kingsglaive-final-fantasy-xv-critique-film-takeshi-nozue

Kingsglaive, Final Fantasy XV, un film de Takeshi Nozue : Critique

[Critique] Kingsglaive, Final Fantasy XV

Synopsis : Une guerre fait rage depuis des années entre l’empire Niflheim qui cherche à étendre son influence sur le monde, et Lucis, un royaume pacifique protégé grâce au pouvoir d’un cristal. Face à la résistance de la ville royale d’Insomnia, capitale de Lucis, l’empire propose de négocier un traiter qui permettrait une paix entre les deux nations…

Game of Fantasy

kingsglaive-final-fantasy-xv-afficheNous y sommes presque : dix ans après l’annonce de Final Fantasy Versu XIII sur Playstation 3, suivie malheureusement de plusieurs obstacles retardant sa sortie, nous nous apprêtons enfin à découvrir l’histoire de Noctis et ses amis en novembre prochain (désormais sous l’appellation de Final Fantasy XV sur Playstation 4 et Xbox One).
Suite à l’impatience toujours plus insoutenable de la part des fans, Tetsuya Nomura et Hajime Tabata marquent l’événement avec une série animée centrée sur nos héros, mais surtout, proposent à Takeshi Nozue de réaliser Kingsglaive, troisième film d’animation produit par Square Enix, qui nous présente la mythologie et l’univers du futur jeu. Un long-métrage surprenant que personne n’avait vu venir…

Cela ne date pas d’hier, Final Fantasy a toujours été considéré comme le blockbuster du jeu vidéo à travers une sortie assez longue et des coûts de production toujours plus élevés.
Cependant, le rapport des fans à la saga est beaucoup plus tendu en terme de filmographie. En effet, après l’échec retentissant, il y a déjà 15 ans, de Final Fantasy, les créatures de l’esprit, qui ciblait un public trop large, les studios ont évité de se relancer dans une aventure cinématographique. Ils ont exclusivement sorti, en 2005 et directement en DVD, Advent Children, la suite de Final Fantasy VII.
Ce second film, destiné avant tout pour les joueurs, a rencontré un plus grand succès car, s’était montré plus fidèle aux approches et aux codes qui composent un Final Fantasy, malgré un travail technique ahurissant qu’il faut retenir, et soutenir, dans Les créatures de l’esprit pour l’époque.

De ce fait, Square Enix a réitéré l’expérience pour son 15ème Final Fantasy en développant un nouveau long-métrage en images de synthèse.
Kingsglaive peut être considéré comme un prequel au jeu, à l’instar de Advent Children qui était un sequel.
Le but étant d’accentuer la promotion autour du jeu à venir, tout en montrant aux spectateurs toutes les capacités des animateurs en effets spéciaux, transformées depuis une quinzaine d’années.
Ainsi, le film de Nozue nous invite dans un nouveau monde imaginaire, mélangeant à la fois science-fiction et créatures fantastiques, afin de se familiariser au contexte de cette nouvelle mythologie vidéoludique.

kingsglaive-final-fantasy-xv-salle-du-troneEn repensant à l’ensemble de la série, le scénario du film se montre traditionnel et classique : un empire maléfique qui cherche à dominer le monde, et un petit royaume qui lutte pour maintenir sa liberté.
Les éléments récurrents à la saga sont vraiment présents et seront très appréciés pour les fans en retrouvant un pays en danger, dont le destin est entre les mains d’une princesse, Lunafreya, et d’un groupe de soldats d’élites, mené par Nyx Ulric.
Les principaux héros du jeu étant absents, les spectateurs vont s’intéresser aux problèmes politiques, dignes d’un épisode de Game of Thrones, l’architecture étant absolument magnifique, la salle de trône d’Insomnia n’a rien à envier au trône de fer (l’anecdote intéressante, c’est que nous retrouvons nos très chers Sean Bean et Lena Headey qui font les voix du rois Regis et de la princesse).
Le traitement des protagonistes est assez équilibré et présente un design réussi, typique à la culture japonaise pour chacun d’entre eux.
De plus, le développement de l’intrigue explique en détail tout l’univers, sans qu’on s’y perde, que ce soit pour un fan de la série, ou pour un spectateur lambda. D’ailleurs, nous avons une dramaturgie soutenue et bien géré jusqu’à son épilogue, nous dévoilant un affrontement incroyable, encore bien plus impressionnant que dans Advent Children.
Digne d’un Marvel, nous conseillons aux spectateurs de regarder jusqu’à la dernière minute pour ne pas louper la scène post-générique, servant d’ouverture à Final Fantasy XV.

kingslaive-final-fantasy-xv-nyx-lunafreyaLes équipes techniques ont mené un travail esthétique colossal où nous constatons un visuel grandiose à travers chaque plan. Les textures au niveau des visages rendent ces avatars vivants et très réalistes, de telles manières que le spectateur pourra prétendre voir plus d’une fois un corps réel.
Pour finir sur ces décors, ils sont magnifiés dès les premières scènes. Ces images numériques se confondent aux prises de vues réelles grâce à des jeux de lumière parfaitement maîtrisés, confirmant le talent de Square Enix pour nous bluffer aussi bien sur leurs jeux vidéo que sur leurs longs-métrages.

Le bilan est vraiment concluant, nous faisons face à un scénario sérieux, un univers assez sombre qui agrandira son potentiel sur console, mais il est regrettable de ne pas voir ce film dans nos cinémas (à l’exception d’une séance spécial au Grand Rex).

Enfin, le dernier problème à cette mythologie qui commence, c’est qu’elle est exclusivement réservée aux fans de la saga. Le grand public appréciera la prouesse technique et son histoire, mais n’aura pas la chance de connaître la fin de cette épopée, à moins d’acheter le jeu.
Avec de telles compétences, il serait intéressant que Square Enix lance une vraie saga cinématographique à Final Fantasy sous forme de trilogie par exemple.

Final Fantasy XV sort en France le 30 novembre 2016 sur Playstation 4 et Xbox One.

Kingsglaive, Final Fantasy XV : Bande-annonce

Kingsglaive, Final Fantasy XV : Fiche Technique

Réalisation : Takeshi Nozue
Scénario : Takeshi Hasegawa, Saori Itamuro, Kazushige Nojima
Doublage (VF) : Damien Ferrette (Nyx Ulric), Philippe Catoire (Regis Lucis Caelum), Geneviève Doang (Lunafreya Nox Fleuret), Vincent Grass (empereur Ledolas Aldercapt)…
Doublage (VO) : Aaron Paul (Nyx Ulric), Sean Bean (Regis Lucis Caelum), Lena Headey (Lunafreya Nox Fleuret), David Gant (empereur Ledolas Aldercapt), Darin De Paul (Ravux Nox Fleuret)…
Société de production : Square Enix
Date de sortie : 15 septembre au Grand Rex (30 septembre : DVD/Blu-Ray)
Durée : 110 minutes
Genre : Animation / Science-fiction

Japon – 2016