Mostra de Venise 2015: Lion d’Or pour Desde allà, Fabrice Luchini meilleur acteur

Dernier mis à jour:

Mostra de Venise 2015 :
Prix d’Interprétation pour Fabrice Luchini, Lion d’Or pour le vénézuélien Desde Allas

Présidé par le le cinéaste mexicain Alfonso Cuaron, le jury de la 72ème édition de la Mostra de Venise vient de rendre son verdict. Pour la première fois de l’histoire du festival, un film sud-américain remporte la récompense suprême. On peut dire que le cinéma sud-américain y est très célébré puisqu’un cinéaste argentin a également reçu le Lion d’Argent du Meilleur metteur en scène. Et cocorico, après l’hommage rendue à Bertrand Tavernier pour l’ensemble de sa carrière, un film français s’adjuge deux prix dans une compétition très éclectique mais contrastée où la presse a été particulièrement assassine envers certains films  :

           Mostra de Venise 2015 Palmarès :

Lion d’Or : Desde allà  de Lorenzo Vigas (Vénézuéla)

Lion d’Argent du meilleur metteur en scène : El Clan de Pablo Trapero (Argentine, Espagne)

Grand Prix du Jury : Anomalisa de Charlie Kaufman and Duke Johnson (Etats-Unis)

Prix du Jury : Abluka de Emin Alper (Turquie, France, Qatar)

Coupe Volpi du Prix d’Interprétation Féminine : Valeria Golino pour Per Amor Vistro de Giuseppe Gaudino (Italie)

Coupe Volpi du Prix d’Interprétation Masculine : Fabrice Luchini pour L’Hermine de Christian Vincent (France)

Prix Marcello Mastroianni du Meilleur Espoir : Abraham Attah pour Beasts of No Nation de Cary Joji Fukunaga (Etats-Unis)

Prix du Meilleur Scénario : L’Hermine de Christian Vincent (France)

Meilleure Première Oeuvre : L’Enfance d’un chef de Brady Corbet  (Etats-Unis)

 

Longuement applaudi par la presse lors de sa projection, le vénézuélien Desde allà narre l’histoire d’Armando, un cinquantenaire à la recherche de jeunes à Caracas qu’il paye pour obtenir leur compagnie. Un jour, il rencontre Elder, un jeune homme de 17 ans qui s’avère être le leader d’un gang criminel. Cette rencontre va leur changer la vie à tous les deux. Malgré son rythme lent, cette histoire âpre de sexe et de solitude écrite par Guillermo Arriaga (Babel, 21 Grammes) a particulièrement bouleversé le jury du festival vénitien qui l’a logiquement récompensé.

Sorti déjà depuis quelques semaines en Argentine et déjà un énorme succès, El Clan de Pablo Trapero raconte l’histoire vraie, dans les années 80, d’une famille responsable de nombreux meurtres et kidnappings. Arquimedes Puccio, un notable anciennement chargé de faire disparaître les opposants au régime, est persuadé que la démocratie n’est que passagère. L’activité lui manquant, il met à profit son expérience pour kidnapper ses voisins fortunés afin de les rançonner. Par prudence, il tue ses victimes après avoir ramassé l’argent, aidé par ses fils qu’il implique de force, y compris l’aîné, célèbre pour jouer dans l’équipe nationale de rugby. Le film est produit par Pedro Almodovar. Une première bande annonce est déjà disponible.

Grand Prix du Jury, Anomalisa est un film d’animation co-réalisé par Charlie Kaufman, l’un des plus célèbres scénaristes américains connus pour ses scénarii de Human NatureDans la peau de John MalkovichAdaptation ou Eternal Sunshine of the Spotless Mind. Il est à l’origine d’un récit d’une fort mélancolie qui suivra le destin d’un quadragénaire qui, lors d’une soirée dans un hôtel anonyme de Cincinnati,  va tenter de rompre sa solitude avec Lisa, une jeune femme dont la voix le bouleverse. Chaleureusement applaudi lors de sa projection de presse, Anomalisa a mis deux ans pour être financé, faisant notamment appel à une campagne de financement participatif via le site Kickstarter.

L’Hermine de Christian Vincent est l’unique vainqueur français cette année. Mais quel vainqueur puisqu’il remporte le Prix du Scénario ainsi que le Prix d’Interprétation pour Fabrice Luchini. Une consécration pour l’un des acteurs français les plus estimés de la profession et qui n’avait pas reçu de prix depuis plus de vingt ans, ayant reçu le César du Meilleur Acteur dans un Second Rôle en 1994 dans Tout ça… pour ça !. L’Hermine racontera le récit de Michel Racine, un Président de cour d’assises redouté donnant rarement des peines sous les dix ans. Tout bascule le jour où Racine retrouve Birgit Lorensen-Coteret. Six ans auparavant, Racine a aimé cette femme. Peut-être la seule femme qu’il ait jamais aimée. Elle fait parti du jury qui va devoir juger un homme accusé d’homicide. Le long métrage sortira dans les salles le 18 novembre prochain.