nos-patriotes-gabriel-le-bomin-critique

Nos Patriotes, un film de Gabriel Le Bomin : Critique

Nos Patriotes aurait pu être intéressant dans son sujet rarement traité. Or, le ton que choisit Gabriel Le Bomin demeure bien trop faux et fade pour nous attirer complètement. 

SynopsisAprès la défaite française de l’été 1940, Addi Ba, un jeune tirailleur sénégalais s’évade et se cache dans les Vosges. Aidé par certains villageois, il obtient des faux papiers qui lui permettent de vivre au grand jour. Repéré par ceux qui cherchent à agir contre l’occupant et qui ne se nomment pas encore « résistants », il participe à la fondation du premier « maquis » de la région.

Gabriel Le Bomin se limite à un portrait honnête mais banal là où il aurait pu rendre hommage de manière puissante à un homme exceptionnel. Marc Zinga interprète brillamment le rôle d’Addi Bâ, tirailleur sénégalais qui refuse de rejoindre la zone libre pour rester combattre avec ceux qu’on appellera plus tard les Résistants. Déjà remarqué par ses justes interprétations dans Dheepan ou La Fille inconnue dernièrement, il est véritablement le point fort du film, celui qui fait que l’on reste dans la salle et que l’on est par moment pris dans les actions. Dès le début du film, on y est d’ailleurs brutalement plongé lorsque les tirailleurs doivent jouer des scènes de guerre devant les caméras. Pour les besoins d’un film de propagande, on leur fournit des fusils non chargés pendant que les Allemands devront réellement leur tirer dessus. Le film s’ouvre sur cette séquence déroutante qui plante le décor et installe l’ambiance immédiatement pour s’achever aussi tragiquement. Entre les deux, peu de panache… Le film devient rapidement un documentaire sur l’homme plutôt qu’une réelle fiction bouleversante. La vérité est très importante à montrer sur cet aspect peu connu de la Résistance mais l’oeuvre cinématographique n’en reste pas moins importante : elle est ici très décevante. L’histoire qui connaît pourtant quelques actions et rebondissements devient rapidement lassante dans son récit et le courage des résistants n’est mis en valeur qu’à la fin. Dommage pour cette partie de l’Histoire qui mériterait bien des médailles et des odes, dont on parle trop peu.

Si l’on peut reprocher au film de manquer de force et d’émotion, on ne peut pas critiquer la sobriété de la mise en scène qui met nettement en avant la nature vosgienne. Les plans appellent à la liberté, à l’air pur et libre dont ce pays en guerre poursuit encore la quête. La peur et le sentiment d’être enfermés dans des terres qu’ils ne contrôlent plus sont vraiment bien contrastés avec les forêts où le vent souffle et desquelles on peut voir l’horizon. Mais cette nature est représentée comme une délivrance en gardant des couleurs sombres et obscures montrant que la domination est bel et bien présente et qu’il y aura des jours noirs avant d’être libre. Ce besoin d’évasion, on le trouve aussi dans les rôles secondaires féminins avec Alexandra Lamy qui est la première à aider le tirailleur à se cacher, et Louane Emera, que l’on retrouve encore à vélo après La Famille Bélier. Si ce dernier lui avait valu un César, peu de chance ici de la voir triompher d’une quelconque récompense. Le film donne l’impression que ces deux personnages sont là pour gagner du temps et apportent des détails qui font tourner en rond l’histoire, qui manque vite de souffle. Alexandra Lamy est convaincante dans certains moments mais très loin d’avoir le talent qu’elle possède dans la comédie, dans les films considérés comme sérieux. Le film ne trouve alors que sa puissance à la fin avec une dernière scène qui marque vivement les esprits par cette intensité enfin trouvée, mais sans doute trop tard pour faire suffisament rentrer le spectateur dans l’histoire.

Nos Patriotes : Bande Annonce

Nos Patriotes : Fiche Technique.

Réalisation : Gabriel Le Bomin
Scénario : Gabriel Le Bomin, d’après l’oeuvre de Tierno Monénembo
Interprètes : Marc Zinga, Alexandra Lamy, Louane Emera, Pierre Deladonchamps
Musique : Fabian Romer
Décors : Nicolas De Boiscuillé
Costumes : Mahemiti Deregnaucourt
Producteurs : Farid Lahouassa, Aissa Djabri
Société de production: Vertigo Productions, France 3 Cinéma, La Vérité Production
Distributeur : Paname Distribution
Durée : 107 minutes
Genre : historique
Date de sortie : 14 juin 2017
France – 2017

Responsable Cinéma LeMagduCiné
Plus d'articles
Les galeries et salons d’art payants : qui paie la facture de l’art ?