le-petit-dinosaure-et-la-vallee-des-merveilles-critique

Le Petit Dinosaure et la Vallée des Merveilles, un film de Don Bluth : Critique

Le Petit Dinosaure et la Vallée des Merveilles nous avait déjà fait craqué en 1988 ; il ressort aujourd’hui sur grand-écran pour notre plus grand plaisir.

Synopsis: Bien avant l’apparition de l’homme sur la Terre vivait une paisible race de dinosaures végétariens et pacifiques, les « mangeurs de feuilles ». Mais quand la sécheresse ne les contraignait pas à l’exode, les terribles « dents tranchantes », une espèce de dinosaures carnivores, les attaquaient. Un seul espoir pour sauvegarder la race, rejoindre la vallée des merveilles, où la verdure est abondante.
C’est là que commence l’histoire de Petit-Pied, un dinosaure appartenant à la famille des « longs cous » et séparé de ses parents, suite à un séisme. Au cours de son périple, il est épaulé par d’autres espèces reptiliennes : Cera, une « trois cornes », Ducky, un « grande bouche », Petrie, un « volant », et Spike, un « queue à pointes ».

Un monde merveilleux

C’est un spectacle féerique de dimensions, de couleurs et de graphismes, jusqu’à la musique magique de James Horner, auteur des bandes son de Titanic et Avatar. Réalisé par Don Bluth, ancien animateur des Studios Disney, créateur des Studios Don Bluth, Le Petit Dinosaure et la Vallée des Merveilles est une animation dans la continuité du dessin-animé traditionnel à l’image des autres productions en association avec Steven Spielberg : Fievel et le Nouveau Monde, Brisby et le secret de Nimh ou encore Anastasia...

Le film nous conte l’histoire de Petit Pied, un bébé diplodocus qui part à l’aventure pour retrouver sa famille dans l’El Dorado des dinosaures. D’emblée, le petit dinosaure nous enchante par sa frimousse adorable, son innocence et son optimisme. Dans sa quête, il est accompagné par d’autres dinosaures aux personnalités très marquées : Beckie le saurolophus passionné et surexcité qui répète « Oui, oui, oui ! » d’une voix chantante doublée, Cera le tricératops au mauvais caractère, Pointu le stégosaure gourmand et Pétrie le ptéranodon qui ne sait pas voler.

La joyeuse tribu nous entraîne dans un périple à travers des paysages désertiques et apocalyptiques pour retrouver le chemin d’une vallée fleurissante et paradisiaque : la Vallée des Merveilles. Une expédition mouvementée au cœur de la Préhistoire. Le titre, Le Petit Dinosaure et la Vallée des Merveilles, exprime parfaitement les deux aspects de cette animation qui est une rencontre entre l’Histoire et le Merveilleux. Le film permet de développer à la fois l’imagination de l’enfant, sa curiosité et ses connaissances, pour le plus grand plaisir des parents.

Un monde préhistorique

Le Petit Dinosaure et la Vallée des Merveilles est une animation pour enfants dont l’idée originale est judicieusement trouvée quand on sait que dès la maternelle, les petits ont un engouement pour ces créatures « fantastiques » qui ont pourtant existé. Plus tard, les enfants restent en admiration devant ces géants de la Préhistoire qui développent leur imagination et leur intérêt pour l’histoire et la science. C’est une période extraordinaire, garante du passé et de nos origines, une période mystérieuse pour les petits comme les grands dont on sait peu de choses finalement, en particulier sur l’extinction des dinosaures qui a fait émerger nombre de théories.

Pas étonnant donc que nos bambins en raffolent car l’enfance est aussi un moment où l’on aime se faire peur. Outre le mystère qui plane autour d’eux, ces dinosaures revêtent un caractère terrifiant, monstrueux à l’image du « Grand méchant Loup » notamment en ce qui concerne le Tyrannosaure Rex.

Le psychologue clinicien, Pascal Hachet, explique ce phénomène par ces mots :

« Le plus souvent, on observe la séquence suivante : les enfants sont d’abord saisis par la curiosité qui les incite à les côtoyer par le biais d’images et, parfois, de connaissances plus ou moins poussées. Ils ressentent ensuite de la peur lorsqu’ils découvrent la taille et l’agressivité présumée de la plupart de ces animaux. Enfin, lorsqu’ils parviennent, à force de “ fréquentation ”, à apaiser cette peur, ce qui n’est pas toujours le cas, ils se prennent à aimer plus ou moins intensément ces animaux. »

De par ses atouts artistiques et pédagogiques, le sujet du film Le Petit Dinosaure et la Vallée des Merveilles tombe à point nommé dans une période du développement de l’enfant qu’il est nécessaire d’alimenter. Avec cette sortie dans les salles, l’occasion de nourrir leurs esprits gourmands avec ce joli conte se présente à nouveau car sur les écrans, ces dinosaures sont fabuleux !

Le Petit Dinosaure et la Vallée des Merveilles : Bande-annonce

Fiche technique : Le Petit Dinosaure et la Vallée des Merveilles

Titre original : The Land before Time
Origine : USA
Année de production : 1988
Production : Sullivan Bluth Studios, Amblin Entertainment
Durée : 1h09
Auteur : Don Bluth
Réalisation : Don Bluth
Production : Don Bluth, John Pomeroy, Gary Goldman
Producteurs exécutifs : Steven Spielberg, George Lucas, Frank Marshall, Kathleen Kennedy
Scénario : Stu Krieger
Musique : James Horner
Story-boards : Don bluth, Dan Kuenster
Animation : David Brewster, Skip Jones, Patrick Gleeson, Ken Duncan, Michel Gagné, Kent Hammerstrom, Colm Duggan, Jeff Etter, Raul Garcia, Marie Bardwell
Effets Spéciaux : Dorse Lanpher
Direction de l’animation : Dan Kuenster, Ralph Zondag, Linda Miller
Direction de doublage : Jean-Pierre Dorat
Layout : David Goetz

Redactrice LeMagduCiné
Plus d'articles
La-fievre-dUrbicande-BD
La Fièvre d’Urbicande provoquée par le Robick’s cube