DA-5-BLOODS

Da 5 Bloods : Apocalypse Now version Black Lives Matter

Cinquante ans après la guerre du Vietnam, un groupe de quatre vétérans afro-américains retourne dans cette jungle mortelleLeur but officiel ? Rapatrier le corps de Norman, leur ancien frère d’armes, enterré par eux-même dans la jungle du Vietnam. En réalité, les quatre camarades avaient découvert un coffre rempli de lingots d’or et l’avaient secrètement enterré auprès du corps de Norman. Mais cette chasse au trésor aux faux airs de buddy movie s’avère plus difficile que prévu pour ces sexagénaires noyés par les traumatismes de la guerre. 

Spike Lee et sa fiction toujours emprunte de la réalité

Plus que des récits de fiction, les films de Spike Lee sont d’emblée puissants et chargés de messages. Dès l’introduction de Bloods, des images d’archives donnent le ton. Une interview de Muhamed Ali sur ses frères envoyés à la guerre, des images de manifestations pour la paix en parallèle d’images des victimes du Vietnam, implantent très explicitement le contexte social des USA de 1975. 

Da 5 Bloods veut montrer une perspective nouvelle, dans un Vietnam actuel, toujours hanté par les démons de la guerre. Un point de vue rarement dépeint des Vietnamiens, d’autant plus par des anciens GI afro-américains. 

Black People support Trump ?

Nos protagonistes sont le fruit d’une Amérique d’après-guerre, toujours traumatisée et enfermée dans cette violence inhumaine perpétrée. Un retour à la vraie vie n’a jamais été possible pour eux, surtout dans une Amérique déjà hostile et discriminante pour les afro-américains. Une vision perçue principalement par Paul (Delroy Lindo), en tant que pro-Trump engagé, virulent mais non moins intéressant à analyser. La performance finale de l’acteur est la réelle pépite du film. Son fils, David (Jonathan Majors) ne partage pas son extrémisme. Au contraire, sa vision vierge, presque trop naïve, à défendre des valeurs plus progressistes, le place en antagoniste de son père. Entre eux deux, Otis (Clarke Peters) s’évertue à réconcilier la bande, en faisant toujours appel au souvenir de Norman.

« Fist Up Nigga »

Une réaffirmation du Black Power par l’entremise du fantôme de Norman, aux allures de Martin Luther King en tenue de GI et ses discours énergisants, ces scènes de discours de Black Lives Matter semblent résonner en écho à notre contexte présent. Les vieilles images d’archives ressemblent tristement à nos captures de manifestations actuels. Une piqure de rappel alors essentielle pour tous, mais peut-être de trop pour un public déjà fidèle et partisan des idées de Spike Lee. 

Apocalypse Now 2.1

Comme on l’avait précédemment remarqué dans BlacKkKlansman (2018)Spike Lee s’amuse à pasticher des films des années 70 jusque dans la réalisation. Que ce soit par la bande-son ou les plans de camera, le film oscille sans cesse et de manière presque risible avec l’imitation d’Apocalypse Now. La musique culte du film de Coppola s’insère dans l’exposition de la jungle du Vietnam.  Les scènes de combats face à l’ennemi sont ponctuées d’une musique patriotique étouffante. Au final, ces scènes d’imitations grossières perturbent plus qu’elles ne divertissent 

Initialement prévu en Hors Compétition au Festival de Cannes 2020, Da 5 Bloods est un film qui assume totalement son mélange de genres : du film de guerre sanglant et patriotique au docu-fiction moraliste, en passant par le black buddy movie drôle et sympathique. Mais malgré les qualités cinématographiques d’un film qui aurait été acclamé sur la Croisette, le public de Netflix risque de moins apprécier sa longueur non négligeable de 2h35min pour une sortie en SVOD. Il faudra seulement compter sur le mouvement de BLM pour assurer une visibilité et un retour plus critique du film. 

 Da 5 Bloods: Frères de sang  – Bande Annonce

 Da 5 Bloods: Frères de sang –  Fiche technique

Réalisation : Spike Lee
Titre original: Da 5 Bloods
Interprètes : Paul (Delroy Lindo), Otis (Clarke Peters), Eddie (Norm Lewis), Melvin (Isiah Whitlock, Jr.), Paul (Jonathan Majors), Hedy (Mélanie Thierry), Simon (Paul Walter Hauser), Seppo (Jasper Paakkonen), Quân (Lam Nguyen), Michon (Sandy Huong Pham), Desroche (Jean Reno)…
Musique : Terence Blanchard
Photographie: Newton Thomas Sigel
Montage : Adam Gough
Production : 40 Acres & A Mule Filmworks, Rahway Road Productions
Distributeur : Netflix
Durée : 2h34min
Date de sortie VOD : 12 juin 2020
Genre : Drame, Action, Guerre

USA – 2020

 

 

Note des lecteurs0 Note
3.5

Plus d'articles
chantons-sous-la-pluie-donen-kelly-film-critique-kelly-oconnor-reynolds-good-morning
Chantons sous la pluie et le cinéma parlant : Une immersion dans une révolution