andrew-steggall-departure-interview

Interview Andrew Steggall pour son film Departure

Andrew Steggall est le réalisateur du film aux six récompenses : Departure. Pour la sortie nationale de son premier long-métrage, empli de poésie, nous avons rencontré ce nouvel espoir du cinéma britannique.

Departure : une mélancolie familiale 

« C’est l’adieu du poète à son enfance. »

Departure est un film très personnel abordant de nombreuses thématiques autour de l’adolescence. Cette période fugitive est un sujet souvent exploré au cinéma, quel message souhaitiez-vous faire passer à travers cette œuvre ? 

andrew-steggall-alex-lawther-departure-interviewJe ne pense pas avoir de message. Je pense que chaque histoire est personnelle et idiosyncratique et donc quelque chose de nouveau et différent peut être perçu dans chaque film et par chaque spectateur. Si je devais dire quelque chose, peut-être que grandir c’est être assez courageux pour confronter la complexité et devenir plus empathique.

Departure c’est également un drame autour du lien du sang entre une mère et son fils. Pourquoi avoir choisi cette thématique ? Comment qualifierez-vous l’évolution de cette relation maternelle ?

L’histoire d’amour est centrale dans le film. Chacun des deux personnages apprend qu’ils partagent plus pour l’un et l’autre que ce qu’ils pensent. « L’acte d’amour » à la fin du film est « réservé/discret ». Ce n’est pas passionné mais c’est optimiste et c’est une réflexion de leur croissance en tant que personne. C’est ce qu’ils reconnaissent dans chacun d’entre eux, un besoin d’être aimé et qu’ils sont des êtres sexuels complexes et faillibles.

Departure parle de l’homosexualité, des relations familiales… Ce sont des messages forts et quelque peu tabous. A-t-on déjà comparé votre univers cinématographique à celui de Xavier Dolan ?

Je ne pense pas qu’il y ait quoique ce soit de tabou dans le film. La sexualité des personnages est privée, personnelle et pas vraiment quelque chose de transgressif. Ce sont des gens qui luttent vraiment avec des échecs pour communiquer honnêtement entre eux. «  Ils sont en quête de devenir plus en contact avec leurs désirs très humains et reconnaissant. » Xavier Dolan est brillant quand il est brillant.  Je serai ravi d’être comparé à lui.

L’esthétisme est particulièrement présent au sein de votre film. Quel message souhaitiez-vous faire passer à travers cette atmosphère poétique ? Était-ce une façon de dédramatiser la période de l’adolescence ?  

Je pense que la nature poétique du film est une réflexion du fait que c’est une manière, une adaptation ou une réalisation cinématique des idées que le personnage d’un adolescent, Elliot, décrit dans son carnet. Nous sommes en quête de sa version de la réalité et c’est un poète…les cartes postales et les citations sur son mur sont mixées avec les histoires dans sa tête et les évènements de son enfance et adolescence dans un genre de poème ou de rêve … appelé Departure. C’est l’adieu du poète à son enfance.

Departure a reçu de nombreuses récompenses dans de nombreux festivals, comment expliqueriez-vous ce succès ?

Je pense que quand les gens se reconnaissent dans les personnages, « ils ont une chaude réponse » au film. Souvent les jeunes personnages principaux à « l’âge moyen » sont dans les films, plutôt neutres et plaisants. Elliot est plus épineux et difficile. Mais si vous reconnaissez sa précocité et sa maladresse, alors vous tendez à le trouver assez drôle et vous pouvez voir l’ironie dans sa façon de se comporter. Je pense peut-être que certains spectateurs apprécient aussi le tempo et l’introspection du film.

Au détour d’une passion

« Xavier Dolan est brillant quand il est brillant.  Je serai ravi d’être comparé à lui. »

Un mot sur votre parcours ? andrew-steggall-departure

J’ai débuté comme acteur et ensuite directeur de théâtre et opéra avant de devenir réalisateur. Je pense que j’ai apporté avec moi un intérêt pour la performance et l’histoire par-dessus tout. Je ne suis pas sûr que j’aie une carrière. Je continue juste de faire ce que j’aime.

Quels sont vos influences à la fois cinématographiques et artistiques ?

J’ai plusieurs influences cinématographiques, musicales, artistiques et littéraires. Les films de Tarkovski, la musique de Purcell, les peintures de Victor Hugo et les écrits de Hesse.

Travaillez-vous actuellement sur un projet ?

Je travaille sur quelques idées pour des films. Un se déroule à Paris et parle du langage. Un autre se déroule au Royaume Uni et parle d’amour…

Redactrice LeMagduCiné
Plus d'articles
park-sofia-exarchou-sortie-dvd
Park, de Sofia Exarchou : une jeunesse perdue dans une Grèce en ruines