’est pour Nicole Kidman qu’il faut voir ce film), mais elle ne réussit pas à créer les moments de tensions dramatiques qui feraient décoller son film. Silas est présenté constamment comme un grand méchant, mais aucune scène ne parvient à nous ressentir sa dangerosité : on nous le dit, c’est tout. Aucune scène forte ne ressort de l’ensemble, et le souvenir du film s’évapore à peine le générique de fin entamé.

De plus, la réalisatrice semble se complaire dans le glauque et une représentation de la violence que rien ne semble vraiment justifier.

En bref, Destroyer se trouve dans un entre-deux : c’est un film ni-bon ni-mauvais, qui peut constituer un divertissement honorable pour public indulgent ou pour grands fans de Nicole Kidman.

Synopsis : Erin Bell est policière à Los Angeles. Elle est appelée pour un homicide : un homme, présentant un tatouage sur la nuque, est retrouvé abattu. A ses côtés, un billet de banque taché plonge la policière dans ses souvenirs douloureux.

Destroyer : bande annonce

Destroyer : Fiche Technique

Réalisatrice : Karyn Kusama
Scénario : Phil Hay, Matt Manfredi
Interprètes : Nicole Kidman (Erin Bell), Sebastian Stan (Chris), Toby Kebbell (Silas), James Jordan (Toby), Jade Pettyjoohn (Shelby).
Photographie : Julie Kirkwood
Montage : Plummy Tucker
Musique : Theodore Shapiro
Production : Fred Berger, Phil Hay, Matt Manfredi
Société de production : 30West, Automatik Entertainment
Société de distribution : Metropolitan Filmexport
Genre : polar, drame
Durée : 121 minutes
Date de sortie en France : 20 février 2019

Etats-Unis – 2018

Note des lecteurs0 Note
2.5

Rédacteur LeMagduCiné
Plus d'articles
maison-du-diable-robert-wise-critique-film
La Maison du Diable, classique de la terreur signé Robert Wise