critique-pilote-big-little-lies-david-e-kelley

Big Little Lies, une série de David E. Kelley : Critique du pilote

Dernière mise à jour:

Après le polar, la S-F ou la fantasy, HBO se lance dans le soap, avec un casting de stars du grand écran parmi lesquelles Reese Witherspoon, Laura Dern, Nicole Kidman et Shailene Woodley. Bénéficiant en plus du réalisateur de Dallas Buyers Club, Jean-Marc Vallée, pour le pilote, Big Little Lies nous emmène dans un cercle de mères aux foyers bourgeoises dont les relations vont très vite partir en éclat après un accident.

David E. Kelley n’en est certainement pas à son coup d’essai. Le scénariste américain ayant lancé la carrière de Neil Parick Harris avec Docteur Doogie à la fin des années 80, est également le cerveau derrière de nombreuses séries judiciaires ayant eu leurs heures de gloire à la fin des années 90 et au début des années 2000. Parmi celles ci, on compte The Practice ou la série des Boston Public et Justice, mais son plus gros succès reste bien évidemment Ally McBeal. Après un passage raté par la comédie avec The Crazy Ones, qui bénéficiait quand même de Sarah Michelle Gellar et Robin Williams, le voici qui débarque pour la première fois sur une chaîne câblée et plus précisément la grande HBO avec une mini-série répondant au nom de Big Little Lies.

Sur le papier Big Little Lies frappe fort, en plus d’un showrunner ayant un certain nombre de galons, on retrouve le québécois Jean-Marc Vallée à la réalisation. Du beau monde à la création, mais c’est devant la caméra que Big Little Lies étincelle avec son casting 5 étoiles. Reese Witherspoon, Nicole Kidman, Shailene Woodley, Laura Dern, Adam Scott, Alexander Skarsgard ont de quoi attirer un certain nombre de spectateurs, peu importe le sujet de la série.  Le sujet parlons-en, il n’est pas difficile de faire un rapprochement entre ce nouveau produit estampillé HBO et Desperate Houseviwes. Les deux séries commencent par une mort, et ses personnages principaux sont composés majoritairement de femmes au foyers. Si la série de Marc Cherry offrait une certaine diversité sociale parmi ses personnages de femmes, les protagonistes de Big Little Lies se trouvent être du même milieu social. Exit également la banlieue de Wisteria Lane, pour faire place à la plage de Monterey, ville touristique du nord de la Californie. Plus huppée, Big Little Lies l’est donc clairement, et la production de la série va dans ce sens.

Comme dit précédemment, la série commence par une mort, un meurtre en l’occurrence. Meurtre qui va rester mystérieux tout le long de ce pilote, mais dont certains indices vont désigner les personnes impliquées. Ce pilote va donc suivre un schéma assez classique, et exploité par HBO dans True Detective par exemple, une alternance entre des interrogatoires de personnages secondaires et témoins avec les différents éléments qui ont contribué à aboutir à ce mystère.  Deux éléments capitaux vont donc avoir lieu dans ce pilote et pourraient expliquer ce meurtre. Le premier est l’arrivée de Jane Chapman, interprété par Shailene Woodley, une jeune mère célibataire qui à première vue n’a pas grand chose à voir avec les autres femmes de la communauté, parmi lesquelles l’influente Madeleine Mackenzie campé par Reese Witherspoon, qui va très vite faire amie-amie avec Jane, et l’intégrer à son univers. Si Madeleine possède une certaine emprise sur la communauté de Monterey, ce n’est évidemment pas la seule, et Renata Klein, le personnage de Laura Dern, ne vas pas nous faire dire le contraire. Carriériste hautaine, elle semble opposée au petit groupe de Madeleine, par son refus d’être une femme au foyer. Le fait qu’elle prenne Jane pour une nounou montre clairement le gouffre qui la sépare de le jeune femme. Pour l’épauler, Madeleine peut cependant compter sur sa meilleure amie Celeste, un peu cougar sur les bords, jouée par Nicole Kidman, qui attise les convoitises à cause de son très jeune mari joué par Alexander Skarsgard. Ce premier épisode permet donc de faire un état des lieux des différents protagonistes, on arrive assez vite à cerner leurs caractères respectifs.

D’un autre côté, il y a une chose pour lesquelles ces femmes s’accordent, c’est l’amour pour leurs enfants. Ce sont toutes des mères, certaines ayant des problèmes avec des enfants adolescents, d’autres essayant de s’affirmer comme mère. C’est sur ce point que Big Little Lies va beaucoup jouer : le meurtre aura lieu pendant une collecte de fonds pour l’école, et le pilote se déroule pendant la journée d’orientation, une sorte de pré-rentrée. C’est d’ailleurs au cours de cette journée, que va se passer l’événement qui va cristalliser les relations entre le camp de Madeleine et celui de Renata. La fille de Renata aurait été étranglée par Ziggy, le petit garçon de Jane. Une marque sur le coup de la jeune fille comme seule preuve, Jane n’hésitera pas à défendre son fils. La méthode de la maîtresse qui demande à la petite fille de désigner le responsable mettra très vite le feu aux poudres. Une atmosphère assez crispante plane sur ce pilote, et le manque de véritable touche d’humour joue en sa défaveur.

Le pilote de Big Little Lies peine à véritablement convaincre. Si son statut de mini-série est certainement un plus, qui évitera à la série trop de digression, ce premier épisode ne donne pas suffisamment de clés pour s’intéresser au mystère. L’accident reste pour le moment très vague, les quelques bribes d’interrogatoires montrent uniquement une certaine rancœur pour les personnages principaux. Ces mêmes personnages, qui même si pour la plupart sont très bien interprétés, manquent cruellement d’empathie. La seule protagoniste véritablement attachante au bout de ses 45 premières minutes est Jane Chapman, par son plongeon dans ce monde qui lui semble diamétralement opposé. L’un des gros points forts de ce pilote reste cette projection des mères à travers leurs enfants, un point de vue qui évitera une redondance avec d’autres oeuvres et qui offrira certainement une originalité bienvenue à Big Little Lies, qui se présente majoritairement comme un soap avec son petit mystère à résoudre. La réalisation de Jean-Marc Vallée est propre et distinguée collant à la perfection avec l’univers dans lequel évolue la série.

Synopsis :  Un meurtre secoue la petite ville de Monterey. Parmi les personnes impliquées se trouve 3 mères de familles. Madeleine est une personne influente dans la petite communauté et possède quelques problèmes avec sa fille adolescente qui se rapproche de sa belle-mère. Celeste, quant à elle, attire la jalousie du fait de son mariage avec un homme plus jeune qu’elle. Jane, pour finir, est une mère célibataire qui vient d’arriver, et dont le fils aurait lors du premier jour d’école essayé d’étrangler la fille de Renata Klein une carriériste aux dents longues.

Big Little Lies : Bande annonce

Big Little Lies : Fiche Technique

Créateur : David E. Kelley ( basé sur le roman Big Little Lies de Liane Moriarty)
Réalisation : Jean-Marc Vallée
Scénario : David E. Kelley
Interprétation : Reese Witherspoon (Madeleine Mackenzie), Nicole Kidman ( Celeste Wright), Shailene Woodley ( Jane Chapman), Laura Dern ( Renata Klein), Alexander Skarsgard ( Perry Wright), Adam Scott (Ed Mackenzie), Zoe Kravitz ( Bonnie Carlson)
Directeur de la photographie : Yves Bélanger
Musique : Susan Jacobs
Production : David E.Kelley, Liane Moriarty, Barbara A. Hall, Jean-Marc Vallée, Reese Witherspoon, Nicole Kidman
Sociétés de production : Pacific Standard, Blossom Films
Genre : Soap, drame, policier
Format : 7 x 50 minutes
Chaîne d’origine : HBO
Diffusion aux USA : 19 février 2017

Etats-Unis 2017