the-border-police-frontiere-de-tony-richardson-avec-jack-nicholson-elpidia-carrillo-harvey-keitel-warren-oates-en-blu-ray-chez-rimini-éditions
Copyright : Universal Pictures / Orion Pictures / Rimini Editions

Police Frontière : Jack Nicholson, immigration et corruption en Blu-ray

Sortie ce 3 juin 2020 de Police Frontière en Blu-ray chez Rimini Editions. Le film réalisé par Tony Richardson en 1982 met en scène Jack Nicholson en policier chargé de lutter contre l’immigration clandestine mexicaine dans un cosmos de corruption et de misère.

Synopsis : Charlie Smith, policier, est muté à El Paso, près de la frontière mexicaine et est chargé de lutter contre l’immigration clandestine. Peu à peu, il découvre la corruption qui règne dans la police locale.

Jack Nicholson et l’American Way of Life des 80s

Ancien réalisateur du Free cinema, la nouvelle vague du cinéma britannique ayant marqué le grand écran de la fin des années cinquante jusqu’au milieu des sixties, Tony Richardson ne perd pas de son regard critique et ancré dans le territoire en réalisant des films pour Hollywood. En témoigne Police Frontière (The Border en VO) qui l’amène à capturer la vie à la bordure de la frontière Texas-Mexique, tant du côté américain que mexicain.

Ces visions se présentent au fur et à mesure du parcours de notre policier nouvellement commis à l’immigration, Charlie Smith. Peu d’acteurs auraient pu, comme Jack Nicholson, faire mine de présenter ce sentiment de découverte honteuse duquel naît une forme de culpabilité dévorant toujours un peu plus chaque jour le corps et l’esprit. En effet, Charlie n’arrivera plus à gérer ses rencontres avec la misère et la corruption.

Et ce, d’autant plus dans un cocon familial gonflé par l’égo consumériste et exubérant de sa femme propre aux années 80 et à ses excès. Charlie acceptera même de se laisser corrompre afin de pouvoir payer les dettes entassées chaque jour par sa compagne dont les achats ne cessent de clinquer dans une demeure déjà loin de correspondre aux possibilités salariales du policier. On se souviendra de cette formidable scène où la direction d’acteurs de Richardson permet à Nicholson de s’énerver calmement mais surement contre sa femme après s’être réveillé dans son lit gonflé à l’eau et avoir découvert l’achat de nouveaux fauteuils valant une fortune. La tension est tenue jusqu’à la fin de la scène, même après la rapide gifle et les pleurs de sa femme qui voulait lui offrir un « beau chez lui ».

Finalement, en anti-Scarface, Charlie lâchera tout ce qu’il a pour rétablir un statu quo imparfait mais vidé de tout hubris, après avoir utilisé les manigances  de la police des frontières corrompue à ses fins et contre eux-mêmes. À la lecture de ces lignes, certains pourraient ré-imaginer cette situation devant la caméra de James Mangold et penser ainsi à Copland. Mais il ne s’agit pas ici de répondre à l’appel du devoir comme Stallone dans le film cité, mais de lâcher cette vie de fantasmes et d’excès de l’American Way of Life 80s. Le personnage de Nicholson a agi ainsi pour deux raisons : par soif de justice dans un cadre légal à l’état moral anémique et pour se libérer un tant soit peu du carcan américano-capitaliste incompatible avec ses attentes humanistes et ses amitiés extraterritoriales notamment personnifiées par la formidable Elpidia Carrillo (Predator) alors âgée de vingt-et-un ans.

THE BORDER, Elpidia Carrillo, Jack Nicholson, 1982, (c)Universal
Elpidia Carrillo et Jack Nicholson dans Police Frontière (The Border).
Copyright : Universal Pictures / Rimini Editions

Police Blu-ray

L’édition présentée par Rimini présente un master d’Indicator/Powerhouse Films édité en 2018 et réédité par Kino Lorber aux Etats-Unis en juin 2019. Du côté de l’image, Police Frontière fait peau neuve. On peut regretter un manque de tenue concernant le contraste, la colorimétrie et le niveau de détails. Peu à redire du côté du son, la VO au DTS-HD Master 2.0 fait un très bon travail. La VF présente des voix claires mais un peu trop prononcées par rapport au rendu relativement correct des effets sonores.

Le film est accompagné par un unique complément, l’enregistrement sonore d’un hommage rendu à Tony Richardson en 1992 lors d’une rétrospective dédiée, précisément lors de l’introduction et du débat post-séance liés à la projection spéciale de son dernier film, Blue Sky. Ce dernier fut diffusé en salles en 1994 et non plus tôt en 1991 suite aux difficultés financières d’Orion Pictures.

Vanessa Redgrave (actrice et ex-femme de Richardson), Natasha Richardson (actrice et fille du réalisateur), Jocelyn Hebert (scénographe), Lindsay Anderson, Kevin Brownlow et Karel Reisz (en autres, cinéastes du Free cinema) animent l’heure d’enregistrement au volume parfois instable. Des retours sur la période du Free Cinema, l’implication de Richardson dans cette nouvelle vague (avec une gestion des producteurs très amusante), sa méthode de direction d’acteurs sur scène comme au cinéma, l’aspect politisé et social de son œuvre ou encore le passage à la réalisation de films américains sont évoqués avec beaucoup de nostalgie par les invités.

Police Frontière débarque dans le monde de la HD grâce à Rimini Éditions avec une galette Blu-ray relativement satisfaisante.

Bande-annonce – Police Frontière (The Border)

the-border-police-frontiere-de-tony-richardson-avec-jack-nicholson-visuel-du-blu-ray-rimini-editions
Aussi disponible en DVD.

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES Blu-ray

1080p – Mpeg-4 AVC – 2.35:1 – 16/9 – DTS-HD Master audio 2.0 Anglais & Français – Sous-titres : français – Durée : 108 min – 1982

COMPLÉMENTS

Hommage à Tony Richardson (57m36s)

Date de sortie : 3 juin 2020 – Prix de vente indicatif : 14,99 €

Note des lecteurs0 Note
4

Plus d'articles
dark-saison-3-netflix-critique-serie
Dark, saison 3 : entre le temps