Bref : la série culte de Kyan Khojandi disponible en intégralité sur You Tube

bref-la-serie-kyan-khojandi-youtube-integralite-disponible-humour-canal-plus

Bref, le programme court de Kyan Khojandi qui a fait les belles heures du Grand Journal de Canal +, vient de débarquer en intégralité et tout à fait légalement sur You Tube.

La série Bref était diffusée entre 2011 et 2012 sur Canal +. Cette pastille humoristique était programmée dans le cadre de l’émission Le Grand Journal. Les épisodes de Bref sont donc désormais disponibles légalement, gratuitement et en intégralité sur YouTube. C’est Kyan Khojandi lui-même, le créateur de ce programme court devenu rapidement culte, qui a dévoilé cette grande nouvelle pour tous les fans d’humour décalé et de l’esprit Canal. Le réalisateur et comédien de 35 ans est à l’affiche du dernier film d’Albert Dupontel, Au revoir là-haut. Il a également joué dans les films Rosalie Blum de Julien Rappeneau et Nous trois ou rien de Kheiron. Kyan Khojandi a également signé les scénarios de Bloqués et de Serge le mytho.

Bref s’est étalée sur 82 épisodes. La série disposait d’un casting impressionnant à l’image des comédiens Jonathan Cohen, Alice David, Baptiste Lecaplain, Dedo ou bien encore Bérangère Krief. Le programme court Bref a également été l’occasion pour le public français de découvrir de nombreux caméos savoureux. Elie Semoun, Chantal Lauby, Omar Sy, Laurent Baffie ou bien encore Antoine De Caunes font notamment partie de la longue liste de guest-stars mémorables.

L’intégralité de la série est donc dorénavant accessible sur une playlist Youtube. Ce choix radical et surprenant pourrait être lié à des questions de récupérations de droits selon des informations de IGN France. Pour les collectionneurs et les mordus du programme, le coffret DVD de la série contient également des bonus inédits. Kyan Khojandi est également actuellement en tournée dans l’Hexagone pour son spectacle Pulsion jusqu’en décembre prochain.

 

Redacteur LeMagduCiné
Plus d'articles
brooklyn-boogie-paul-auster-wayne-wang-critique
Brooklyn Boogie: l’hommage au quartier de cœur