Festival de Télévision de Monte-Carlo : Cérémonie de Clôture

Chronique du Festival de Télévision de Monte-Carlo, 18 juin 2015 : Cérémonie de clôture du Festival

Le 18 Juin 2015, s’est clôturé le Festival de la Télévision de Monte-Carlo, avec la remise finale des Nymphes d’Or, équivalents des oscars pour les séries. Au cours de cette cérémonie, de nombreuses personnalités étaient présentes à l’image du Prince Albert II, pour remettre les récompenses les plus prestigieuses de la télévision internationale.

Les Nymphes ont été répartis en différentes catégories, pour récompenser l’ensemble du milieu de l’audiovisuel international. Dans un premier temps, l’une des rubriques majeures de ce Festival était liée aux actualités mondiales. Le meilleur reportage du Journal Télévisé a été attribué au documentaire, « Suspected police brutality against occupy protester », qui révélait notamment les conditions de vies actuelles des protestants de Hong Kong face à un gouvernement de moins en moins libéral. Ensuite, on pourrait citer Injusticia Express, officiellement « meilleur document d’actualités », qui cherche à dénoncer le fait que de nombreuses personnes issues de la Mafia parviennent à corrompre les systèmes judiciaires et faire accuser des hommes et femmes innocents pour des crimes ou échanges frauduleux qu’ils n’ont pas commis.

Par la suite, les récompenses des séries ont vraiment été mises en valeur pendant ce festival, qui cherche à promouvoir les programmes audiovisuels les plus attractifs. Dans la catégorie, Mini Séries, « The Missing », la série britannique à reçu la Nymphe d’Or, elle sera notamment diffusée prochainement sur la chaîne TMC. En ce qui concerne, les acteurs de cette catégorie, Anthony Hayes s’est vu remettre la Nymphe d’Or du meilleur acteur pour ses prestations dans Secrets & Lies et Frances O’Connor a reçu le prix de la meilleure actrice, pour ses performances dans la série citée précédemment « The Missing ».

La série Lilyhammer 3 a reçu le prix de la meilleure série TV de comédie, après un troisième opus très réussit qui parviendra sans doute à toucher de nouveau le public européen. Ce succès à notamment était confirmé par la remise du Nymphe d’Or du meilleur acteur dans cette catégorie à Steven Van Zandt, pour des performances de qualité consécutives. Enfin, la meilleure série comique internationale a été discernée à « Welcome to Sweden », un programme scandinave déluré e qui a littéralement séduit le jury avec son approche très innovatrice.

Dans le registre dramatique, deux séries ont raflées toutes les récompenses. « Gomorra » à la fois pour la meilleure série dramatique internationale et également pour le prix du meilleur acteur avec Marco D’amore qui parvient toujours à porter les intrigues grâce à son charisme naturel. La deuxième série, qui a été sous le feu des projecteurs pendant ce festival et justement récompensée, est « Happy Valley » qui sera projetée en Europe prochainement. Cette série produite par la BBC One a parfaitement compris le registre du divertissement dramatique, avec notamment un de leurs meilleurs atouts qui a glané e la prestigieuse récompense de meilleure actrice, Sarah Lancashire, pour l’instant exclusivement actrice de série.

Par la suite, 3 Nymphes d’Or ont été remis à la catégorie « Prix de l’audience TV Internationale ». Le meilleur Telenovelas à « Amour, Gloire et Beauté », pour renforcer une nouvelle fois l’image de ce programme qui s’est crée une véritable notoriété à l’échelle internationale. Puis, une série très reconnue également en France, NCIS a été récompensée pour l’attrait que cette œuvre, qui est une nouvelle parvenue à susciter cette année l’intérêt de nombreux fans. Pour finir, le programme « How I met your mother » a logiquement été récompensé par un Nymphe d’Or, grâce à sa grande simplicité et à la fois à un humour toujours très subtile qui peut être apprécié par toutes les générations.
Pour terminer, cette liste de récompenses, sans doute la catégorie avec le plus de visibilité, « les films de télévision », qui s’affrontent chaque année pour tenter d’obtenir ce précieux sésame. Cette année l’œuvre, Marvellous, a complètement écrasée la compétition en obtenant les 3 récompenses discernées, meilleur film, meilleur acteur et meilleure actrice. Cette œuvre encore inconnue en Europe propose un divertissement atypique et qui a nourrit la curiosité du jury dans un premier temps, et par la suite a totalement été conquis par ce film déjanté et très bien structurée. L’histoire se base sur un homme qui quitte son travail de boucher pour rejoindre un cirque en tant que clown. Il emménage plus tard à une université où il devient le coach de l’équipe de foot non officielle. D’après l’avis et l’expertise du jury du Festival, ce programme peut compter, sur deux acteurs de grande qualité, Toby Jones, dans le rôle de « Neil », et Gemma Jones surnommée « Marie » qui portent à bout de bras ce film qui remportera surement un grand succès lors de sa diffusion. La raison majeure de l’attribution de ces deux prix, selon l’ensemble du Jury, est la réelle complicité entre le duo d’acteurs improbables.

Au cours de cette cérémonie, des organisations internationales humanitaires qui ont été présentent pendant le festival ont reçu des prix symboliques tels que le Comité International de la Croix-Rouge, la Croix-Rouge Monégasque ou encore le Prix Spécial Prince Rainier III. Ces différents prix démontrent l’importance que porte la principauté au développement durable à tout point de vue, humanitaire, culturel et économique.
Cette soirée a été une grande réussite et à permis pour la 55ème fois d’affilés d’affirmer la position de Monaco à l’échelle internationale. Environ un mois après l’organisation du mythique Grand Prix de Monaco, la principauté a tenu son rang en organisant une merveilleuse édition. Le corps journalistique a vécut cet événement comme une grande opportunité de pouvoir être au plus prêt des dernières tendances et actualités du monde de l’audiovisuel. Ce festival est très prestigieux et deviendra de plus en plus populaire ces prochaines années, grâce à des projections internationales en avant première, à sa nouvelle approche pour les professionnels, et à une organisation toujours irréprochable.

Auteur : Adrien Lavrat

 

Plus d'articles
l-oeuf-de-l-ange-cycle-apocalypse-film-critique
L’Œuf de l’ange (1985), de Mamoru Oshii : du déluge à l’apocalypse, une parabole biblique de l’humanité