Cannes 2018 : Martin Scorsese honoré du Carrosse d’Or

Last updated:

Après avoir remporté la Palme d’Or en 1976 pour son film culte Taxi Driver, Martin Scorsese est devenu l’un des cinéastes majeurs de ces quarante dernières années. En pleine post-production de The Irishman, il sera honoré du Carrosse d’Or au 71e Festival de Cannes

De Taxi Driver à Silence, quarante ans de carrière pour Martin Scorsese, l’un des metteurs en scène les plus importants de notre époque. Son cinéma, oscillant entre expériences radicales (Raging Bull) et dissertations mystico-métaphysiques (La dernière tentation du Christ), a marqué tous les cinéphiles ayant vu de près ou de loin les films du réalisateur américain. Son dernier film, The Irishman, budgeté à plus de 150 millions de dollars par Netflix, est d’ailleurs attendu comme un graal par ses admirateurs. Mais alors qu’il fignole la post-production de ce film de gangsters, il sera honoré au 71è Festival de Cannes, du Carrosse d’Or, un prix remis chaque année depuis 2002 par la Société française des Réalisateurs de films (SRF).

Les cinéastes membres de la SRF élisent un des leurs pour ses pour les qualités novatrices de ses films, pour son audace et son intransigeance dans la mise en scène et la production. Martin Scorsese succède ainsi à de grands noms comme Clint Eastwood, David Cronenberg et Werner Herzog qui a remporté le prix l’an dernier. «En 2018, pour son 50e anniversaire et la 50e édition de la Quinzaine des Réalisateurs, la SRF est fière de saluer un cinéaste d’exception et une source d’inspiration intarissable», a déclaré la SRF dans un communiqué. La récompense lui sera d’ailleurs remise en main propre à l’ouverture de la Quinzaine des Réalisateurs.

L’occasion sera faite de redécouvrir le long-métrage Mean Streets, qui a véritablement lancé la carrière de Scorsese en 1973, tout comme celles de Robert de Niro et Harvey Keitel, qui faisaient l’une de leurs premières apparitions sur grand écran. L’histoire suit Charlie et Johnny Boy qui tentent de percer dans la mafia de Little Italy dans le New-York des années 70. Si Charlie a ses chances grâce à son oncle bien intégré dans la mafia qui lui promet la gestion d’un restaurant, Johnny Boy criblé de dettes multiplie ce qui apparaît de plus en plus comme des provocations. Charlie marqué par la religion et la figure de saint François d’Assise protège et tente de sauver un Johnny Boy qui se condamne lui-même chaque jour davantage.

Plus d'articles
et-la-femme-crea-hollywood-julia-clara-kuperberg-deauville-2016
Deauville 2016: Et la femme créa Hollywood de Julia et Clara Kuperberg