spotlight-rachel-mcadams-michael-keaton-mark-ruffalo-john-slattery-tom-mccarthy-critique-film

Spotlight, un film de Tom McCarthy : Critique

[Critique] Spotlight

Synopsis : En 2001, à Boston, le nouveau patron du Boston Globe vient perturber la routine dans la salle de rédaction. Il veut relever la rentabilité du journal au risque de devoir faire des coupures. Les journalistes confortablement installés dans leur routine affirment que les abonnés sont satisfaits du contenu actuel et ne voient pas trop l’intérêt de changer la ligne éditoriale, mais le nouveau patron ne l’entend pas de cette oreille et va forcer une équipe spéciale attitrée à des dossiers plus pointus (Spotlight) de rouvrir le dossier des prêtres pédophiles… ce qui va causer une onde de choc qui va affecter plus que la salle de rédaction. Comment l’archidiocèse de Boston va-t-il gérer ce nouveau scandale à venir ?

A chaque décennie son scandale.

A l’heure où le journalisme d’investigation à l’ancienne commence à disparaitre, délesté de sa flamboyance par les assauts répétés d’Internet, ayant eu raison du caractère noble, jusqu’ici attachée à la notion même d’information, il est amusant de voir à quel point cette figure tutélaire de la société continue d’inspirer le cinéma. Si celui-ci avait déjà connu par le passé nombre d’itérations promptes à le voir pleinement endosser son statut de 4ème pouvoir (on pense notamment au mythique Les Hommes du President, qui s’est fait l’écho de démythifier le retentissant scandale du WaterGate), la perspective de voir un film embrasser à corps perdu le postulat d’une presse écrite, comme dernier rempart contre l’obscurantisme et l’ignorance, qui plus est de nos jours, a de quoi faire sourire. Face à une démocratisation progressive de l’information ayant réduit à néant l’espoir de voir débouler des scoops de l’ampleur du Watergate ou dans un registre plus drôle, du MonicaGate, il apparait ainsi comme relativement vain de voir de tels efforts, ,qui, s’ils renvoient à une des facettes essentielles du métier, à savoir informer à tout prix, n’en demeure pas moins purement anachroniques, puisque se faisant l’écho d’une vision archaïque si ce n’est dépassée du métier de reporter. michael-keaton-spotlight-tom-mccarthyC’est pourtant l’incroyable pari/défi qu’a souhaité relever Tom McCarthy, un artiste protéiforme du cinéma américain (entre réalisateur pour HBO, scénariste pour Pixar et occasionnellement acteur), qui avec Spotlight, a cherché à se faire le défenseur de la brigade d’investigation éponyme rattachée au Boston Globe, qui a officié plus d’un an durant, à la révélation d’un scandale ayant fait polémique : celui des prêtres pédophiles de Boston. Autant dire un sacré défi, surtout quand on est au fait de la prépondérance revêtue par le rôle du clergé dans la ville du Massachusetts, réputée pour l’importance et la ferveur de sa communauté catholique.

Un classique instantané

Et malgré la modernité de son sujet (le scandale a été révélé en 2002), on saura gré à Tom McCarthy de ne pas avoir voulu y apposer une mise en scène sophistiquée. Soucieux de coller à cette esthétique vintage, agissant comme legs du genre journalistique tout entier (quitte parfois à le singer adroitement) McCarthy donne à voir d’entrée de jeu le canevas dans lequel se nimbera l’affaire. Cadre classique et épuré, sobriété évidente, le début du film résonne un peu comme ces questions auxquels chaque reporter doit se soumettre un jour.
Où ? Un journal en perdition de Boston. Qui ? Des reporters à la vie sociale secondaire et aux repas uniquement fait de bière et de pizza en prise avec un rédacteur en chef à peine dans ses murs mais déjà autoritaire. Quoi ? Une vie de bureau ou s’entasse papiers et incertitudes. En somme toute la sève du film de journalisme. Pourquoi ? La team Spotlight a besoin d’un sujet pour maintenir son lectorat en place. Comment ? En ravivant non sans fracas les prémices d’un scandale qui n’attend qu’à se voir déterré. spotlight-rachel-mcadams-tom-mccarthy
De ces questions, qui infuseront le film tel une ligne directrice, McCarthy, bien aidé par un scénario se faisant l’écho de la complexité de l’affaire, sans succomber à une pale redite de toutes ses ramifications (l’affaire ayant duré un an, il aurait été impensable de mettre en scène tous les retournements de situation), donne à voir une figure de l’Eglise peu reluisante. A l’instar du Spectre dans l’univers James Bond, la meilleure idée aura d’ailleurs été de personnifier le rôle du clergé et de l’assimiler à cette image entrepreneuriale, devenue par la force des choses cette entité difforme, amorale et tentaculaire, s’infiltrant sans mal dans les plus hautes instances judiciaires et politiques de la ville, quitte à pousser certains avocats, ayant couvert ledit scandale, se décharger de cette ignominieuse responsabilité, sous le seul sceau du travail accompli.
Et de ce constat alarmant, McCarthy en tire paradoxalement son meilleur atout. Puisque si on pourra déplorer la sobriété de la mise en scène, qui témoigne de cette volonté de rendre anti-spectaculaire le travail de fourmi de ces reporters, et qui pêche finalement à assurer pendant les 2h l’intérêt qu’on peut y porter, la force du film sera de pouvoir composer avec l’aspect horrifique de son histoire tout ce qu’il y a de plus réelle, et qui tel un coup de massue, achève le spectateur. Dressant un attrait tout particulier pour le morbide dégagé par son histoire, McCarthy ne dépassera heureusement pas la ligne jaune, en se contentant de laisser filer son récit, sans l’entraver avec divers flashbacks ou autres images explicites, ce qui auraient probablement sapé la force du métrage, lui qui paradoxalement et c’est rare, bande ici ses muscles sur la seule énonciation des méfaits qu’ils cherche à dénoncer. spotlight-michael-keaton-tom-mccarthyOn ne saura toutefois, dans ce concert de louanges, omettre de mentionner le rôle tenu par les différents acteurs du métrage. S’il ne fait aucun doute que Michael Keaton et Mark Ruffalo sont à glorifier pour les rôles d’investigateurs téméraires et tenaces, on ne saurait oublier les prestations de John Slattery et Rachel McAdams, au diapason de l’ensemble, et qui n’auront de cesse à dévoiler cette vérité coûte que coûte, et ce malgré les pressions et autres remontrances de l’Église, piquée au vif par ces représentants du 4ème pouvoir qui auront par cet effort d’information, fait vaciller l’institution millénaire.

Véritable ode à un métier en voie de disparition, tout comme manifeste de la puissance du 4ème pouvoir, Spotlight s’avère en définitive être un film passionnant, mais surtout nécessaire, dont l’espoir véhiculé par cette brigade de reporters se révèle de plus en plus rare dans les productions cinématographiques actuelles.

Spotlight : Fiche Technique

Réalisation : Tom McCarthy
Scénario : Tom McCarthy et Josh Singer
Interprétation : Mark Ruffalo, Michael Keaton, Rachel McAdams, John Slattery, Liev Schreiber, Stanley Tucci
Direction artistique : Stephen H. Carter
Décors : Shane Vieau
Costumes : Wendy Chuck
Montage : Tom McArdle
Musique : Howard Shore
Photographie : Masanobu Takayanagi
Son : Paul Hsu
Production : Michael Bederman, Blye Pagon Faust, Steve Golin, Nicole Rocklin et Michael Sugar
Sociétés de production : Anonymous Content, Participant Media et Rocklin / Faust
Sociétés de distribution : Open Road Films (États-Unis), Warner Bros. France (France)
Langue originale : Anglais
Format : couleur – 1,85:1 Codex
Durée : 128 minutes
Récompenses : Oscars 2016 du meilleur film et du scénario original
Genre : drame
Sortie France : 27 janvier 2016

Etats-Unis – 2015

Rédacteur LeMagduCiné