Deadpool-2-film-David- Leitch-critique-movie-with-Ryan-Reynolds-Josh Brolin-Morena Baccarin

Deadpool 2 : La mare aux connards

Après l’agréable surprise d’un premier opus qui ne se prenait pas trop la tête, Wade Wilson reprend les sabres pour tailler dans le lard de la pop culture moderne. Et malheureusement ce qui devait arriver arriva. À force de pêcher par excès, Deadpool 2 devient ce qu’il s’évertue à caricaturer : un blockbuster paresseux entièrement dédié à l’humour jetable.

Il est toujours un peu triste de constater à quel point l’écurie Marvel a fait du dégât dans le paysage du blockbuster. Outre cette mode des univers étendus, partagés et digérés, et cette esthétique de tâcheron érigée en système, c’est surtout cette tyrannie du fun et du cool qui semble peu à peu ronger l’imaginaire collectif. Les films de super héros doivent être drôles et ne surtout pas prendre la tête du spectateur, venu pour siroter son soda et bouffer son pop-corn. Prenons pour témoin le dernier Avengers qui, malgré un méchant avec des atours d’antihéros tragique et une ambiance de saine apocalypse, ne pouvait résister a l’envie de glisser quelques vannes hors de propos. Même le versant « sombre et mature » (DC comics), a fini par rentrer dans les rangs de la positive attitude avec un Justice League remanié par Joss Wedhon,  artisan du cool devant l’éternel. Et qu’on ne vienne plus nous dire après ça que le Thor de Kenneth Branagh, pensé comme une comédie sur fond de mythes nordiques, n’aura pas marqué l’histoire…

Deadpool2-Ryan-Reynolds-film-critique-reviewEnfin bon, si on vous parle de ça ici, c’est qu’il s’agit bien du fond du problème. « Oui mais Deadpool est un crétin rigolo, donc c’est normal que le film soit une comédie » allez vous dire. Certes, le personnage crée par Rob Liefeld et Fabian Nicieza dans les années 90 est un bouffon rigolard et un peu psychopathe qui met régulièrement à mal la logique narrative des œuvres dans lesquelles il apparaît. Il est donc logique que son propre film soit dans une veine comique. Sauf que c’est l’humour avec un grand H qu’il faudrait repenser pour comprendre pourquoi ici, cette débauche de gags scabreux, de caméos surprises (Terry Crew, Brad Pitt, Matt Damon etc…) et d’auto-référence ne fonctionne pas.

Le premier film gagnait l’adhésion du public par son apparente simplicité. Une bonne partie de l’intrigue était centrée autour d’un affrontement sur un tronçon d’autoroute, où parfois le personnage se tournait vers nous pour expliquer un peu comment il en était arrivé là. L’unité de lieu qui s’étendait (temporellement et géographiquement) était finalement dans la logique même de cette narration « méta ». On n’était jamais vraiment sûr de la véracité des faits racontés. Par ce simple effet narratif, Tim Miller prenait à bras le corps la particularité du mercenaire (sa « comics awareness » comme ils disent) pour en faire un élément de mise en scène. C’était comme si le héros faisait son propre film au fur et à mesure. Plutôt fin pour un film qui s’est surtout vendu autour de son humour potache.

Mais pour diverses raison (on n’évoquera pas trop l’ego de l’interprète principal), Tim Miller s’est vu remercié après ce premier film pour être remplacé par David Leitch, encéphale gauche du succès John Wick, tandis que Reynold s’offrait la place de co-scénariste. Constatons rapidement que la partie artistique et baroque de John Wick était dans l’encéphale droit, et revenons donc à notre histoire d’humour.

S’il y’a un reproche que l’on peut faire à « l’humour marvel », ce n’est pas d’être nul, mais d’être trop souvent hors-sol. En tant qu’unités comiques, ces pastilles humoristiques fonctionnent bien, mais prises dans l’ensemble du film, elles semblent totalement déconnectées du sujet principal (par exemple Drax qui mange des chips alors que Thanos arrive dans Infinity Wars). Sauf les blagues de Captain America, qui renforcent le côté « héros de d’un monde disparu », ou les gags de Thor Ragnarök qui ne cessent de rappeler le déracinement des personnages et leur mauvaise maîtrise d’un nouvel univers. Pour faire simple, les moments drôles sont au service du sujet.

Deadpool-x-force-critique-cinemaDans Deadpool 2, comme dans toute mauvaise comédie, la hiérarchie est inversée et les blagues deviennent le sujet du film. Entièrement dédiés à la satisfaction d’un public de plus en plus gourmand de références roublardes et de clins d’œil de moins en moins subtils, les gags s’enchaînent, évoquant ça et là divers piliers de la pop culture (du générique à la James Bond sur le nouveau tube de Céline Dion à l’évocation des logiques de studios). On rigole parfois, mais au bout d’un moment la lassitude se fait sentir, car justement le film n’a pas de point de fuite ou de direction précise. L’introduction laisse sentir une envie d’emmener la franchise vers un horizon plus sombre… mais la promesse est non tenue, puisque même le spleen du héros est ramené au rang de la blague méta (il se compare à Logan). Et puis l’on nous promet la création d’une équipe de bras cassés, mais c’était encore une blague (qui en plus bloque tout développement d’autres personnages). Un méchant ultra-viril ? Pareil, on nous réchauffe l’opposition bateau entre le « sombre » de DC comics et le « fun » de Marvel. Ne parlons même pas de certains personnages iconiques condamnées à prendre des balles dans la tête ou des câbles éclectiques dans l’anus (Black Tom Cassidy, merci d’être passé). La seule obsession de Reynolds semble être d’enchaîner les blagues, remplissant ce que l’on appelle dans le jargon un cahier des charges.

Et puis, après une heure trente de gesticulation comico-lourdingue, un potentiel thème fort surgit de derrière les fagots. Et pas des moindres : celui de la maltraitance infantile et de la pédophilie (on n’invente rien, le mot est prononcé dans le film). Bigre, en voilà une surprise de taille, et on se retrouve avec une dernière demi-heure efficace où moments dramatiques, scènes d’action et idées comiques convergent toutes vers cette belle idée : faire leur fête aux salauds qui s’attaquent aux enfants. Donc voilà, il y avait bien un sujet à traiter dans ce Deadpool 2. Sans aller jusqu’à demander des blagues sur la pédophilie, nous étions en droit d’attendre que cette idée forte soit traitée avec un peu d’intelligence. Il aurait été possible de conserver la gouaille légendaire de Wade Wilson, tout en l’emmenant vers des horizons plus matures. Bref, faire de Deadpool un vrai super héros, tourné du côté des rebuts et des bras cassés de la société, c’était carrément jouable. Mais bon, à en croire Reynolds, qui préfère se vendre sur son auto-dérision, ce n’était pas le sujet.

Deadpool 2 : Bande-annonce

Synopsis : L’insolent mercenaire de Marvel remet le masque ! Plus grand, plus-mieux, et occasionnellement les fesses à l’air, il devra affronter un Super-Soldat dressé pour tuer, repenser l’amitié, la famille, et ce que signifie l’héroïsme – tout en bottant cinquante nuances de culs, car comme chacun sait, pour faire le Bien, il faut parfois se salir les doigts. 

Deadpool 2 : Fiche Technique

Réalisateur : David Leitch
Scénario : Ryan Reynolds, Paul Wernick, Rhett Reese, Rob Liefeld, Fabian Nicieza, d’après les comics de Rob Liefeld et Fabian Nicieza
Avec Ryan Reynolds, Josh Brolin, Morena Baccarin, Julian Dennison, Zazie Beetz, Morena Baccarin, Andre Tricoteux, Brianna Hildebrand…
Décors : Sandy Walker ; David Scheunemann
Costumes : Kurt and Bart
Photographie : Jonathan Sela
Montage : Craig Alpert, Elísabet Ronaldsdóttir et Dirk Westervelt
Bande originale : Tyler Bates
Genres Action, Comédie, Aventure
Sociétés de production : 20th Century Fox, Marvel Entertainment, Genre Films, The Donners’ Company
Distributeur Twentieth Century Fox France
Durée : 2h 00min
Date de sortie : 16 mai 2018

États-Unis

Redacteur LeMagduCiné
Plus d'articles
adieu-les-cons-albert-dupontel-film-critique-virginie-efira-albert-dupontel
Adieu les cons de Albert Dupontel : Un Grand soir un peu trop tiède