Allegiance, Une Série De George Nolfi: Critique

Critique de la série, Allegiance

Synopsis: Alex est un  petit génie, décoré de l’armée et recruté par la C.I.A. comme analyste. Ce qu’il ne sait pas c’est que ses parents sont d’anciens espions soviétiques qui vont être « réactivés » par les services secrets russes? pour préparer un terrible attentat contre les U.S.A.

Erreur de timming

Si la série Allegiance avait été produite dans les années 80, le succès aurait probablement été au rendez-vous et elle n’aurait pas été déprogrammée dès le sixième épisode, pour agoniser dans les limbes d’internet. Mais le public est exigeant de nos jours, il demande toujours plus de qualité et que chaque nouvelle série soit potentiellement cette série mythique qui enterrera la précédente. Allegiance vise malheureusement à côté de la cible…à côté de toutes les cibles en fait et parvient péniblement à tirer un maigre chaland de quelques spectateurs égarés.

Syndrôme 9/11

Il y avait un potentiel pourtant, bien sûr il s’agit d’une énième histoire de terrorisme qui réchauffe une nouvelle fois les attentats du 11 septembre 2001. Mais cette idée d’une famille d’espions transfuges, victimes et prisonniers de leurs passés, présageait de mieux que ça. Alors quelle idée que d’être allé nous placer cette éternelle « doctrine » de la haine de la Russie ? Car, même si le contexte politique s’y prête, même si les Russes de la série ne sont pas tous caricaturaux, cette recette accouche d’un plat qu’on a bien assez savouré et qui finit par écœurer.

Du sang !

Puis c’est trop propre tout ça, ça sent le terrorisme de salon. Il y a des héros qui souffrent, c’est vrai. Mais le public a pris goût à l’ignoble, à la monstruosité sans limites de Homeland, au cynisme arrogant de House Of Cards. Car en fin de compte, voilà le problème d’Allegiance, c’est que la morale est sauve. Que les gentils, même s’ils sont un (tout petit) peu ambigües, sont bien identifiables et identifiés. On se salit les mains, mais on sait tout de suite que c’est pour la bonne cause. Les scénaristes n’amènent pas le spectateur à remettre en cause ses valeurs morales. La morale ici, est prémâchée pour rendre tout ça bien digeste, que rien ne reste sur l’estomac.

Platitude

Jusque dans la mise en scène on ressent cette absence de proposer quelque chose, de remuer les tripes du spectateur. Là où les séries les plus ambitieuses se donnent les moyens du cinéma, Allegiance est plat. Alors là aussi c’est propre, tout roule sans anicroche, mais que c’est ennuyeux une mise en scène sans audace, sans un montage qui prend des risques, sans aucune imagination pour les transitions. C’est dommage, parce-que ce seul élément aurait pu suffir à décupler l’intérêt pour Allegiance.

Et molitude

Même chose pour les acteurs en fait, plutôt bons dans l’ensemble, mais cantonnés à des rôles très balisés. Des rôles qui ne leur ont certainement pas permis de proposer quoi que ce soit aux metteurs en scène. Que dire de Gavin Stenhouse (American Horror Story) dans son rôle de petit génie qui nous fait croire que l’intelligence rendrait associable, limite autiste. Hope Davis (Cœurs Perdus En Atlantide, L’Expérience Interdite) et Scott Cohen (L’Echelle De Jacob, Love Et Autres Drogues) qui jouent ses parents semblent ne même pas profiter de leur expérience. On joue, mais on joue peu. Margarita Levieva (La Défense Lincoln, Toy Boy) de son côté est belle, très belle. Quoi d’autre ? Rien… Finalement c’est Morgan Spector qui s’en tire le moins mal. Même si son jeu d’espion russe est un peu appuyé, c’est bien lui qui laisse le moins indifférent.

The Sound Of Silence

L’indifférence est le mot qui colle le mieux à la peau de cette série, tellement inoffensive. Les personnages sont beaux et propres sur eux, les méchants sont très cruels les gentils, des victimes évidentes. Rien de louche dans cette série, rien qui vient déranger, ce qui explique peut-être son échec. Nous sommes dans des sociétés qui, même si elles ne trouvent pas les réponses, sont en train de se poser beaucoup de question. Même si on ne s’attend pas à ce que les séries d’aujourd’hui apportent des réponses, on aimerait au moins qu’elles nous les posent, ces questions. Mais du côté d’Allegiance, silence radio…

Trailer – Allegiance

Fiche Technique – Allegiance 

Création : George Nolfi

Pays : U.S.A.

Diffuseur : NBC

Format : 13 épisodes de 42’

Distribution : Scott Cohen, Hope Davis, Margarita Levieva, Gavin Stenhouse & Alexandra Peters

Plus d'articles
Van-Gogh-critique-bd
« Van Gogh » : dessiner l’ineffable