Le Vent se lève de Hayao Miyazaki : Critique

« Le vent se lève ! Il faut tenter de vivre ». Ce  premier vers de la dernière strophe du poème vers du poème Le Cimetière marin de Paul Valery, fournit le titre et la devise du film de Miyazaki.

Le onzième et dernier long métrage du Maître Miyazaki peint le Japon des années 20-40, une période lourde de significations (crise économique, mutation de l’urbanisme, fièvre militariste, désastres naturels…). Les séquences du grand tremblement de terre du Kanto en 1923 sont d’un réalisme confondant, retranscrit dans les moindres détails avec une précision chirurgicale, on s’y croirait…

Cette ultime fresque se détache de sa filmographie par sa maturité, moins fantastique que “Princesse Mononoké” ou “Les contes de terremer”, mais tout aussi beau, « Le vent se lève » raconte l’ascension de Jirô Horikoshi (Hideaki Anno) amoureux d’aviation depuis son enfance, qui mit au point le Zèro, célèbre chasseur de la seconde guerre mondiale !

Le Vent de la Vie

Une animation plus ancrée dans le réel, que ses précédents réalisations, mais toute aussi poétique, le vent se lève embrasse des thèmes comme la famille, l’amour, la nature, l’ambition, la violence, sans doute l’œuvre la plus émouvante du maître de l’animation japonaise. Une animation mélancolique, lyrique, sans doute la plus intimiste du vieux maître japonais, son héros est un artiste du vent, il n’aspire qu’à créer des machines volantes pour leurs beautés que la guerre détourne pour en faire des vaisseaux de morts.

Comme nous dit Jikô dans Princesse Mononoké : « C’est ce monde qui est maudit« , la passion pour l’aviation de Jirô Horikoshi, tout comme Caproni, son idole, son rêve, sa création se transforme en cauchemar.

Une histoire plus sombre, tragique, la relation entre Jiro et Nahoko, une jeune femme atteinte de la tuberculose est émouvante, empreinte d’une poésie autour du vent… Un long métrage au graphisme sublime, un magnifique tableau impressionniste sublimé par la musique de Joe Hisaishi. Le vent se lève s’inspire aussi de la spiritualité japonaise, « il faut tenter de vivre », en dépit des vents contraires, survivre à tous les obstacles aller jusqu’au bout de ses rêves… Le livre du Sensei Miyazaki se referme sur un hymne à la vie…

Synopsis : Inspiré par le fameux concepteur d’avions Giovanni Caproni, Jiro rêve de voler et de dessiner de magnifiques avions. Mais sa mauvaise vue l’empêche de devenir pilote, et il se fait engager dans le département aéronautique d’une importante entreprise d’ingénierie en 1927. Son génie l’impose rapidement comme l’un des plus grands ingénieurs du monde. Le Vent se lève raconte une grande partie de sa vie et dépeint les événements historiques clés qui ont profondément influencé le cours de son existence, dont le séisme de Kanto en 1923, la Grande Dépression, l’épidémie de tuberculose et l’entrée en guerre du Japon. Jiro connaîtra l’amour avec Nahoko et l’amitié avec son collègue Honjo. Inventeur extraordinaire, il fera entrer l’aviation dans une ère nouvelle.

Fiche Technique : Le Vent se lève

Titre original : Kaze Tachinu
Réalisateur : Hayao Miyazaki
Scénariste : Hayao Miyazaki
Interprètes VO : Hideaki Anno, Miori Takimoto et Hidetoshi Nishijima
Animation : Katsuya Kondo et Kitaro Kosaka
Genre : Animation, Drame
Durée du film : 2 h 06
Date de sortie : 22 janvier 2014
Photographie : Atsushi Okui
Montage : Takeshi Seyama
Musique : Joe Hisaishi et Werner R. Heymann
Producteur : Toshio Suzuki pour Studio Ghibli, Nippon Television Network, Dentsu, Hakuhodo DY Media Partners, Mitsubishi Corporation, Toho et KDDI Corporation
Distributeur : The Walt Disney Company France

 

Plus d'articles
cheyenne-et-lola-serie
Cheyenne et Lola : des débuts prometteurs + rencontre avec l’équipe