Zombillenium-arthur-de-pins-alexis-ducord-critique

Zombillénium : une adaptation réussie

Le dessinateur Arthur de Pins s’associe avec Alexis Ducord pour adapter sa bande dessinée Zombillénium en film d’animation. Le pari est réussi.

Synopsis: Dans le parc d’attractions d’épouvante Zombillénium, les monstres ont le blues. Non seulement, zombies, vampires, loups garous et autres démons sont de vrais monstres dont l’âme appartient au Diable à jamais, mais en plus, ils sont fatigués de leur job, fatigués de devoir divertir des humains consuméristes, voyeuristes et égoïstes, bref, fatigués de la vie de bureau en général, surtout quand celle-ci est partie pour durer une éternité… Jusqu’à l’arrivée d’Hector, un humain contrôleur des normes de sécurité, déterminé à fermer l’établissement. Francis, le Vampire qui dirige le Parc n’a pas le choix : il doit le mordre pour préserver leur secret. Muté en drôle de monstre séparé de sa fille Lucie et coincé dans le parc, Hector broie du noir… Et si il devenait finalement la nouvelle attraction phare de Zombillénium ?

Adapter sa propre bande dessinée n’est pas chose aisée. Ayant déjà un pied dans l’animation avec sa série Magic, Alexis de Pins a su insuffler à son oeuvre une nouvelle dynamique. Parce que le long-métrage est très bon. L’histoire déjà, même si elle reprend les mêmes lieux et certains personnages, n’est pas copiée sur son travail original. Le personnage principal est différent, ainsi que le déroulement des événements.

L’animation en elle-même est aussi très fluide et marche très bien. Les couleurs sont tout bonnement sublimes, avec de vraies trouvailles dans certains passages, comme par exemple le très court moment où l’on passe en vue en première personne. Ou bien lors du spectacle du train fantôme. C’est un régal pour les yeux. Et comme le style des Bandes Dessinées a été respecté, cela donne un certain cachet à l’ouvrage.

La force du film est aussi d’être tout public, car le thème du parc d’attraction ravira les enfants, et certaines références sont pour adultes. Il est également drôle, avec une touche d’humour bien dosée. Mais ce qui marque définitivement le spectateur est l’utilisation de la musique. Mat Bastard a fait un très bon travail de ce côté-là, car le passage du concert est une apothéose musicale combinée à une animation divine. Musique parfois tournée en dérision, notamment avec le thème musical du méchant, le vampire Steven.

Petit bémol : bien que les personnages soient très attachants, on regrette qu’ils ne soient pas plus fouillés et développés. Comme le long-métrage est très court (il fait 78 minutes), l’histoire va très vite et les événements s’enchaînent trop rapidement. Il aurait fallu étirer un peu le long-métrage afin de plus développer la psychologie des personnages. Mais même sans cela, cela reste un très bon travail.

Arthur de Pins et Alexis Ducord sont parvenus à livrer une œuvre belle, drôle et divertissante qu’il faut aller voir en salles afin de mieux profiter de ses dessins et de son ambiance sonore. N’hésitez-pas, foncez !

Zombillénium : Bande-Annonce

Zombillénium : Fiche Technique

Réalisation : Arthur de Pins, Alexis Ducord
Scénario : Arthur de Pins, Alexis Ducord, d’après l’oeuvre d’Arthur de Pins
Doublage : Emmanuel Curtil, Kelly Marot, Alain Choquet, Esther Corvez-Beaudoin, Arthur de Pins
Animation : David Nasser
Montage : Benjamin Massoubre
Musique : Eric Neveux, Mat Bastard
Producteur: Léon Perahia
Société de Production : Maybe Movies
Distributeur : Gebeka Films
Durée : 1h18
Genre : Animation
Date de sortie : 18 octobre 2017

France – 2017

Redactrice LeMagduCiné