Festival-cannes2018-21-films-en-competition-en-lice-pour-la-Palme-d-or

Cannes 2018 : 21 films en lice pour la Palme d’or

Le 71e festival de Cannes débute ce mardi 8 mai. 21 films sont en compétition pour la Palme d’or. Le prestigieux trophée, qui fait tourner les têtes et accélère les carrières, sera remis lors de la cérémonie de clôture le 19 mai.

La présidente du jury, l’actrice australienne Cate Blanchett, et son équipe vont devoir départager des œuvres du monde entier. 21 films sont en compétition officielle pour la 71ème édition du Festival de Cannes. La compétition s’annonce féroce cette année encore.

Thierry Frémaux et Pierre Lescure ont dévoilé une sélection officielle audacieuse et surprenante en avril dernier. Beaucoup de cinéphiles ne se sont toujours pas remis malheureusement de l’absence de réalisateurs majeurs. Paolo Sorrentino, Jacques Audiard, Xavier Dolan ou bien encore Mike Leigh ne seront effectivement pas présents pour dévoiler leurs nouveaux films.

21 réalisateurs, dont 3 femmes, vont donc vivre une très belle aventure humaine et cinématographique durant ce 71e Festival de Cannes.

Everybody Knows de Asghar Farhadi, avec Penélope Cruz, Javier Bardem et Ricardo Darín (Espagne)

Penélope Cruz et Javier Bardem sont à l’affiche de ce thriller psychologique en langue espagnole. Everybody Knows sera projeté pour l’ouverture de cette 71e édition, le mardi 8 mai. À l’occasion du mariage de sa sœur, Laura revient avec ses enfants dans son village natal au cœur d’un vignoble espagnol. Mais des événements viennent bouleverser son séjour et font resurgir un passé depuis trop longtemps enfoui.

En guerre de Stéphane Brizé, avec Vincent Lindon (France)

Ce film social de Stéphane Brizé entraîne Vincent Lindon dans la lutte de salariés de l’usine Perrin, prêts à tout pour sauver leur site d’Agen, spécialisé dans la sous-traitance automobile.

Le Livre d’image de Jean-Luc Godard (France)

50 ans après sa tirade culte sur les événements de mai 1968, Jean-Luc Godard revient à Cannes avec un projet cinématographique ambitieux. Le Livre d’image est un film en cinq parties thématiques. Cette œuvre serait une réflexion sur le monde arabe à travers des images documentaires et de fiction. Le cinéaste franco-suisse est venu pour la dernière fois en compétition pour Adieu au langage en 2014, qui remporta le Prix du jury ex-æquo avec Mommy de Xavier Dolan. La présence de Jean-Luc Godard pour présenter son nouveau film sur la Croisette n’est malheureusement pas confirmée à 100%. L’affiche de la 71e édition du Festival de Cannes est un hommage à la filmographie de Jean-Luc Godard et à Pierrot le fou.

Un Couteau dans le cœur de Yann Gonzalez, avec Vanessa Paradis (France)

Deuxième long-métrage et première sélection officielle pour Yann Gonzalez. Le réalisateur français avait marqué la Croisette, à la Semaine de la critique en 2013, avec Les Rencontres d’après minuit. Ce nouveau film a des chances de séduire les amateurs de films fantastiques italiens. Un Couteau dans le cœur pourrait en effet reprendre les codes du genre du « giallo ». Vanessa Paradis incarne une productrice de films pornographiques gay qui se retrouve soudain menacée de mort.

BANDE-ANNONCE INDISPONIBLE

Plaire, aimer et courir vite de Christophe Honoré, avec Vincent Lacoste, Pierre Deladonchamps, Denis Podalydès (France)

Douze ans après Les Chansons d’amour, Christophe Honoré est de retour sur la Croisette. Le nouveau film de Christophe Honoré retrace la relation amoureuse entre un jeune étudiant et un écrivain dans les années 1990. Les comédiens Vincent Lacoste, Pierre Deladonchamps ou bien encore Denis Podalydès composent le casting.

https://www.youtube.com/watch?v=hQmCaEyhq58&has_verified=1

Les Filles du soleil de Eva Husson, avec Golshifteh Farahani et Emmanuelle Bercot (France)

Après avoir marqué les esprits avec Bang Gang sur la sexualité d’une jeunesse insouciante, Eva Husson débarque à Cannes avec son second long-métrage. Les Filles du Soleil est en réalité le nom d’un bataillon de combattantes kurdes luttant contre des djihadistes. Bahar (incarnée par Golshifteh Farahani), la commandante, veut arracher son fils aux « hommes en noir ». Mathilde (la comédienne et réalisatrice Emmanuelle Bercot), journaliste française, débarque alors pour couvrir l’offensive.

BANDE-ANNONCE INDISPONIBLE

Capharnaüm de Nadine Labaki (Liban)

La réalisatrice libanaise Nadine Labaki dévoile le combat d’un enfant qui se rebelle contre l’existence qu’on cherche à lui imposer. Devant les juges, il explique attaquer ses parents pour lui avoir « donné la vie ».

BANDE-ANNONCE INDISPONIBLE

Dogman de Matteo Garrone, avec Adamo Dionisi, Francesco Acquaroli, Edoardo Pesce (Italie)

Grand Prix pour Gomorra et Reality et récompensé comme meilleur réalisateur pour Tale of Tales, le quatrième film de l’Italien Matteo Garrone promet de prendre les spectateurs aux tripes. Le film va retracer un fait divers particulièrement sanglant dans les années 1980.  Un toiletteur pour chiens va planifier une terrible vengeance contre son ami, un ancien boxeur, dépendant à la cocaïne. Cette homme terrorise tout le quartier et lui rend la vie infernale. Une plongée dans l’horreur,  la violence et la torture va alors débuter.

https://www.youtube.com/watch?v=8bEdZy33hdc&feature=youtu.be

Ayka de Sergueï Dvortsevoy (Kazakhstan)

Le réalisateur kazakh Serge Dvortsevoy revient avec une seconde œuvre après Tulpan, vainqueur du Prix Un Certain Regard en 2008. Ce nouveau film repose sur des ressorts dramatiques. Ayka est le nom d’une jeune fille kyrgyze qui vit et travaille illégalement à Moscou. Après avoir donné naissance à son fils, elle l’abandonne à l’hôpital. Elle va finalement décider de partir à la recherche de ce fils.

BANDE-ANNONCE INDISPONIBLE

« Lazzaro Felice » Heureux comme Lazzaro de Alice Rohrwacher, avec Nicoletta Braschi, Sergi López et Alba Rohrwacher (Italie)

Déjà présente à Cannes pour ses deux derniers longs-métrages, l’Italienne Alice Rohrwacher s’invite à nouveau dans la compétition en 2018. La cinéaste était repartie avec le Grand Prix en 2014, pour Les merveilles. Ce nouveau film retrace l’histoire d’un jeune paysan dans un hameau sur lequel règne la marquise Alfonsina de Luna, resté à l’écart du monde moderne. Son amitié avec Tancredi, le fils de la marquise, va lui faire traverser le temps. Ce conte poétique, tourné en super 16, aborde les bouleversements de la société italienne.

BANDE-ANNONCE INDISPONIBLE

Le Poirier sauvage de Nuri Bilge Ceylan, avec Hazar Ergüclü et Ahmet Rifat Sungar (Turquie)

Lauréat de la Palme d’or en 2014 avec Winter Sleep, le réalisateur turc présente, avec cette nouvelle œuvre, l’histoire d’un homme qui rêve d’être écrivain et retourne dans son Anatolie natale. Les dettes de son père vont malheureusement finir par le rattraper. Le film dure 3h08.

Asako 1 & 2 de Ryūsuke Hamaguchi, avec Masahiro Higashide et Erika Karata (Japon)

L’intrigue va plonger les spectateurs dans le quotidien d’Asako qui, après la disparition de Baku, l’homme qu’elle aimait, retrouve son parfait sosie. Elle va alors se laisser séduire, malgré la personnalité du jeune homme, totalement différente de celle de Baku. Senses, un projet de 5 heures et découpé en trois volets du même réalisateur, vient de débarquer dans les salles françaises. Ryusuke Hamaguchi est déjà considéré comme le « Rohmer japonais » par de nombreux critiques français.

Une Affaire de famille de Hirokazu Kore-eda, avec Lily Franky, Sakura Ando, Mayu Matsuoka et Kirin Kiki (Japon)

Hirokazu Kore-eda et le Festival de Cannes, c’est une grande histoire d’amour. Avant Une Affaire de famille, six de ses films avaient été sélectionnés à Cannes. Le premier en 2001 : Distance. Le réalisateur japonais revient à Cannes avec l’histoire d’une famille de voleurs à l’étalage qui adopte une orpheline. Leur vie de bohème va basculer lorsqu’un incident va révéler brutalement leurs plus terribles secrets…

Les Eternels de Jia Zhangke, avec Zhao Tao, Fan Liao (Chine)

Le réalisateur chinois commence, lui aussi, à devenir un habitué du Festival de Cannes. Ses deux derniers longs-métrages avaient été présentés en compétition, en 2013 et 2015. Le cinéaste revient en compétition sur la Croisette pour la cinquième fois avec une histoire d’amour et de gangsters. Qiao, une jeune danseuse est amoureuse de Bin, un chef de la pègre locale de Datong. Lorsque Bin est attaqué par une bande rivale, Qiao prend sa défense et riposte avec une arme à feu. Elle est condamnée à cinq ans de prison suite à cette terrible affaire. Une fois libérée après avoir purgé sa peine, Qiao part alors à la recherche de Bin. Elle souhaite tenter de renouer avec lui.

BANDE-ANNONCE INDISPONIBLE

Burning de Lee Chang-dong, avec Yoo Ah-In, Steven Yeun, Jeon Jong-Seo (Corée du Sud)

Huit ans maintenant que Lee Chang-dong n’avait pas réalisé de film, depuis Poetry en 2010, présent en compétition officielle la même année. Le ministre de la Culture en Corée du Sud (2003-2004),  Lee Chang-Dong, a adapté une nouvelle de l’auteur japonais Haruki Murakami. Ce film s’apparenterait à un thriller mettant en scène un coursier, une jeune fille partie en Afrique et la menace d’un mystérieux pyromane.

BlacKkKlansman de Spike Lee, avec John David Washington, Adam Driver, Topher Grace et Harry Belafonte (États-Unis)

27 ans après son dernier passage en compétition au Festival de Cannes, le réalisateur Spike Lee fait son comeback sur la Croisette avec un long-métrage qui pourrait bien faire rougir Quentin Tarantino. BlacKkKlansman retrace l’histoire vraie d’un policier afro-américain infiltré parmi des membres du Ku Klux Klan en 1978. Il gravira les échelons de l’organisation raciste jusqu’à en devenir président. Le comédien Adam Driver incarne un collègue du policier qui incarne sa doublure « blanche » pour faire tenir sa couverture. Cette œuvre qui risque de remettre à la mode le genre de la blaxploitation est adapté du livre autobiographique Black Klansman de Ron Stallworth (incarné par le comédien John David Washington).

BANDE-ANNONCE INDISPONIBLE

Under the Silver Lake de David Robert Mitchell, avec Andrew Garfield, Riley Keough et Topher Grace (États-Unis)

David Robert Mitchell avait agréablement surpris la Croisette à la Semaine de la critique, avec son film d’horreur It Follows (2014). Le réalisateur de The Myth of the American Sleepover arrive à Cannes cette année avec un thriller. Un trentenaire amoureux fou de sa voisine se lance dans une enquête à travers la ville de Los Angeles quand elle disparaît. Son périple va l’entraîner sur la piste de meurtres mystérieux et de sombres conspirations.

Trois visages de Jafar Panahi (Iran)

Le cinéaste dissident Jafar Panahi est interdit de travailler dans son pays. Il a remporté l’Ours d’or à Berlin en 2015 avec Taxi Téhéran. Ce nouveau film dévoile trois portraits de femmes dans l’Iran moderne. Le Festival a demandé aux autorités iraniennes d’autoriser Jafar Panahi à quitter le pays pour se rendre à Cannes.

BANDE-ANNONCE INDISPONIBLE

Cold War de Pawel Pawlikowski, avec Joanna Kulig, Tomasz Kot, Jeanne Balibar et Agata Kulesza (Pologne)

Le réalisateur de Ida a été récompensé de l’Oscar du meilleur film étranger en 2015. Il est sélectionné cette année à Cannes pour un film qui retrace l’histoire d’une relation amoureuse compliquée entre une femme et deux hommes en Pologne et à Paris dans les années 1950-1960. Ce long-métrage en noir et blanc est produit par Amazon.

BANDE-ANNONCE INDISPONIBLE

L’été de Kirill Serebrennikov, avec Irina Starshenbaum, Teo Yoo, Roman Bilyk (Russie)

Leto (L’Eté) du réalisateur Kirill Serebrennikov, assigné à résidence, se base sur des faits méconnus de la biographie de Viktor Tsoï, le leader du groupe Kino. Ce chanteur soviétique des années 1980 de Léningrad, biberonné aux sons de Led Zeppelin et David Bowie, a eu une carrière musicale fulgurante. Il est notamment devenu une icône du rock de l’Est.

Yomeddine de Abu Bakr Shawky, avec Rady Gamal, Ahmed Abdelhafiz (Égypte)

Premier long-métrage et première sélection en compétition officielle pour le réalisateur austro-égyptien. Dans ce premier film tragi-comique d’Abu Bakr Shawky, un homme et un orphelin nubien s’échappent d’une colonie de lépreux dans le désert égyptien. Afin de regagner le monde moderne, ils entassent leurs maigres biens sur une charrette tirée par un âne.

BANDE-ANNONCE INDISPONIBLE

Plus d'articles
Inhumain-critique-bd
« Inhumain » : dystopie extraterrestre