l-empereur-du-nord-de-robert-aldrich-en-blu-ray-et-dvd-chez-wild-side

L’Empereur du Nord débarque en Blu-ray & DVD chez Wild Side

Ce mercredi 7 juin sort en Blu-ray et DVD chez les éditions Wild Side L’Empereur du Nord, film fou de Robert Aldrich. Entre aventure, drôlerie, et horreur, le film suit le périple ferroviaire de deux vagabonds clandestins concourant à un championnat de survie face au plus dangereux et tordu chef de convoi, un certain Shack.

Synopsis : Etats-Unis, années 30. La Grande Dépression plonge des millions d’Américains dans la misère. Des vagabonds arpentent le pays à la recherche d’un emploi ou d’une simple soupe. Certains tentent de voyager clandestinement à bord de trains. Le plus convoité est celui de la ligne 19. Mais la splendide locomotive est gardée par Shack, une brute sanguinaire et sadique, qui n’hésite pas à s’attaquer sauvagement à tous les « trimardeurs » qui osent monter sur sa machine. Seul un vagabond légendaire, appelé « Numéro 1 », ose défier le chef de train. L’affrontement devient inévitable…

À bout de souffle

Lee Marvin et Keith Carradine tiennent le coup tant bien que mal.

Sorti ce mercredi 7 juin en Blu-ray et DVD chez les éditions Wild Side, L’Empereur du Nord (1973) se laisse ainsi redécouvrir dans une formidable édition HD, au bonus véritablement intéressant (un entretien formidable avec le scénariste du film Christopher Knopf) et au livret (ici écrit par Doug Headline) constituant comme souvent un vrai plus dans le coffret.

Wild Side nous présente ainsi sous son meilleur jour vidéo – il semble – L’Empereur du Nord, périple de lutteurs modernes dans une Amérique contemporaine – les années 30 –, toutefois  barbare, dans le sens primitif du terme.

Oubliez Cena, Couture et les autres « monsieur muscle » du catch spectaculaire tel qu’on peut en voir aujourd’hui. Ici se joue un tout autre spectacle, d’une violence digne de celle du Rollerball ou de La Course à la mort de l’an 2000. Non, c’est pire que cela. Pour L’Empereur du Nord, le scénariste Christopher Knopf s’est inspiré de faits divers, tels qu’on en voit tous les jours, d’une violence éclaboussant nos yeux de spectateurs / lecteurs. Aldrich met en scène le survival de deux vagabonds, tous deux cherchant à vaincre le Shack sur son propre train, en survivant au trajet empli de pièges mortels. L’Empereur du Nord présente ainsi un championnat d’un malsain épouvantable, où les corps se déchirent au fur et à mesure des affrontements, et trouvent leur fin sous le passage mécanique et puissant du train. Ce dernier représente une figure étrange, ambivalente : il permet aux vagabonds de voyager pour trouver du travail, et ainsi revivre ou survivre encore un peu ; le train fait aussi figure de terminus vital pour ces êtres borderline.

Duel au sommet

Ernest Borgnine étrangle Lee Marvin.

Si les vagabonds sont considérés comme tels dans le film par des officiers de police, des gens de la populace, ou encore par Shack, ce dernier est lui aussi un type borderline. Interprété par le grandiose Ernest Borgnine, Shack est un cinglé antipathique et assoiffé de puissance. Ne nous y trompons pas, le train est aussi un outil de pouvoir pour Shack, peu apprécié par ses pairs, mais – hélas pour eux – bien placé dans la hiérarchie ferroviaire. Un homme important qui adore exposer son pouvoir en violentant les vagabonds trop hardis qui grimperaient sur son train, quitte à les envoyer se faire broyer sous le train. On l’avait trouvé charmant dans Marty, on l’avait adoré dans La Horde Sauvage, ou encore respecté dans Les Douze Salopards du même Robert Aldrich. Ici, Ernest Borgnine est terrifiant, repoussant… Bref, il incarne ici un être abominable, ou plus vulgairement, un salop.

Face à lui, un gamin arrogant en quête de gloire interprété par Keith Carradine, et surtout, le King, non, plus que ça, le « Numéro 1 ». Il a survécu à tous les trains et leurs chefs de convoi, prince parmi les vagabonds, Lee Marvin est l’Empereur du Nord. Aldrich met ainsi en scène un duel au sommet, celui de Marvin et de Borgnine (les deux lurons se retrouveront d’ailleurs dans Les Douze Salopards). Le conflit progressera pour terminer sur un combat d’anthologie.

Une (re)découverte à ne pas rater

Malsain, violent, drôle, empli d’action, aventurier, romanesque, terrifiant, épique, réaliste, brut, beau, physique, incroyable, fou, brillant… Bref, autant de qualificatifs et superlatifs qui viennent à l’esprit lorsque l’on pense à l’expérience filmique qu’est L’Empereur du Nord. Wild Side livre à nouveau une belle édition pour un film génial qui n’attend que vous pour le découvrir et/ou le revoir encore et toujours.

L’Empereur du Nord : Bande-Annonce 

[amazon_link asins=’B01NAYVKBE’ template=’ProductCarousel’ store=’cineseriesmag-21′ marketplace=’FR’ link_id=’229a5fcf-5db7-11e7-975b-61f0e28e73f4′]

Caractéristiques Techniques DVD

Master restauré HD – Format image : 1.85, 16/9ème compatible 4/3 – Format son : Français Dolby Digital 2.0, Anglait DTS 2.0 & Dolby Digital 2.0 – Sous-titres : Français – Durée : 1h54

Caractéristiques Techniques Blu-ray

Master restauré HD – Format image : 1.85 – Résolution film : 1080 24p – Format son : Anglais & Français DTS HD Master Audio 2.0 – Sous-titres : Français – Durée : 2h

COMPLÉMENTS 

L’art de survivre (30 min.) : entretien avec Christopher Knopf, scénariste de L’Empereur du Nord

+ Un livret exclusif de 86 pages, spécialement écrit par Doug Headline, illustré de photos d’archive rares.

Prix public indicatif : 24,99 Euros le Coffret Blu-ray + DVD + Livret

[irp]

Plus d'articles
lefkes-interview-musique-cinema
Interview : Lefkes ou le spleen en musique