le-grimoire-d-arkandias-ryan-brodie-timothee-coetsier-pauline-brisy-critique-film

Le Grimoire d’Arkandias, un film d’Alexandre Castagnetti et Julien Simonet – Critique

Critique, Le Grimoire d’Arkandias : De la magie mièvre et puérile

Synopsis : Dans le village de Ronenval, tout semble normal. Trop normal pour Théo qui ne rêve que d’une chose : échapper à son destin de boloss. Un jour, il déniche à la bibliothèque un livre de magie qui contient les secrets de fabrication d’une bague d’invisibilité. Avec l’aide de ses meilleurs amis Bonnav et Laura, il décide de fabriquer cette bague.

Trop souvent, le cinéma Français se cantonne à deux genres : la comédie et le policier. Avant toute chose, il convient donc de saluer le courage du producteur, Yves Marmion, qui a accepté de s’aventurer en dehors des sentiers balisés et trop souvent empruntés. Si Le Grimoire d’Arkandias est loin d’être exempt de défauts, il constitue malgré tout un changement bienvenu dans le paysage cinématographique, et on ne peut que souhaiter qu’il soit le premier d’une longue série, à tenter afin d’explorer de nouveaux territoires.

Plus jeune ne veut pas dire plus bête

Il faut dire aussi que la fantasy en France est un genre peu développé en littérature adulte. En l’occurrence, Le Grimoire d’Arkandias est adapté du roman pour enfant d’Eric Boisset. Le public visé est donc forcément jeune, voire très jeune, et cela se ressent. L’atmosphère est résolument tout public, les dialogues ne brillent pas par leur complexité et l’intrigue est réduite au strict minimum. En gros, un gamin comme les autres, voire un peu martyrisé, découvre la recette d’un objet magique qui va lui changer la vie. Un synopsis simple, qui aurait pu donner naissance à un scénario un peu plus complexe. Certes, Le Grimoire d’Arkandias s’adresse aux plus jeunes, mais ce n’est pas une raison pour tomber dans le mièvre.

C’est là le principal reproche adressé au film. On a parfois l’impression qu’il prend résolument les enfants pour des êtres dépourvus de toute intelligence et sens critique. Or, c’est justement à cet âge que se développent les références qui guideront et aiguilleront les goûts, qu’ils stimuleront à l’âge adulte. S’adresser aux plus jeunes, ne veut pas dire faire preuve de condescendance, et ce n’est certainement pas grâce à cette aventure qu’ils vont s’habituer au grand cinéma. Au-delà de l’intrigue simpliste, la réalisation est également loin d’être à la hauteur. Chaque mouvement de caméra est laborieux, et on a parfois l’impression que le cadreur est atteint du syndrome de Parkinson. Même Michael Bay parvient à plus de fluidité, c’est dire.

De l’importance du public cible

De plus, l’autre problème du film, c’est qu’il tombe parfois de manière spectaculaire à côté de sa cible. L’humour très potache et puéril, ainsi que les gags visuels très premiers degrés côtoient des dialogues qui semblent plutôt destinés à des pré-adolescents. Et l’âge du héros laisse à penser que ces derniers sont aussi visés par le film et son propos. À vouloir trop contenter les deux publics, Le Grimoire d’Arkandias risque bien de se fourvoyer. Les plus jeunes passeront à côté de certaines références et vannes un peu lourdes, tandis que les plus âgés auront du mal à se projeter dans ces deux héros résolument immatures.

D’autant que la production a fait le choix de confier les rôles principaux à de jeunes premiers, dont la prestation est pour le moins inégale. Si l’alchimie entre les deux jeunes garçons ne fait aucun doute, ils se laissent parfois déborder par l’enthousiasme, et ont bien du mal à avoir l’air sérieux en sortant des répliques pas toujours très heureuses. Surtout qu’ils sont entourés de plusieurs grands noms de la comédie, qui semblent avoir lancé un concours de celui qui cabotinera le plus. Si Clavier offre une prestation tout à fait correcte, le trio Isabelle Nanty-Anémone-Armelle mérite des claques, tant elles en font des tonnes.

Un premier essai pour le moins mitigé, donc, mais qui a le mérite d’exister. Le Grimoire d’Arkandias risque de se retrouver à la peine en cette période de grosses sorties, et de pâtir d’une cible mal définie. Toutefois, les plus jeunes devraient y trouver leur compte, et s’amuser de cette aventure bancale mais sympathique.

Le Grimoire d’Arkandias – Fiche Technique

France – 2014
Comédie, Fantastique
Réalisateurs : Alexandre Castagnetti, Julien Simonet
Scénaristes : Alexandre Castagnetti, Julien Simonet, d’après l’oeuvre d’Eric Boisset
Distribution : Ryan Brodie (Theo), Timothée Coetsier (Bonav), Pauline Brisy (Laura), Christian Clavier (Arkandias), Isabelle Nanty (Bertha Boucher)
Producteur : Yves Marmion
Directeur de la photographie : Yannick Ressigeac
Compositeur : Clément Marchand
Monteur : Thibaut Damade
Production : Cinéfrance 1888, Les Films du 24, UMedia, TF1 Droits Audiovisuels
Distributeur : UGC Distribution

Auteur : Mikael Yung

Plus d'articles
nouveau-monde-terrence-malcik-colin-farrell-critique-film
Le Nouveau Monde, épopée continentale et intimiste