oin-du-periph-critique-film-netflix

Loin du périph mais trop près de la catastrophe

1

Loin du périph débarque sur Netflix et reprend l’idée première de De l’autre côté du périph : mêler les classes, les mondes, les opposer pour mieux les rassembler (sic!). Or, le film y va à coups de pied dans la tronche. Entre castagne infinie et blagues infâmes plus que soulignées, pas grand chose à se mettre sous la dent. Quelqu’un leur a dit que nous étions en 2022 ?

Le cadavre est glauque, soit un homme coupé en deux. Drame de l’immigration ? Non, guerre de nationalistes blancs ! Oui, bon, on ne le sait pas de suite mais c’est ça. Alors le gentil flic noir et le bourgeois blanc se retrouvent sur l’enquête par un imbroglio dont on se demande pourquoi ils se sont pris la tête à l’inventer. Autant les rassembler comme ça, sans explication, ça fera moins de nœuds au cerveau. Il n’y en a pas un pour rattraper l’autre mais comme Mulan, on les pardonne parce qu’ils nous ont tous sauvés ! Ajoutez à cela une Izïa Higelin entre objet de fantasme (un peu minable) et twist pas du tout incroyable et vous obtenez le vide intersidéral. Oui, vous comprenez, l’un de nos lascars est si gentil qu’il ne peut pas supporter d’interroger une femme seins nus, mais ça ne le dérange pas de castagner tout ce qui bouge avant même un semblant d’interrogatoire.

On ne sait plus trop pourquoi ça a de l’importance qu’ils soient loin du périph, des gars qui enquêtent à la campagne, il y en a tout un tas le samedi soir sur France 3… ça ne fait pas tout une histoire. C’est à peu près la même subtilité qui se déploie ici, tout le monde est soit facho, soit gaucho, pas le choix. Les flics sont aussi bêtes que les mecs qu’ils poursuivent, mais en plus ils ont une arme légalement… bref, ça dérape dès les dix premières secondes à peu près. Tout a l’air d’être figé depuis dix ans et d’avoir été décongelé vite fait. Intoxication garantie, les blagues sont d’une lourdeur rarement égalée et en plus hyper appuyées, répétitives, infinies. On  a droit à une utilisation technologique elle-même d’une pauvreté infinie (reconstitution du crime…) ou encore une course poursuite sans aucun sens.

Tout ça aurait pu faire l’objet d’une critique, mais non, fuyez. Regardez une vieille rediffusion d’Inspecteur Barnaby… tout sauf ça. Il n’y a même pas un début de réflexion sur ce que le film prétend étudier, le nationalisme, la haine/peur des étrangers… et surtout on ne rit pas, c’est quand même le vrai problème pour une  comédie datée, poussiéreuse, à oublier. Pour trouver des gens qui veulent tout exploser pour repartir de zéro (c’est l’objet des « méchants »), amis du côté des « gentils », on ira lorgner vers le drame avec Nocturama (Bertrand Bonello, 2016) , rien à voir, mais ça ne fait jamais de mal de parler d’un bon film.

Bande annonce : Loin du périph

Fiche technique : Loin du périph

Synopsis : Dix ans après avoir fait équipe, Ousmane et François, deux flics que tout oppose, reforment à contrecœur leur tandem de choc. Pas franchement ravis de se retrouver, ils mettent le cap sur une petite ville des Alpes pour enquêter sur un meurtre particulièrement sordide. Mais, alors qu’ils pensent avoir élucidé l’affaire, Ousmane et François découvrent une réalité bien plus terrifiante ! De surprises en rebondissements, leur escapade loin du périph les pousserait même à s’apprécier …

Réalisation : Louis Leterrier
Scénario : Stéphane Kazandjian
Interprète : Laurent Lafitte, Omar Sy, Izïa Higelin, Dimitri Storoge, Stéphane Pézérat
Photographie : Thomas Hardmeier
Montage : Vincent Tabaillon
Production : Mandarin Films, Netflix France
Distributeur : Netflix
Date de sortie VOD : 6 mai 2022
Durée : 119 minutes

France – 2021

Reporter/Responsable sortie cinéma LeMagduCiné