Visages Villages, un film d’Agnès Varda & JR : critique

Visages Villages est d’abord le récit de la rencontre entre deux artistes, deux générations : Agnès Varda et JR. C’est aussi un documentaire qui met en avant la France et ses habitants avec une certaine ironie et toujours une grande douceur.

Road movie

Passées les premières minutes et cette voix off (celles de JR et Agnès Varda) un peu agaçante car sur-jouée avec des vannes pas toujours bien senties, on comprend que l’intérêt de Visages Villages est à trouver ailleurs que dans les digressions de ses deux protagonistes. En effet, c’est quand ils filment visages et villages que les deux réalisateurs et artistes trouvent leur équilibre. Nous partons donc à la rencontre de ses corps qui parfois nous livrent une partie de leur histoire. Le film (financé en partie via la plateforme Kiss Kiss Bank Bank) semble n’avoir aucun plan de route et c’est le hasard qui prédomine, quitte parfois à donner une impression de brouillon et à laisser les deux baroudeurs divaguer de manière peu productive. Pourtant, il y a aussi de la joie, de la mélancolie et de la douceur dans ce qui est visible à l’écran. C’est que JR et Agnès Varda ont la volonté de mettre l’autre en avant, de réunir, de construire une petite collectivité, même éphémère. Ils amènent les personnages qui sont avant tout des personnes réelles à se livrer, à s’émouvoir. De cette femme, dernière habitante d’une rue promise à la destruction, qui voit tout à coup son portrait en géant s’étaler sur sa maison, à ses familles réunies à Pirou (une plage de Normandie) sorte de village fantôme jamais habité et soudain peuplé de rires, en passant par ses trois femmes de dockers qui s’étirent en grand sur les conteneurs et acceptent de « s’asseoir dans leurs cœurs ». La solitude est aussi interrogée, revisitée.

Et pourquoi pas une chèvre ? 

En chemin, Agnès Varda s’émeut du sort des chèvres dont on brûle injustement les cornes pour plus de rentabilité et voilà que surgit d’un garage un homme qui observe la chèvre photographiée et placée là au milieu de nulle part. De cette rencontre incongrue naît le burlesque, le désir d’imagination. C’est ce que recherchent les deux artistes depuis toujours, Agnès Varda par ses films et JR par ses photographies-collages anonymes. Les yeux d’Agnès Varda finissent par nous hanter, alors qu’ils partent en voyage sans son corps (comprenez que JR les a photographiés puis affichés sur un train), ceux de JR restent invisibles car sa création, sa liberté se jouent toutes deux de son anonymat partiel, fabriqué. Les deux en jouent, se chamaillent, s’écoutent parler et au détour d’un rendez-vous manqué avec Godard, se retrouvent, se découvrent et décident de continuer la route ensemble. La musique de Mathieu Chedid vient accompagner discrètement ce voyage improvisé, nos cœurs finissent, quant à eux, apaisés.

[irp]

Visages Villages : Bande-annonce

https://www.youtube.com/watch?v=YlQ104-3XYs

Visages Villages : Fiche technique

Réalisation : JR, Agnès Varda
Scénario et commentaires : Agnès Varda, JR
Musique originale : -M-
Productrices : Rosalie Varda, Emilie Abinal
Coproducteurs: Charles S. Cohen, Julie Gayet, Nadia Turincev, Nicole Fu, Etienne Comar
Photographie : Claire Duguet, Nicolas Guicheteau, Valentin Vignet, Romain Le Bonniec, Raphael Minnesota, Robert de Angelis, Julien Fabry
Montage : Agnès Varda avec Maxime Pozzi, chef monteur
Sociétés de production : Ciné Tamaris, Social Animals, Rouge International, Arte France Cinéma, Arches films
Distributeur : Le Pacte
Durée : 1h 29min
Date de sortie : 28 juin 2017

France – 2017

Reporter/Rédacteur LeMagduCiné