Albert à l’Ouest de Seth MacFarlane : Critique du film

Dernier mis à jour:

Albert à l’Ouest : 1000 façons de (mou)rire dans l’Ouest

Les amateurs d’humour outrancier et de blagues gratuites connaissent bien Seth Mac Farlane. Le créateur des Griffin et d’American Dad, deux séries à l’humour corrosif et aux répliques bien senties, a fait ses débuts dans le monde de la réalisation il y a deux ans avec Ted. Cette aventure centrée sur un ourson en peluche mignon mais grognon, amateur de pétards et de femmes à petite vertu, avait cartonné au box-office, et prouvé que son humour très particulier pouvait parfaitement s’exporter sur grand écran, sur une durée plus longue que les vingt minutes auxquelles il est habitué.

Pour son second film, Albert à l’Ouest, Mac Farlane fait le choix de voir plus grand. Fini le confort de Boston, place aux plaines désolées de l’Ouest américain, pour une comédie toujours aussi décalée prenant pour cadre l’univers du western. Un monde peuplé de brutes à la gâchette facile, dans lequel survit Albert, un gardien de moutons peu amateur de duels. Lorsque celui-ci est plaqué par sa petite amie (Amanda Seyfried), il sera pris en main par la belle Anna (Charlize Theron), qui va lui apprendre les vertus du courage. Seul problème, la jeune femme est la fiancée de Clinch Leatherwood (Liam Neeson), brigand de grand chemin et meilleur tireur de l’Ouest.

Les fans de Ted se retrouveront en territoire connu. Même type d’humour borderline, mêmes dialogues à se tenir les côtes, mêmes situations abracadabrantesques. Les vannes fusent dans tous les sens, souvent complètement inattendues, toujours totalement gratuites. Le choix de faire dans le film d’époque ne l’empêche pas d’effectuer de nombreux parallèles avec la nôtre, et certaines répliques sont totalement dans l’actualité. S’il est moins irrévérencieux que Ted, qui faisait aussi dans le name-dropping à outrance, l’humour d’Albert à l’Ouest n’en reste pas moins mordant.

Petit changement, comparé avec ses productions habituelles, Seth Mac Farlane a choisi de se passer de l’élément comique central que l’on retrouve d’habitude. Que ce soit avec Brian ou Steewie dans Les Griffin, Roger dans American Dad ou Ted dans Ted, le trublion aime provoquer l’hilarité aux dépens d’un personnage, souvent complètement irréaliste, autour duquel gravite les vannes. Ce n’est pas le cas dans ce film, où les blagues partent de tous les côtés sans être centrées sur un seul personnage.

On retrouve aussi les défauts de Ted, à travers une réalisation plate et parfois maladroite, qui confirme que Mac Farlane est un enfant de la télé, et vient avant tout de l’animation. Les passages visant à provoquer l’émotion sont ainsi souvent insipides, et attirent plus la gêne que l’empathie. Heureusement, il reste un dialoguiste hors-pair, et possède un excellent sens du rythme, qui permet aux deux heures de film de filer sans que l’on ressente la moindre longueur.

Les amateurs d’humour gras et un peu bas du front trouveront une nouvelle fois leur bonheur dans cette nouvelle réalisation signée du créateur des Griffin, qui confirme qu’il est un auteur talentueux. Encore plus barré que Ted, plus abouti aussi, Albert à l’Ouest est une comédie déjantée, férocement drôle, à ne pas manquer.

Synopsis : la couardise d’Albert au cours d’une fusillade donne à sa fiancée volage la bonne excuse pour le quitter et partir avec un autre. Une belle et mystérieuse inconnue arrive alors en ville et aide le pauvre Albert à enfin trouver du courage. Des sentiments s’immiscent entre ces deux nouveaux alliés, jusqu’au jour où le mari de la belle, un hors-la-loi célèbre, découvre le pot-aux-roses, et n’a plus qu’une idée en tête : se venger. Albert aura-t-il le courage nécessaire pour venir à bout du bandit ?

Fiche Technique : Albert à l’Ouest

Titre original : A Million Ways to Die in the West
Réalisateur : Seth MacFarlane
Scénaristes : Seth MacFarlane, Alec Sulkin, Wellesley Wild
Interprètes : Seth MacFarlane, Charlize Theron, Amanda Seyfried, Liam Neeson…
Date de sortie : 2 juillet 2014
Durée du film : 1 h 57
Photographie : Michael Barrett, Paul Elliott
Montage : Jeff Freeman
Montage musical : Charles Martin Inouye
Costumes : Cindy Evans
Décors : Stephen J. Lineweaver
Producteur : Bluegrass Films, Fuzzy Door Productions
Distributeur : Universal Pictures International France

Auteur : Mikael Yung