Sleepy Hollow : Critique de la saison 1

Sleepy Hollow Tom Mison, Katia Winter, Orlando Jones

Sleepy Hollow, série fun et fantastique façon 2.0

Première série renouvelée de la saison, est donc l’un des succès de la rentrée, fruit de la collaboration entre Roberto Orci, Phillip Iscove et Alex Kurtzman (Star Trek Into darkness, Insaisissables), la nouvelle série fantastique/horrifique de la Fox réalisée par Len Wiseman ( Underworld ) s’attaque à l’adaptation de la célèbre légende noire du cavalier sans tête.

Sleepy Hollow est une version modernisé, façon 2.0, de La Légende de Sleepy Hollow basé sur la courte nouvelle de Washington Irving, que le roi du gothique Tim Burton tourna en 1999, un film culte fort bien accueilli par le publique.

La série Sleepy Hollow mélange toutes sortes de mythes chrétiens et païens comme dans la fameuse série Supernatural, avec les mêmes thèmes, celle de la fin du monde, l’Apocalypse, une idée récurrente que l’on trouve dans bon nombre de film, comme celle du combat contre les forces du mal. Une série à l’humour présent, présenté un cavalier sans tête sans sa hache médiévale mais comme une sorte de Terminator équipé d’un semi-automatique c’est d’ailleurs plutôt bien amené comme idée.

Sleepy Hollow s’avère agréable à regarder, la photographie est plutôt bonne, le langage châtié d’Ichabod Crane rende le personnage attachant et la série est riche en révélations baignant dans une douce atmosphère démoniaque en raison de la lumière qui ne semble pas vouloir assombrir les plans, ce qui a son charme…

Honnêtement, Sleepy Hollow n’est pas la série catastrophe annoncée, bien sur le mélange entre histoire et surnaturel peut déranger les plus puristes, le scénario est encore trop brouillon mais pour ceux qui aiment le mélange des genres, la série reste divertissante et peut véritablement prendre de l’ampleur pour devenir la série fun fantastique à la mythologie efficace.

Coté casting, les acteurs sont crédibles, sauf peut être le capitaine, et puis une série qui a diffusé lors de la diffusion du pilot « Sympathy for the Devil » des Rolling Stones ne peut que s’améliorer.

« Please allow me to introduce myself
I’m a man of wealth and taste
I’ve been around for a long, long year
Stole many a mans soul and faith« 

Synopsis : En 1781, Ichabod Crane, un soldat dans l’armée coloniale, en mission pour le général George Washington décapite le soldat de Hesse, le cavalier sans tête qui se révèle être un des 4 chevaliers de l’apocalypse. Ichabod Crane se réveille après un sommeil de près de deux siècles et demi dans notre époque moderne, ou il trouve une alliée inattendue en la personne d’Abbie Mills, lieutenant de police à Sleepy Hollow. Evidemment la vision du monde du temps de l’Amérique coloniale n’est pas la même que celle du 21ème siècle et est souvent une source de scènes plutôt drôle. Tous les deux ont un rôle à jouer dans les événements qui se préparent, et une apocalypse à éviter.

Fiche Série : Sleepy Hollow

Créateurs : Roberto Orci, Alex Kurtzman, Phillip Iscove, Len Wiseman (2013)
Chaîne de diffusion : FOX
Casting : Tom Mison, Katia Winter, Orlando Jones, Nicole Beharie, John Cho, Lyndie Greenwood, Jahnee Wallace
Nationalité : Américaine
Genre : Science fiction, Thriller
Nombre d’épisodes : 13
Format : 42 minutes

Plus d'articles
la-califfa-alberto-bevilacqua-ugo-tognazzi-romy-schneider-1970
La Califfa : la drôle d’expérience transalpine de Romy