jesse-eisenberg-biographie

Jesse Eisenberg : focus sur la star du box-office

Jesse Eisenberg : star du box-office et symbole d’une génération

Un physique atypique et une carrière en or, Jesse Eisenberg, la trentaine à peine (32 ans en octobre de cette année), est une tête d’affiche que bon nombre de réalisateurs s’arrachent. Les raisons qui lui valent ces faveurs : un choix judicieux dans les films, de grandes qualités d’acteur, sans oublier ce minois qui n’est pas pour déplaire !

Une filmographie béton :

Avec une carrière débutée en 2002, Jesse Eisenberg ne perd pas de temps pour se hisser en tête du box-office en passant par des œuvres à succès. Après une série ratée au côté de Anne Hathaway (La famille Green), l’acteur tourne dans Le Village en 2003 puis dans Cursed en 2005, aux côtés de Christina Ricci, où il incarne un adolescent timide qui se transforme en loup-garou sexy et gonflé aux hormones. Sa prestation dans Les Berkman se séparent est récompensée aux Gotham Awards, et Jesse Eisenberg poursuit son ascension avec Charlie Banks en 2007 et Adventureland : un job à éviter en 2009. La même année, la comédie horrifique Bienvenue à zombieland est un succès international récompensé aux Fangoria Chainsaw et sa carrière décolle.

En 2010, The Social Network fait vibrer l’auditoire et la critique. Jesse Eisenberg accumule lesjesse-eisenberg-lex-luthor récompenses : meilleur acteur aux festivals de Boston et Toronto et au National Board of review, meilleure distribution au festival d’Hollywood ainsi qu’à Phoenix, San Diego, Palm Springs et enfin meilleur acteur au National society of film critics awards et à l’Irish Film & Television.

Passionné d’écriture et de théâtre, le jeune acteur inscrit ensuite un Woody Allen à son CV avec To Rome with love en 2012 puis fait rêver le spectateur via son personnage de magicien dans Insaisissables en 2013. Après le thriller psychologique britannique The Double, le philosophique Nightmoves et le dramatique Plus fort que les bombes, Jesse Eisenberg est très attendu dans American Ultra, Batman V Superman, Insaisissables 2 et Zombieland 2 ! Preuve que ce garçon ne se repose pas sur ses lauriers…

Un succès mérité :

Jesse Eisenberg cueille aujourd’hui les fruits d’un travail assidu et rigoureux. Issu d’une famille modeste d’origine polonaise et ukrainienne, le jeune homme est passionné de comédie et débute sa carrière à Broadway à l’âge de 13 ans. Il se lance ensuite dans le cinéma à 16 ans mais doit davantage son succès à son perfectionnisme qu’à son physique de gringalet. Ainsi, pour son rôle dans Jewish Connection, l’acteur apprend l’hébreu tandis que pour The Social Network, il va jusqu’à enregistrer, apprendre et répéter avec la même volubilité toutes les citations de Mark Zuckerberg, le créateur de Facebook.

Pour Insaisissables, Jesse Eisenberg explique : « J’ai étudié la magie, mais je l’ai surtout pratiquée. Beaucoup. L’illusion, c’est un peu comme la comédie : si faire un tour peut s’apprendre en cinq minutes, le réussir à la perfection exige des années. Où que j’allais, je prenais donc toujours un jeu de cartes avec moi. »

jesse-eisenberg-insaisissables

Ce volontarisme poussé à l’extrême trahit sans doute un manque de confiance chez le jeune acteur qui laisse derrière lui un adolescent angoissé et solitaire. À ce sujet, Jesse Eisenberg admet d’ailleurs que le cinéma est plus facile que la vraie vie et que la thérapie l’aide beaucoup à se socialiser. Mais cette détermination est aussi une preuve de passion et de courage qu’il tient de sa mère, une artiste clown.

« Ma mère se levait tôt pour s’entraîner, ce qui donnait probablement l’impression qu’elle était un peu cinglée mais elle m’a enseignée l’implication nécessaire pour faire quelque chose de créatif. », avoue l’acteur.

Cette sensibilité et son faciès juvénile et angélique lui confèrent toutefois un charme indiscutable. C’est ce look d’intello BCBG qui lui a valu ses rôles de surdoué ou de geek, symbole de la jeunesse actuelle – la fameuse génération Y – et qui n’est pas sans déplaire à la gent féminine.

Plus d'articles
starman-john-carpenter-karen-allen-jeff-bridges-1984
Starman (1984), de John Carpenter : coiffé au poteau