Channel Zero, une série de Nick Antosca : Critique du pilote

Critique du Pilote de Channel Zero

Synopsis : Ravagé par la disparition de son frère jumeau et par des événements morbides survenus dans son enfance, Mike retourne dans sa ville natale pour enquêter. Mais rapidement, de nouveaux drames surviennent…

Un peu de Ça  :channel-zero-candle-cove-syfy

Channel Zero rappelle étrangement le Ça : Il est revenu de Stephen King. Pourtant, la série s’inspire en grande partie de Candle Cove, une légende urbaine qui circule sur le net (aussi appelée « creepypasta ») sous la forme d’une nouvelle écrite par Kris Straub en 2009. Celle-ci fait le récit des épisodes d’une émission glauque et effrayante diffusée quelques mois seulement en 1971. Dans l’histoire originale, les personnages se remémorent les marionnettes épouvantables qui présentaient le show et les épisodes gratinés qui l’alimentaient jusqu’à arriver au plus terrible : le douzième. Un retour dans le passé qui fait froid dans le dos.
Ce retour dans le passé, Mike (le personnage principal incarné par Paul Schneider) va aussi devoir le faire pour résoudre les crimes mystérieux qui ont eu lieu en 1988 dans cette adaptation. Le pilote de Channel Zero est ainsi parsemé de flashbacks qui entretiennent non seulement le suspense mais aussi le stress chez le spectateur. Certaines images sont fugaces mais assez sanglantes pour marquer notre esprit. Dès lors, nous sommes un peu comme ces enfants devant Candle Cove, otages de l’écran, otages de cette fichue émission de télé.
channel-zero-candle-cove-skin-takerEn effet, les enfants semblent victimes d’un (ou plusieurs ?) monstres dont on se demande s’ils sont ou non imaginaires. Car si certains font échos à la petite souris ou à la « Fée des Dents », l’horreur est pourtant bien réelle, la souffrance aussi : violence, enlèvements, meurtres, tout y est – et le squelette Skin Taker (littéralement Preneur de Peau) nous ferait presque regretter le clown de Ça !
Channel Zero est sordide et dérangeant à souhait car elle s’attaque à nos peurs ancestrales et à l’enfance. Mais là où l’œuvre de Stephen King présentait ces enfants presque comme des héros combatifs, la série en fait des victimes passives, soumises, à la merci d’un « Grand méchant », d’un père fouettard, cruel et injuste. On n’a alors que peu d’espoir pour ces pauvres bambins, d’autant que le seul adulte qui puisse leur venir en aide est aussi étrange que perturbé mentalement. Autre similitude avec Ça, l’ancienne victime du monstre a perdu son frère et va tenter de résoudre l’affaire… Humm ça nous rappelle quand même des choses.
Hanté par ses démons et manipulé par cette chose irrationnelle et mystérieuse, Mike manque tout de même de crédibilité et de sang-froid aux yeux des autres personnages, qui ne lui font pas confiance évidemment, mais aux nôtres aussi. Quels espoirs reste-t-il aux victimes potentielles dans de telles circonstances ? La suite nous le dira mais notre crainte est latente : pari tenu pour les créateurs !

Cette nouvelle série d’horreur d’anthologie, après Channel Zero : Candel Cove, donnera lieue à une saison 2  intitulée Channel Zero: The No-End House, officiellement commandée et également constituée de 6 épisodes que nous pourrons découvrir en 2017.

Channel Zero : Bande-annonce

https://www.youtube.com/watch?v=vULZlV9QGlg

Pilote de Channel Zero : Fiche Technique

Créateur : Nick Antosca
Réalisateurs : Craig William Macneill, Nick Antosca
Casting : Paul Schneider, Fiona Shaw, Luisa D’Oliveira, Natalie Brown, Shaun Benson, Luca Villacis, Abigail Pniowsky, Cassandra Consiglio…
Producteurs : Nick Antosca, Craig William Macneill, Universal Cable Productions, Don Mancini, Harley Peyton, Max Landis, Dawn Parouse
Genre : Drame, Epouvante-horreur, Thriller
Nationalité : Américaine
Format : 6 épisodes de 42 minutes
Date de sortie : mardi 11 octobre 2016

Etats-Unis – 2016

Redactrice LeMagduCiné