Rétro Coen : Intolérable Cruauté – Critique Du Film

Intolerable-Cruaute-Critique-Film-Catherine-Zeta-Jones

Critique du film, Intolérable Cruauté

Synopsis : Miles Massey, célèbre avocat des cas de divorces difficiles, ressent un grand vide existentiel. Marylin Rexroth, quant à elle, espère faire carrière en « plumant » de richissimes maris. Lorsqu’elle divorce, Miles Massey l’empêche de toucher l’argent de son mari Rex Rexroth, elle ne pense plus alors qu’à se venger de l’avocat en feignant d’en tomber amoureuse.

Dixième film des frères Coen, Intolérable Cruauté affiche un casting alléchant : Georges Clooney en avocat brillant mais blasé et Catherine Zeta-Jones en femme fatale manipulatrice forment le duo de tête de cette parodie de comédie romantique que nous offrent les frères Coen, après s’être essayés aux genres du film noir (Miller’s Crossing, Fargo, The Barber) et du western (O’Brother). Les deux réalisateurs s’amusent à déconstruire les clichés de l’écriture romanesque qu’ils remplacent par un chassé-croisé amoureux loufoque, où l’ambition de l’un et la vénalité de l’autre rendent toute sincérité impossible.

Une rencontre inattendue

Intolérable Cruauté, c’est l’histoire d’une rencontre fortuite de deux êtres amoraux et cupides. Lui, c’est Miles Massey, beau-gosse richissime qui n’a plus rien à attendre de la vie. Célèbre avocat spécialisé dans les divorces, il a même un contrat prénuptial à son nom, le « Massey pre-nup ». Président de la National Organization of Matrimonial Attorney, l’association des avocats du divorce, Miles Massey est maître dans l’art de gagner des procès a priori perdus d’avance. À l’image de celui de son client Rex Rexroth, millionnaire abruti qui passe sa vie à tromper sa femme.

L’heureuse épouse de ce vieux sympathique, c’est Marylin Rexroth, croqueuse d’hommes à la limite du vulgaire, aux lèvres pulpeuses et regards lascifs : drôle d’association que ce vieux millionnaire et cette bombe sexuelle, on se dit bien que quelque chose ne tourne pas rond. Lorsque Marylin demande le divorce alors qu’elle a obtenu la preuve visuelle des coucheries de son mari, Miles n’est pas dupe : la belle ne veut rien d’autre que gagner son indépendance financière, sa villa de luxe et sa piscine. Un jeu du chat et de la souris débute alors entre nos deux protagonistes qui ont de sérieux atomes crochus : Miles tombe tout de suite sous le charme de Marylin, alors même qu’il va par un coup de maître lui faire perdre le procès et donc tout l’argent qu’elle pensait toucher.

Les frères Coen poussent le chassé-croisé amoureux à son paroxysme, puisque c’est ensuite Marylin qui va piéger Miles, devenu l’espace d’un instant sincère – notamment lors d’une scène mémorable où il se lance dans une apologie de l’amour et se plaint du cynisme ambiant.

Une parodie de comédie romantique

Les frères Coen adorent parodier, c’est bien connu. Ils jouent avec les genres cinématographiques comme d’autres jouent avec les mots : Intolérable Cruauté n’échappe pas à la règle. Le jeu des acteurs est tellement accentué qu’il en devient caricatural. De Clooney, on ne voit que les dents parfaitement blanches et le smoking flambant neuf. Le film fait aussi référence à la carrière de l’acteur, notamment à son rôle dans le soap-opera médical Urgences.

Intolérable Cruauté semble nous dire : nous sommes tous des acteurs, cachés derrière notre cupidité et nos mensonges, un « message » moralisateur qu’on regrette un peu pour son simplisme. En même temps, la critique est moins évidente qu’elle en a l’air. Les frères Coen s’amusent à reprendre les codes de la comédie romantique, tant et si bien que l’on ne sait plus trop s’ils en rient ou s’ils y croient eux aussi.

Intolérable Cruauté marque la seconde collaboration des frères Coen avec George Clooney après O’Brother. L’acteur colle parfaitement à l’univers décalé et fantaisiste des deux réalisateurs, fondé sur des personnages excentriques et hors normes. Face à lui, l’actrice du sulfureux Chicago était toute choisie pour interpréter la sensuelle mais dangereuse Marylin, aux pattes de velours mais aux griffes d’acier : un casting réussi donc, pour un film léger, drôle et modeste.

Intolérable Cruauté : Bande-annonce

Fiche Technique – Intolérable Cruauté:

États-Unis – 2008
Réalisation: Joel Coen, Ethan Coen
Image: Emmanuel Lubezki
Montage: Joel Coen, Ethan Coen
Musique: Carter Burwell
Producteur: Tim Bevan, Eric Fellner, Joel Coen, Ethan Coen
Interprétation: George Clooney (Harry Pfarrer), Brad Pitt (Chad Feldheimer), Frances McDormand (Linda Litzske), John Malkovich (Osbourne Cox), Tilda Swinton (Katie Cox), Richard Jenkins (Ted Treffon)…
Date de sortie: 10 décembre 2008
Durée: 1h35

Plus d'articles
la-jetee-marker-apocalypse-critique
La Jetée de Chris Marker : l’apocalypse du souvenir