psiconautas-birdboy-foret

Psiconautas, un film d’Alberto Vázquez & Pedro Riveiro : Critique

On ne le répétera jamais assez, mais l’animation, ce n’est pas que pour les enfants. Et dans le cas présent, Psiconautas n’est même pas du tout pour les enfants. Sous des airs d’animation enfantine, se cache une fable sombre, entre humour grinçant et fatalisme tragique.

Synopsis: 2 adolescents sur une île écologiquement dévastée essayent de fuir la société. Dinky essaye de s’enfuir loin de sa famille et rejoindre la ville au-delà de l’île et Birdboy, renégat, s’enfonce dans la drogue en essayant de faire perdurer l’héritage de son père.

Adaptation d’un court métrage lui-même adapté d’une bande dessinée d’Alberto Vázquez par Alberto Vásquez lui-même et Pedro Rivero. Psiconautas se veut à mi-chemin entre le conte pour enfant et la fable satirique sur la société. Se présentant comme un dessin animé enfantin au premier abord avec des personnages prenant la forme de petits animaux façon Disney et une animation  assez minimaliste. Il y sera pourtant en réalité question de sujets comme la famille et la religion, jusqu’à la drogue et la mort, en passant par l’émancipation, et l’écologie, beaucoup de sujets y sont balayés, trop peut-être. Et c’est là le principal reproche qu’on pourra faire au film : son côté un peu fouillis. Le problème n’étant pas le nombre de sujets abordés (il serait idiot de vouloir apposer une limite dans ce domaine) mais bien le temps qu’il leur est accordé. Mais cette impression reste mineure car l’ambiance s’y prête au travers de ce film presque chorale. Et l’ambiance, c’est ce qui fait le sel de Psiconautas.

Car définitivement, là où l’œuvre se démarque c’est bien là-dessus. Un décalage est créé d’emblée entre le côté mignon de ces petits personnages tout ronds et tout blanc, représentant l’enfance et l’innocence et leur monde, froid, cruel et déprimant. Ici le rêve n’est pas autorisé et la société formate les esprits jusque dans le cercle familial. Le réalisateur a lui-même avoué s’être inspiré des univers crées par Disney pour en détourner les codes afin de servir son propos. L’alchimie fonctionne dès les premières minutes, créant un malaise palpable autour d’une galerie de personnages plus désespérés les uns que les autres. Ce sentiment se retrouve lui-même renforcé par la direction artistique magnifique du film, entre des tons pastels enfantins et des contrastes brutaux et sans concessions.

L’histoire se démarque également par la liberté d’interprétation que lui apportent les multiples thèmes abordés. On peut voir l’histoire sous beaucoup d’angles différents que celui qui nous est présenté de prime abord. Il est d’ailleurs fort probable qu’en découvrant les réactions des différents personnages face à leurs tragiques destins le spectateur puisse sentir une proximité avec eux. Une véritable empathie se crée et les attentes et espoirs des protagonistes principaux comme secondaires deviennent les nôtres.

Que retenir alors de Psiconautas ? Tout d’abord, une histoire moins simple qu’il n’y parait, entourée de mystère où le spectateur devra vite se faire à l’idée que toutes les cartes ne lui seront pas données. Ensuite, une ambiance grinçante où l’humour et la tragédie se côtoient pour créer un sentiment de malaise et d’enfermement. Enfin, une galerie de personnages attachants et moroses, comme autant de teintes de gris. Le tout servi par une animation qui, bien qu’assez simpliste, fonctionne au vu de l’univers dépeint. Le film laisse néanmoins une touche d’espoir par son message écologique qui, pour une fois, n’est pas niais, ce qui est à noter dans l’animation moderne.

Psiconautas : Bande-Annonce

Psiconautas : Fiche Technique 

Réalisation : Alberto Vázquez et Pedro Rivero
Doublage :  Andrea Alzuri, Eva Ojanguren, Josu Cubero
Scénario : Pedro Rivero et Alberto Vázquez
Musique : Aranzazu Calleja
Production : Farruco Castroman, Carlos Jares, Luis Tosar
Directeur de l’animation : Khris Cembe
Montage : Ivan Miñambres
Distributeur : Eurozoom
Durée : 75 minutes
Date de sortie : 24 mai 2017
Genre : animation

Espagne – 2017

Auteur : Yvan Ribollet

Plus d'articles
le-Voyage-du-Prince-film-animation-avis-critique-cinema
Le Voyage du Prince : un enchantement pour tous avec une visée philosophique