2081-universal-absurdity-short-film-danse

2081 Universal Absurdity : l’adaptation cinématographique de la nouvelle de Kurt Vonnegut’s Harrison Bergeron

2081 Universal Absurdity : un court métrage à découvrir

universal absurdityUn court métrage des plus intéressants et d’une actualité brûlante, basé sur une nouvelle de science-fiction dystopienne de Kurt Vonnegut Jr, publiée à l’origine dans The Magazine of Fantasy & Science Fiction en 1961, traduite en France sous le titre du Pauvre Petit Surhomme. 2081 est un court métrage découvert au Festival International de Seattle, en 2009, racontant l’histoire d’un monde où la notion d’égalitarisme conduira à mettre au point le socle commun minimum, sous la supervision du « Handicapeur Général des États-Unis », Diana Moon Glampers. Une société où rien ne dépasse, où tout est pareil, conçue pour que tous les êtres soient égaux.

C’est l’histoire d’une société qui mènera jusqu’à l’absurde, une idée utopique, une uniformisation du monde effrayante, caractérisée par une déshumanisation totalitaire servant aux gouvernements à faire de l’individualité, du caractère unique de chacun un crime entraînant répressions et morts. Une société où l’idée même de création est synonyme de déviance, de pêché suprême.

2081 fait penser à 1984, Fahrenheit 451, Brave New World où la population est placée sous une caste de répartition physiologique, où encore récemment à Hunger Games.

3 livres dystopiens  en Films

Nous avons tous la liste classique des films voire séries anti-utopiques, les plus connus sont justement 1984, Le meilleur des mondes, La Ferme, Minority Report, Hunger Games etc… J’en rajouterai 3 autres :

Neuromancer, roman de William Gibson (1984). Ce roman a remporté la «triple couronne» et un film sera tourné en 2013; on trouve un excellent fake d’ailleurs sur youtube d’un trailer.

fils de l'hommeLe fils de l’homme de PD James (1992) qui donna aussi un très bon film avec Clive Owen

La Servante écarlate de Margaret Atwood (1985)

Plus d'articles
Cromwell-film-Ken-Hughes-rimini-edition-dvd-critique
Cromwell : le despote inspiré par Dieu