Or-noir-La-grande-histoire-du-petrole-critique-livre
« La grande histoire du pétrole », voilà la promesse formulée par le sous-titre d'Or noir, le volumineux essai de Matthieu Auzanneau. L'ancien journaliste d'investigation, aujourd'hui directeur du Shift Project, un think tank de la transition énergétique, retrace l'inénarrable épopée du pétrole, des puits de Bakou au cartel des sept sœurs en passant pour le choc de 1973 et la guerre en Irak.
Darkness-censure-cinema-critique-livre
Un peu plus d'un an après l'essai d'Arnaud Esquerre consacré à la censure cinématographique, la collection Darkness (LettMotif) se penche à son tour sur le contrôle des films en France. Comment ce dernier est-il organisé ? Dans quel but ? L'ouvrage, de nature compilatoire, est basé sur des articles et des interviews qui, ensemble, éclairent les mécanismes de classification à travers le temps.
« Ce qui me frappait toujours face à des truands de bas étage de la Mafia était ces expressions insipides, à croire qu’on leur avait ciré le visage au suif, ainsi que ces modèles de discours inertes et passe-partout dont ils croyaient que c’était une marque de recherche et de sophistication. »
1984-critique-bd
S'il est un roman d'anticipation faisant écho aux années Trump, c'est bien 1984, de George Orwell. Peu après l'élection du président républicain, l'ouvrage caracolait en effet en tête des ventes sur Amazon. À bien des égards, la novlangue a été twitterisée par l'ancien magnat de l'immobilier, tandis que ses mensonges à répétition pouvaient évoquer les réécritures historiques du « Miniver », le ministère de la Vérité orwellien. Aux éditions Soleil, Jean-Christophe Derrien et Rémi Torregrossa portent en phylactères et vignettes l'une des dystopies les plus importantes de l'histoire de la littérature.
« Hahaha ! Je t’en foutrais moi, de la mouvance ! A mon âge, c’est davantage de la trainance que de la mouvance. Mon dernier forfait était d’ailleurs l’arrachage d’un détecteur de mouvance dans les chiottes du bar Le rami, dans le 18e… »
Mirages-et-folies-augmentees-critique-bd
Philippe Druillet n'est pas étranger à la réinvention de la bande dessinée française dans les années 1970-1980. Ce touche-à-tout (peinture, photographie, opéra-rock) prend rang aux côtés de Mœbius ou Gotlib pour son inventivité et ses partis pris radicaux. Mirages et folies augmentées, réédité chez Glénat, renferme quelques histoires courtes qui, déjà, témoignent de la patte singulière du scénariste-dessinateur.
Ruines-BD
Dialogue entre George et Samantha dans le taxi à leur arrivée à Oaxaca) « - Ca veut dire quoi « Fuera URO » ? - Il (leur chauffeur) dit que URO signifie Ulises Ruiz Ortiz… le nouveau gouverneur… et « Fuera » signifie « dehors ». - « URO » a fait quelque chose de particulier ? - Il a truqué son élection. - Ah… Rien de spécial. »
Il-faut-flinguer-Ramirez-critique
Grand succès de librairie, Il faut flinguer Ramirez fait partie des nouvelles séries les plus populaires de ces deux dernières années. Traversé de références cinématographiques, arrimé à un réparateur d'aspirateurs muet et désireux d'une vie bien rangée, ce deuxième tome, haletant, fait la part belle aux poursuites, fusillades et associations dépareillées, mais aussi aux tirades fusantes et parfaitement troussées.
Paion-Femmes-critique-livre
Le scénariste et dessinateur italien Milo Manara n'est pas un inconnu en ce qui concerne les représentations féminines. Il fait en effet partie des figures de proue de la bande dessinée à caractère érotique. Passion Femmesrassemble une collection de dessins, neufs comme anciens, qu'il a destinés tant à la bande dessinée qu'à la publicité ou à la presse.
En plus d'être la cathédrale gothique la plus célèbre de France, Notre-Dame de Paris est aussi un roman majeur de Victor Hugo. Publié en 1831, il nous conte l'histoire de Quasimodo, Esmeralda, Frollo et Phoebus. Histoire d'amour, de haine et d'indifférence, histoire de passion aussi, dont les péripéties sont surtout connues pour les nombreuses adaptations, plus que pour le texte lui-même. Avec ses 940 pages, l'ouvrage délivre une qualité littéraire exceptionnelle, comme une récompense, au lecteur qui ouvrira les pages de Notre-Dame de Paris, sans doute l'un des plus beaux romans jamais écrits en langue française.