Doctor Who saison 8 « The Caretaker »

Synopsis: Un terrifiant Blitzer Skovox s’apprête à détruire toute l’humanité – mais il y a pire, car, d’un instant à l’autre, Danny Pink et le Docteur vont se rencontrer. Lorsque des événements terribles menacent l’école de Coal Hill, le Docteur décide de l’infiltrer.

Pull fiction

Et si avant de parler de la série on parlait mode ? Vêtement ? Style ? Promis ça ne va pas durer très longtemps, (si vous êtes allergiques à tout ce qui touche au textile, sautez directement au prochain paragraphe). Alors donc allons y promptement : Il n’aura échappé à personne que le docteur, en plus d’être un archéologue-scientifique-défenseur-de-l’univers-voyageur-temporel-champion-du-cent-mètres, est avant tout un homme de goût. Qu’il soit vêtu d’une écharpe multicolore de 4 mètres, d’un élégant blouson de cuir ou d’un nœud papillons du plus bel effet, le seigneur du temps reste envers et contre tous un individu bath ! (mot au charme désuet que vous pouvez remplacez par élégant, chic, swag, frais etc…). Un type cool avant même que les hipster le soient (c’est dire si l’homme est en avance sur notre temps ). Mais ce serait bien mal le connaître que d’assimiler cela à de la pure coquetterie. Que nenni, il y a une symbolique bien rodée derrière tout cela (en tout cas depuis le neuvième docteur), non content de redéfinir les canons du cool à chaque incarnation, l’alien choisi méticuleusement ses couleurs en fonction de l’époque où il se rend, par exemple le onzième (Matt Smith) porte généralement un nœud papillons bleu quand il va dans le passé et un rouge quand il va dans le futur (pareil pour le dixième qui porte un costume marron dans le passé et un bleu dans le futur) et là vous vous dites…mais quid du nouveau docteur ? Lui qui aborde régulièrement une chemise blanche avec un gilet et un manteau des plus sobre… pas même une cravate, un nœud ou même un pin’s pour casser la morosité de l’ensemble. Ou est passé cette symbolique subtile ? Elle ne semble pas avoir disparu mais s’être réorientée. En effet occasionnellement ce cher voyageur du temps aborde à la place une sorte de pull rapiécé dont les manche se prolongent en mitaines lui donnant une apparence délicatement « grunge » du plus bel effet. La dernière fois qu’il l’avait porté c’était pour chasser les fantômes dans Listen, qui était sans conteste le premier épisode vraiment bon de cette nouvelle saison. Et surprise The Caretaker est également de qualité. Faudrait il y voir un signe ?

C’était tout pour le pull, maintenant parlons un peu de l’épisode : Une resucée de school reunion était à craindre, le docteur s’infiltrant un fois de plus dans une école pour capturer un alien vindicatif. Pourtant l’intrigue surprend en inversant la tendance. Ce n’est plus Clara qui suit son amis mais lui qui découvre (et nous aussi) son environnement quotidiens fait d’élèves turbulents, de réunions parents profs et de flirt avec un collègue. Et forcément le seigneur du temps aura bien du mal à se fondre dans le décor sans attirer l’attention de Danny Pink, le petit ami de son assistante dont il ignore l’identité. Le dialogue où, rêveur, il imagine son amie flirter avec un troublant sosie de sa précédente incarnation (nœud pap’ compris) est d’ailleurs assez drôle. La rencontre entre ces deux protagonistes aux antipodes ne manque alors pas de sel, quand l’ancien soldat le compare à un officier ou un aristocrate à l’ego surdimensionné. Toute la force de cet aventure tient justement de cette confrontation tant attendue qui pourrait bien avoir une grande influence sur la suite. Et même si l’antagoniste extra-terrestre manque d’originalité, c’est finalement tout le microcosme qui gravite autour de Clara qui donne de l’épaisseur à l’ensemble : l’élève turbulente qui se « lie d’amitié » avec le docteur, les cours de littérature où ce dernier intervient pour corriger son amie (mettant un peu à mal son autorité). Avec en plus l’apparition de personnages possiblement récurrents (la jeune Courtney Wood, le mystérieux homme en costume…), The Caretaker se révèle être un épisode assez riche, prompt a faire avancer une intrigue qui avait tendance à stagner depuis quelques semaines.

Réalisation et montage efficace et humour omniprésent fignolent les contours d’un épisode rythmé qui semble revenir aux sources. Beaucoup commençait à critiquer le virage « plus sombre » de la série qui semblait ne plus vouloir s’adresser au jeune public qui est pourtant le pilier principal de son succès (étonnante décision de la BBC de déplacer la diffusion en début de soirée plutôt qu’en fin d’après midi comme le voulait la tradition…). On ne peut qu’espérer que cette aventure ne soit pas encore un sursaut providentiel. Toujours est il que si l’habit ne fait pas le moine, le pull semble, pour l’instant, faire le docteur, il faudra donc guetter son retour pour voir si la tendance se confirme.

Fiche Technique: Doctor Who

Titre original : Doctor Who
Genre : Aventure, Science fiction
Créateur(s):Steven Moffat (depuis 2008)
Pays d’origine : Royaume-unis
Date : 2005
Chaîne d’origine : BBC
Épisodes : Beaucoup…
Durée : 50 minutes
Statu : en cours
Avec : Peter Capaldi, Jenna Louise Coleman, Samuel Anderson…

Redacteur LeMagduCiné
Plus d'articles
Coffret-Ultra-Collector-Crash-Edition-Limitee-Blu-ray-4K-Ultra-HD-critique
« Crash » : la chaleur de la chair, la froideur de la mécanique