L’Arme Fatale, une série de Matt Miller : critique du pilote

[Critique] L’Arme Fatale

Synopsis : Veuf depuis la mort tragique de son épouse enceinte, Martin Riggs, flic texan et ancien de la Marine, prend un nouveau départ à Los Angeles. Il devient le co-équipier du détective Roger Murtaugh, lequel a récemment subi une crise cardiaque « bénigne » et doit à tout prix éviter les situations de stress. Un duo de choc qui risque de faire des étincelles, entre l’un prudent et l’autre trop imprévisible.

Pétard mouillé

damon-wayans-clayne-crawford-l-arme-fatale-critique-serie

Bien que les remakes aient toujours existé, force est de se demander si Hollywood éprouve ces dernières années une certaine nostalgie, ou si la ressortie de ses beaux succès s’apparente au contraire à une course effrénée à la planche aux billets verts. Bien que ce phénomène touche essentiellement le cinéma, l’univers des séries télé n’est pas pour autant épargné. Rien que sur le mois de septembre, on ne dénote pas moins de deux lancements de séries ayant fait les beaux jours des studios les années passées : L’Exorciste, adapté du roman de 1971 de William Blaty et surfant sur la franchise du même nom, et MacGyver, reboot misant avant tout sur le lifting de son univers (personnages jeunes, nouvelles technologies…). Pavés de bonnes idées (surtout pour l’Exorciste), ces deux lancements ne connaissent cependant pas le succès escompté auprès du public. Il faudra désormais ajouter à cette liste L’Arme Fatale.

Nul besoin de présenter cette série de 4 films, célèbres comédies policières des années 80-90, popularisé par la réalisation dynamique de Richard Donner, l’écriture de Shane Black, et surtout son duo de flic improbable. D’un côté, Roger Murtaugh, inspecteur intègre, mari et père de famille respectable, prudent, réfléchi ; de l’autre, Martin Riggs, flic imprévisible, casse-cou et impulsif, tendance suicidaire depuis le décès tragique de son épouse. Ce duo populaire a ainsi rendu ses lettres de noblesse au genre du buddy movie qui a connu une forte tendance à la hausse à cette époque. Sur le papier, l’idée d’un renouveau n’était pour ainsi dire pas désagréable en soi, de par la popularité des deux protagonistes et la réussite artistique des films, si l’on acceptait toutefois de ne pas se laisser entrer dans les préjugés négatifs des reboots et voir ainsi une nouvelle version qui se démarquerait de l’originale. Il n’en est cependant rien : cette série, hormis le titre, n’a rien de L’Arme Fatale.

damon-wayans-l-arme-fatale-critique-serie

Le principal défaut qui saute aux yeux de cette version vient de l’écriture. Pour une fois, ce n’est pas tant le scénario et la trame principale de ce pilote le véritable problème. L’intrigue s’apparente ni plus ni moins à la majorité des histoires policières et autres séries B de l’époque voire actuelles (enquête sur un meurtre impliquant un trafic de drogue), et en soit ne s’éloigne pas tant que cela de l’intrigue des films d’origine. Là où le bât blesse particulièrement est dans l’écriture des personnages, mais surtout dans le développement de leur relation. C’est bien simple : en même pas un quart d’heure, les bases sont posées, et l’apogée de la relation Riggs/Murtaugh semble atteinte. Comme s’ils s’étaient toujours connus, les deux flics réussissent  déjà à se cerner mutuellement, et à maitriser leurs différents afin de travailler en équipe. Bien sûr, le pilote est là pour exposer les enjeux, et donner le fil conducteur de la saison au spectateur. Mais un minimum de développement n’aurait pas entraîné ces soucis de cohérence, et aurait surtout installé un sentiment d’empathie vis-à-vis de ces deux personnages, victimes collatérales de cette rapidité d’installation.

Ce problème n’empiète pas vraiment sur le personnage de Murtaugh : Damon Wayans, un des membres de la célèbre fratrie et œuvrant essentiellement dans le domaine de la comédie reste fidèle à lui-même. Il fait le job, sa composition oscillant entre instants comiques et gravité plus dosée. Par ailleurs, Clayne Crawford nous fait vraiment regretter Mel Gibson. La principale caractéristique de Martin Riggs – sa tendance suicidaire après le décès de sa femme et donc son impulsivité à régler des situations dangereuses – est survolée à tel point qu’on ne s’attache pas du tout au personnage ni à ses faiblesses. Ses failles n’entrainent aucune émotion, ses frasques aucun rire, voire sourire. Il apparaît seulement comme étant le coéquipier intrépide de Murtaugh, et rien de plus. Inutile également de parler des autres personnages, purement anecdotiques. La psychologue qui sera plus tard mise à mal par Riggs est interprétée par Jordana Brewter, nous montrant son joli minois et sa passivité la plus totale, tandis que le supérieur hiérarchique des deux héros n’a en tout et pour tout que deux répliques, là où les interactions de ce trio dans les films donnaient lieu à de véritables scène comiques.

clayne-crawford-l-arme_fatale-critique-serie

Mais si L’Arme Fatale version télé marque des points, c’est davantage dans sa forme et la tenue correcte de son récit. Bien que l’image puisse laisser à désirer sur certaines scènes, la faute à des filtres entrainant des couleurs bien trop criardes, le rythme de l’épisode est assez soutenu. Réalisé par McG, un artisan (sans génie mais quand même) du genre action (Charlie et ses drôles de dames, Terminator Renaissance, Target…), les quelques scènes d’action ponctuant l’enquête restent classiques mais efficaces, la plus mémorable étant la course poursuite en voiture se terminant sur le circuit d’un grand prix. Classique mais suffisamment bien emballée pour y accorder de l’intérêt, l’épisode se suit donc sans ennui, ce qui est le minime pour un pilote.

A force de dépoussiérer les vieux mythes, on peut finir par se brûler les ailes. Intentions louables, papier alléchant, et voulant miser avant tout sur le capital nostalgie de l’œuvre originale, ce premier épisode de L’Arme Fatale reste néanmoins une déception. Loin d’être totalement raté, mais plombé par des défauts d’écriture évidents, l’épisode se suit tout juste grâce à l’efficacité de sa réalisation. Reste à savoir si le reste de la saison comblera ces défauts, et rendra honneur au duo de flics le plus déjanté des années 80-90.

[irp posts= »76616″ name= »L’Exorciste, une série de Jeremy Slater : Critique du pilote »]

L’Arme Fatale : Bande Annonce

L’Arme Fatale : Fiche Technique

Créateur : Matt Miller
Réalisation : McG
Scénario : Matt Miller
Interprétation : Damon Wayans (Roger Murtaugh), Clayne Crawford (Martin Riggs), Jordana Brewter (Dr Maureen « Mo » Cahill), Keesha Sharp (Trish Murtaugh), Kevin Rahm (Cpt Brooks Avery)…
Directeur artistique : Eddie Matazzoni
Musique : John Kramon, Ben Decter
Production : Matt Miller, Dan Lin, Jennifer Gwartz, McG
Genre : Comédie, Policier
Format : 13 épisodes
Chaine d’origine : FOX
Diffusion aux USA : Depuis le 21 septembre 2016

Etats-Unis – 2016