in-fabric-film-marianne-jean-baptiste-critique

In Fabric, de Peter Strickland

Nous connaissions déjà le pneu psychopathe de Quentin Dupieux (Rubber), ou la voiture mal lunée de Carpenter (Christine), voici ici la robe tueuse de Peter Strickland. Avec In Fabric, une comédie déjantée ayant pour cadre le monde du prêt-à-porter, le réalisateur britannique signe un film singulier. Tamasa le ressort en format DVD, deux ans après sa sortie en salle.

Une histoire cousue de fil rouge

Sheila (Marianne Jean-Baptiste), la cinquantaine, célibataire, entend bien trouver la tenue adéquate pour le rendez-vous galant prévu le soir même.  À Dentley & Soper’s, le grand magasin de prêt-à-porter, la vendeuse lui fait les louanges d’une splendide robe écarlate. Mais le vêtement s’avère avoir une personnalité propre et même d’un fichu caractère puisqu’il en fait méchamment baver à quiconque la possède. Poursuivie par le mauvais sort, Sheila va vite regretter son achat.
On ne croit pas une seconde à cette histoire de robe maléfique mais finalement peu importe car le film s’inscrit davantage dans la démarche d’une parodie zieutant du côté de David Lynch pour l’hermétisme ou de Terry Gilliam pour l’humour absurde.

Giallo, eros et Carpates

Pourtant, en termes de mise en scène, Strickland réussit à créer une atmosphère fantastique digne des plus purs giallos des années 60 dont on retrouve la tonalité générale très kitsch et l’érotisme féminin. Du reste, impossible de déterminer à quelle époque l’histoire se déroule. Le grand magasin et son côté rétro rappelle les années 80. Mais la vendeuse à l’accent des Carpates et le directeur aux airs de Nosferatu évoquent pour leur part le cinéma fantastique des années 20. Quant à Marianne Jean-Baptiste, elle campe un personnage qui n’aurait pas détonné dans un film américain des fifties. Un méli-mélo d’horreur, d’humour et de sensualité à l’image de l’affiche du film.

Bienvenue en Stricklandie

L’univers filmique de Peter Strickland est éminemment subjectif. Ainsi, la boutique Dentley & Soper’s, clé de voûte du scénario d’In Fabric, lui a été inspirée par le souvenir fantasmé des grands magasins de son enfance. L’ensemble du film procède de cette vision fantasque, caractéristique du style du réalisateur apportant à chaque scène son lot de surprises. Parmi elles, un duo de chefs de service azimutés ou un réparateur de chaudière qui fait fondre de désir quiconque l’entend énoncer son devis de réparation. In Fabric, un film furieusement barré, un univers à découvrir.

Bande annonce :

Fiche technique :

      • Titre original : In Fabric
      • Réalisation : Peter Strickland
      • Scénario : Peter Strickland
      • Décors : Paki Smith
      • Costumes : Jo Thompson
      • Photographie : Ari Wegner
      • Montage : Matyas Fekete
      • Musique : Cavern of Anti-Matter
      • Producteur : Andy Starke
        • Producteur délégué : Hillary Davis, Lizzie Francke, Rose Garnett, Phil Hunt, Stephen Kelliher et Compton Ross
      • Société de production : Rook Films, BBC Films, British Film Institute et Head Gear Films
      • Société de distribution : Bankside Films et Tamasa Distribution
      • Pays d’origine : Royaume Uni
      • Langue originale : anglais
      • Format : couleur
      • Genre : comédie horrifique
      • Durée : 118 minutes
      • Dates de sortie :
      • Canada : 13 septembre 2018
      • Royaume-Uni : 28 juin 2019
      • France : 20 novembre 2019

    Contenu du boitier :

    • Un DVD
    • Un livret de 16 pages proposant deux entretiens avec les comédiennes Marianne Jean-Baptiste et Gwendoline Christie
    • Bonus : Rencontre avec Jo Thompson, costumière, entretien avec Peter Strickland

     

Note des lecteurs0 Note
3.5

Plus d'articles
BAC Nord, un film de Cédric Jimenez : Polar musclé mais sans épaisseur