aux-yeux-de-tous-affiche

Aux yeux de tous, un film de Billy Ray : Critique

[clickToTweet tweet= »Remake pâlichon du film Dans ses yeux de Campanella ! » quote= »Un remake pâlichon du film argentin ‘Dans ses yeux’ de Juan José Campanella ! « ]Critique [Aux yeux de tous]

Synopsis : Jess et Ray sont de redoutables coéquipiers au sein de la police de New-York mais quand ils découvrent le cadavre de la fille de Jess, ils se lancent sur les traces du meurtrier au mépris de leur carrière.

De bons ingrédientsjulia-roberts-aux-yeux-de-tous
Remake pâlichon de Dans ses yeux de Juan José Campanella avec Ricardo Darín, Aux yeux de tous cumulait pourtant les ingrédients de la recette gagnante : un joli casting composé de Julia Roberts, Chiwetel Ejiofor (12 Years a Slave), Nicole Kidman et Dean Norris, une intrigue intéressante et qui a déjà fait ses preuves, une ambiance pesante et un twist final surprenant. Mais pour y parvenir, la route est longue et semée d’embûches…
Certes, plus on s’enfonce dans le film, plus la menace guette et plus on se sent pris au piège. On ne sait pas de quel côté l’ennemi va attaquer et on a l’impression que tout le monde a quelque chose de suspect. En cela, Billy Ray a réussi son coup, ou pas. L’atmosphère de complot est en effet très présente dans Aux Yeux de tous mais peut-être l’est-elle trop au détriment du suspense.
Très rapidement, on s’aperçoit que la véritable intrigue ne se situe pas dans la recherche d’un coupable plus qu’évident et le déroulement de l’enquête n’a pas grand intérêt. Car l’histoire se centre davantage sur les manœuvres politiques et les magouilles d’un système judiciaire prêt à tous les sacrifices pour parvenir à ses fins. Une idée somme toute intéressante à creuser. Sauf qu’une fois qu’on a compris ça, la mayonnaise retombe instantanément.

aux-yeux-de-tous-nicole-kidmanBeaucoup de bruits pour rien
Dès lors, pour maintenir le spectateur en haleine, le scénario joue sur les doutes redondants des personnages, les flashbacks à répétitions souvent mal placés, les silences lourds de sous-entendus… Mais c’est peine perdue : passée la première moitié du film, on commence à se lasser des tourments des personnages, des dialogues convenus et des va-et-vient dans le passé qui n’ont pas vraiment de sens.
Et dans cette tension latente post 11 septembre qui ne mène à rien, on attend désespérément un peu d’action. Pour autant, les trois scènes qui nous seront allouées ne suffiront pas à nous satisfaire et seront d’autant plus frustrantes que, la plupart du temps, on reste sur notre faim.
En outre, certains personnages manquent de profondeur, en particulier l’ex-flamboyante Kidman, aujourd’hui figée dans le marbre et inexpressive ainsi que le cliché du flic bête et discipliné joué par Michael Kelly. Et même Julia Roberts ne parviendra pas à nous faire oublier Soledad Villamil et Ricardo Darín. Les non-dits sont un tel rempart aux émotions que les personnages ne transmettent rien et que le spectateur ressent peu d’empathie pour Jess (Roberts) notamment. Quant à l’histoire d’amour entre Ray et Claire, elle est à peine suggérée et peu crédible ; rien à voir avec la flamme qui vibrait au sein du couple dans la version d’origine.
Si l’objectif du remake n’est pas tant de refaire à l’identique ce qui a déjà été fait, toutes ces ressemblances faiblardes font que le scénario tombe un peu à plat. Ainsi, sous ses airs de polar funèbre, Aux yeux de tous a tout du drame politico-psychologique insensible qui finit par traîner en longueur et peine à nous mener au bout de son histoire.

Aux Yeux de tous : Bande-annonce

Fiche technique : Aux Yeux de tous

Titre original : Secret In Their Eyes
Titre québécois : Dans ses yeux
Réalisation : Billy Ray
Scénario : Billy Ray d’après Dans ses yeux d’Eduardo Sacheri
Casting : Nicole Kidman, Julia Roberts, Chiwetel Ejiofor, Dean Norris, Michael Kelly, Alfred Molina, Lyndon Smith, Zoe Graham, Joe Cole, Michael Kelly…
Direction artistique : Nelson Coates
Décors : Colin De Rouin
Costumes : Shay Cunliffe
Photographie : Danny Moder
Musique : Emilio Kauderer
Production : Mark Johnson
Sociétés de production : Gran Via Productions et IM Global
Sociétés de distribution : STX Entertainment
Budget : 19,5 millions de Dollars
Langue : Anglais
Format : Couleurs – 35 mm – 2,35:1 – Son Dolby numérique
Genre : Film policier / Thriller
Durée : 111 minutes
Date de sortie : 23 mars 2016

États-Unis – 2015

Redactrice LeMagduCiné