Critique-The Mandalorian-Chapitre-7

Critique The Mandalorian : Chapitre 7 – La Confrontation des Copains d’Avant

Promo de Noël chez Disney la semaine dernière : 2 produits Star Wars pour le prix d’un ! Dans les salles obscures sortait l’ultime épisode de la saga Star Wars : L’ascension de Skywalker et sur les petits écrans américains pouvait être visionné le pénultième épisode de The Mandalorian. Pedro avait fait équipe dans le Chapitre 6, Le Prisonnier Abandonné, avec des grosses tanches de l’évasion. Dans le Chapitre 7, la Confrontation, notre chasseur de cœur va choisir SA team. Quatre lurons d’enfer dans l’espace, chasseurs de beskar et de paix, ce sont des guerriers fantastiques, ils sortent les blasters, c’est la panique ! Les Chasseurs Ninjas de l’Espace, c’est parti !

Une fois n’est pas coutume, on commence par Pedro en mode Lost In Space, à qui il arrive des bricoles dans l’espace. On était habitué à des chasseurs qui venaient lui titiller le beskar. Là, c’est carrément un appel Skype de Grief Karga qu’il reçoit. Lui qui avait voulu le descendre dans le Chapitre 3, Le Péché, demande finalement à Pedro de revenir sur Nevarro avec Guizmoda pour se débarrasser du client. Bon, ça pue autant le traquenard qu’une  » dernière  » pinte à 23h00 mais bon, pas d’autre choix que d’y aller sinon on ne voit pas comment la saison pourrait se finir.

Le truc, c’est que les traquenards, il a connu ça. Le dernier en date dans l’épisode 6, Le Prisonnier Abandonné, où il n’avait pas eu d’autre choix que d’intégrer une équipe de troubadours pour une évasion qui s’annoncait bien foireuse. Alors cette fois, sa team, c’est lui qui va la composer. À commencer par sa belle dulcinée ex-trooper Cara Dune qu’on avait rencontrée dans le Chapitre 4, Le Sanctuaire. Il retourne donc sur Sangor pour revoir son date Tinder qui s’amuse à coller des tartes à un cousin de Dark Maul dans la cantina du coin, Pedro va devoir user de ses talents de négociateur pour l’enrôler. L’argument  » viens on va botter le cul d’un Impérial  » aura finalement suffi.

Allez hop, dans le vaisseau, et de un ! (On payerait beaucoup pour voir Guizmoda en Passe-Partout). Là, Pedro lui explique que s’il retourne dans la gueule du loup, c’est parce qu’il n’a pas d’autres moyens pour qu’on lui lâche les basques. Il n’a même pas le temps de finir son histoire que son vaisseau tangue. Code rouge code rouge ! Un chasseur encore à ses trousses ? Un problème technique sur le Razor Crest ? Chewbacca et Han Solo en état d’ivresse ? Non, c’est juste Guizmoda qui fait mumuse avec le joystick du Razor Crest. Ça nous pendait au nez depuis quelques chapitres aussi cette histoire.

Comme dirait DSK, à deux c’est sympa, mais à trois c’est mieux. Pedro file donc sur une autre planète pour retrouver son poto Kuiil. Ça papote des galères des uns et des autres, la discussion est amicale jusqu’à ce que Pedro rencontre un vieux compagnon de route : le droïde chasseur de primes du chapitre 1. Hop, je sors mon blaster, je te fais les gros yeux (du moins on suppose) et tu t’approches du petit. Une vraie lionne qui défend son petit, si mignon. Sauf que non.

Kuiil, en bon gentil mécano qui a passé l’age pivot et donc à la retraite, a reprogrammé le droïde chasseur de primes pour en faire un majordome. Le travail ne semblait pas gagné d’avance, mais Kuiil, armé de patience et de détermination, a réussi à lui éduquer la plus noble des tâches : servir du thé. Quite amazing darling. Alors quand Pedro demande à Kuiil de venir rejoindre son équipe, ce dernier accepte uniquement pour la protection de Guizmoda et non pour sauver les miches de Pedro. Et ce, à une condition : qu’il ramène ses Bluurgs. Et son droïde. Le genre de mec que t’invite en soirée et qui débarque avec 5 potes donc.

Et de deux… six ! Voilà donc tout ce beau monde réuni dans le Razor Crest en direction de Nevarro pour botter des culs. Pour s’occuper pendant le voyage, Cara et Pedro s’amusent à faire un bras de fer. Ça a changé l’époque où on devinait les départements grâce aux plaques sur l’A11. Pedro est quand même en galère, mais le jeu est bon enfant et c’est vrai qu’ils feraient un bon couple. Ouais, mais Guizmoda décide de foirer le date en se la jouant Dark Vador. Et vas-y que je t’étrangle, et vas-y que moi j’ai la Force. Bref, Cara aime les duels égaux et là, clairement, ça triche. Ils feront pas une partie de Monopoly ensemble ces deux-là.

Ils débarquent enfin sur Nevarro, au milieu de nulle part, où Greef Karga les attend avec 3 de ses copains. Lui qui s’attendait à recevoir Pedro et Guizmoda se retrouve avec Cara, Kuiil et 3 Bluurgs en plus. Les calculs sont pas bons Pedro. Bon, par précaution et parce que la ville est aux mains de l’empire, leur rendez-vous a été organisé loin, très loin de la ville. Ils vont donc devoir dormir cette nuit à la belle étoile. Et qui dit belle étoile dit… barbecue !

C’est avec une biquette sur le feu qu’ils se répètent le plan. Pedro, méticuleux et soigné, veut faire les choses proprement, calmement, et surtout s’assurer qu’on ne le prend pas pour (encore) un con. On lui dit que  » le client  » ne sera escorté que par 4 stormtroopers, et que ça va être de la tarte dont le sang sera la garniture.

Le problème des barbecues, c’est que ça cause, ça cause, et du coup, personne surveille le feu. Résultat, des charognards de dragons viennent impunément becter la biquette. Daenerys et l’éducation, c’est plus ça franchement. Ça part en baston générale et, comme il fallait que quelqu’un se fasse blesser, c’est tombé sur Greef Karga. Ballot hein. Heureusement que Guizmoda est là avec ses pouvoirs magiques pour guérir (tiens, ça nous rappelle quelqu’un dans Star Wars) en 8 doigts quatre mouvements le pauuuuvre chasseur.

Après une soirée quelque peu agitée, l’after continue et tous peuvent reprendre le chemin vers  » la ville « . Entre eux, il n’y a rien d’amical à vrai dire. Encore plus quand Karga, en tête de file, s’arrête ! Ça sent le duel de cow-boy à plein nez et on ne veut pas se faire enrhumer une deuxième fois.

Stupeur ! Quel retournement de situation, quel twist, il liquide ses gardes du corps ! Ah, il nous a bien entubé (clin d’oeil de passe-partout). On apprend que c’était un piège (mince), mais que comme Pedro, lui aussi s’est repenti depuis que Guizmoda est entré dans sa vie, à savoir quelques heures plus tôt. Il a une aura incroyable ce petit quand même, mettez-le au siège de l’ONU s’il vous plait.

Du coup, élaboration d’un nouveau stratagème, plus élaboré que celui de la veille, pour se défaire de leur  » client « .  Ils décident d’honorer Greef Karga en faisant de lui le plus grand des chasseurs de prime, un chasseur qui a gagné au loto avec Pedro en récompense et Cara en numéro complémentaire. Kuiil, lui, rentre au Razor Crest protéger Guizmoda. On se dit qu’il est le plus peinard.

Ils arrivent enfin en ville ! Nouvelle stupeur, Greef est un peu marseillais. Pourquoi ? Bah, les stormtroopers sont plus proches d’être 40 que 4. Merde. Enfin 4, si, mais à l’intérieur de la cantina. Greef Karga, ce mathématicien en carton.

Bon, sinon, leur plan marche pas trop mal, le client a l’air content de revoir Pedro, menotté. Il lui fait ensuite un cours de géopolitique en lui exposant les bienfaits de l’Empire sur toutes les planètes où règne son pouvoir. On veut pas atteindre le point Godwin, mais il nous cherche là. On se fait quand même une bébé frayeur quand il demande à voir Guizmoda, mais un appel Skype nous sauve !

Hop, petite sonnerie. Oui bonjour, Moff Gideon, personne ne sait qui je suis mais je veux savoir si Guizmoda est là. Oui ? Parfait, ne quittez pas, je vous passe le service après-vente de l’empire. Hop, boum, ça canarde sec dans la cantina, le client et les 4 stormtroopers (oui on a compté) se font démonter à coups de blaster. Là, merde, qu’est-ce qu’il se passe, quoi ? On se retrouve avec une armée de stormtroopers noirs et blancs, une vraie partie de dames, la fenêtre (cassée) de la cantina, et nos 3 protagonistes, bloqués.

Pedro, qui flaire les trucs pas mûrs, appele Kuiil pour lui dire de filer un petit coup de Red Bull à ces piranhas sur pattes pour avancer un peu parce qu’il va avoir de la compagnie. Pendant ce temps-là, entrée théâtrale de Mister Gideon qui… oh mais qui voilà, Gus Fring de l’espace ! Son profil est bien meilleur que dans Breaking Bad et il est tout aussi badass ! Et clairement, il est pas venu ici pour se faire rouler dans la chapelure.

Preuve en est, les speeders pourchassent Kuiil et n’hésitent pas à terrasser le pauvre Bluurg. Guizmoda est à terre, Kuuil inerte. Le stormtrooper récupère Guizmoda comme un sac à patate. Moff a Guizmoda. C’est la merde, et on se dit que ce serait le moment pour notre petit Gremlin de montrer qui est le boss.

Allez, rendez-vous pour le dernier chapitre de The Mandalorian, où Gus Fring va être confronté à la Drug Enforcement Administration de Javier Peña !

Plus d'articles
Capitalisme-et-progres-social-critique-livre
« Capitalisme et progrès social », une réconciliation est-elle possible ?