rouge-farid-film-bentoumi-critique-lemagducine

Festival Lumière 2020 : le vibrant Rouge de Farid Bentoumi

Plusieurs films sous le label Festival de Cannes 2020 ont été présentés au Festival Lumière 2020. C’est le cas de l’excellent et vibrant Rouge de Farid Bentoumi. 

Rouge est sans cesse animé par cette urgence, celle qui attaque la pollution perpétrée par les entreprises avec les rejaillissements que cela peut avoir sur l’environnement et leurs employés. Une urgence qui voit se déployer toute sa trame composée de plusieurs strates où le drame sanitaire se répercute avec d’autant plus de violence avec le drame familial. Là où Dark Waters de Todd Haynes prenait plus de temps à observer les rouages de la recherche et les conséquences d’un tel abandon dans la vie d’un homme et la dévotion financière et matérielle que peut demander de telles affaires, le film de Farid Bentoumi est dans l’action, dans un présent continu et souhaite montrer les répercussions sociales et sociétales que peuvent avoir ces alertes. 

Avec sa caméra à l’épaule et sa mobilité de plans, Rouge est en mouvement, scrute le moindre détail et n’élude rien dans le vivier d’une entreprise chimique. La dureté du travail, la précarité de l’emploi des ouvriers, la pression financière sur toute une région, des revenus qui nourrissent des familles entières, le manque de suivi sanitaire, la non-fiabilité des audits environnementaux et même les accords souterrains entre pouvoirs publics et patrons de boite. Farid Bentoumi ne noircit jamais le tableau pour le rendre manichéen, mais au contraire, essaye à son échelle, de rendre le dessein assez clair pour alerter les consciences et donner un point de vue global sur une situation préoccupante, qui notamment en France, se veut cloisonner par bon nombres d’obstacles juridiques et financiers. 

Malgré le réalisme de chaque minute et cette envie de coller à la peau d’une véracité qui s’offre à nos yeux, Rouge est avant tout un film de cinéma qui sait nouer ses enjeux « politiques » avec ses enjeux fictionnels. A cette occasion, c’est avant tout des portraits de femmes et d’hommes qui émeuvent par leur abnégation et les sacrifices qui les attendent. Avec cette écriture qui marie à perfection les genres, Rouge passe d’une scène de remontrances hiérarchiques tendue et mutique à une sublime scène de « déclaration de guerre » entre un père et une fille qui ne se comprennent plus. 

Les personnages sont à l’image du contexte évoqué : en eaux troubles et toujours sur une brèche morale où la conscience collective et l’intérêt individuel se télescopent dans l’esprit de chacun. Que cela soit cette ancienne infirmière urgentiste qui travaille désormais dans l’entreprise où son père exerce (et le reste de la famille) et qui est prête à perdre l’amour de sa famille pour sauver leur santé (impressionnante Zita Hanrot), que cela soit cette journaliste enceinte qui ne peut éteindre la flamme dénonciatrice qui brûle en elle (Céline Sallette), ou le portrait ambivalent de ce père de famille qui à la charge de bons nombres d’hommes et qui met sous le tapis des vérités pour sauver des familles qu’on aidera pas au moindre problème (Sami Bouajila). 

Car Rouge parle aussi de ça : au-delà de l’alerte et de l’aspect presque héroïque de la chose, Farid Bentoumi porte aussi un regard humain et vibrant sur une classe moyenne éviscérée par le travail. Le droit de parole de cette dernière est mis à mal pour des questions de survie à moyen terme alors que leur vie sur le long terme est déjà jetée dans le caniveau et des clairières bondées de déchets. Un grand film de son époque.

Bande Annonce – Rouge

Synopsis  :  Nour vient d’être embauchée comme infirmière dans l’usine chimique où travaille son père, délégué syndical et pivot de l’entreprise depuis toujours. Alors que l’usine est en plein contrôle sanitaire, une journaliste mène l’enquête sur la gestion des déchets. Les deux jeunes femmes vont peu à peu découvrir que cette usine, pilier de l’économie locale, cache bien des secrets. Entre mensonges sur les rejets polluants, dossiers médicaux trafiqués ou accidents dissimulés, Nour va devoir choisir : se taire ou trahir son père pour faire éclater la vérité.

Fiche Technique – Rouge

Réalisateur : Farid Bentoumi
Scénario : Farid Bentoumi, Samuel Doux
Casting: Zora Hanrot, Céline Sallette, Sami Bouajila…
Sociétés de distribution : Ad Vitam
Durée : 1h28
Genre: Drame
Date de ressortie :  25 novembre  2020

 

Plus d'articles
lorenzo-film-george-miller-nick-nolte-susan-sarandon-dvd-1992
Lorenzo : le film de « combat médical » de George Miller enfin en DVD/Blu-ray