Cannes 2018 : Ten Years in Thailand, une prise de parole politique

Last updated:

Alors que le Festival de Cannes 2018, que cela soit avec Donbass, Rafiki ou même Leto, exorcise la représentation de la politique dans les œuvres dévoilées, 10 years in Thailand continue à tracer ce sillon. 4 réalisateurs, 4 sketchs, 4 visions du cinéma face à une dictature thaïlandaise grandissante.

La Thaïlande est en pleine mutation. Face à un gouvernement qui prend de plus en plus la main sur l’espace vital du pays, plusieurs réalisateurs ont essayé de disséquer et dessiner les traits de l’avenir de cette Nation dans une dizaine d’années. Sans qu’il y ait de lien ni de continuité entre ces 4 petits segments, le film est d’une fraicheur assez saisissante : on passe d’un genre à un autre. On y voit un naturalisme cotonneux et dénonciateur d’une certaine morosité, une partition SF où des Hommes/Chats chassent les humains à leur odeur ou même l’imagerie kitsch et 70’s d’une secte burlesque et envoutée qui envoie les humains se faire exterminer comme de la vulgaire viande.

Le propos est assez clair : 10 years in Thailand défend la liberté d’expression, la liberté de pouvoir aimer sans raison ni justification ou de pouvoir exister sans distinction, et combattre l’asservissement à l’armée. C’est fort, parfois simple comme l’envoi d’une lettre à la poste. À l’image de ce premier segment, qui derrière son apparente simplicité, voit se nicher en elle une émotion humaine qui n’existe peut-être pas dans les autres parties : un monde où la moindre photographie, le plus petit sourire semble réprimé pour ne pas donner de « mauvaises idées ». Le changement de direction d’un segment à un autre ne gêne en rien la cohérence de la critique politique, à l’image de la deuxième partie suite à la violence des Hommes/Chats envers les humains qui pourrait presque ressembler à un épisode de Black Mirror dans sa manière de questionner sur l’humain face à lui-même et ce qui le dépasse.

Bien évidemment, 10 years in Thailand fait parler de lui, car l’un des meilleurs cinéastes contemporains y participe : Apichatpong Weerasethakul. Sa partie se révèle être la moins surchargée en message politique mais le style reste inimitable, avec une capacité évidente à réfléchir sur le réel tout en invoquant une part de symbolique mystique. 10 years in Thailand est une œuvre qui essaye de dessiner les traits de tous les versants d’un même pays, autant ancestraux que modernes.

Montré en séance spéciale, le film manque d’épaisseur pour dépasser le statut d’essai mineur, et aurait mérité d’un peu plus d’approfondissement et de sophistication où il n’aurait pas été inimaginable de penser à un montage alterné entre les différentes parties, pour créer une certaine tension dont l’absence ne se mue malheureusement pas en hypnose. L’effet un peu low-cost de certaines parties, fait naître malgré tout une forme de beauté et de sincérité d’un projet dont le sujet semble inquiéter ses protagonistes. Objet cinématographique aux idées fleurissantes, à l’exécution balbutiante, mais dont l’existence s’avère pertinente.

Bande-annonce : Ten Years Thailand

Synopsis : 10 Years Thailand est un film omnibus invitant quatre réalisateurs thaïlandais à imaginer leur pays dans dix ans. Les quatre sont Aditya Assarat, Apichatpong Weerasethakul, Chulayarnnon Siriphol et Wisit Sasanatieng. Chacun contribue à un épisode qui, pris ensemble, sonnent un avertissement sur la situation politique actuelle en Thaïlande. Depuis 2014, le pays est gouverné par une dictature militaire qui a freiné la dissidence, l’expression publique, et la diversité de pensée. Un nouveau nationalisme est maintenant promu avec ses propres règles étroites de la pensée correcte et des actions correctes. Si cela peut continuer, à quoi ressemblera la décennie à venir?

[en séance spéciale au Festival de Cannes 2018]

10 ans en Thaïland (Ten Years in Thailand), un film de Aditya Assarat, Wisit Sasanatieng, Chulayarnnon Siriphol & Apichatpong Weerasethakul
Avec Boonyarit Wiangnon (Kaen), Kidakarn Chatkaewmanee (Man)
Producteurs : Andrew Choi, Ka-Leung Ng
Genre : Drame
Durée : 95 minutes
Date de sortie Prochainement

Thaïlande – 2018

Plus d'articles
fargo-saison-deux-critique-acteurs
Fargo saison 2 : critique série