festival-gerardmer-2019-selection

26ème Festival International du Film Fantastique de Gérardmer : la sélection

On ne change pas les bonnes habitudes et le Mag du Ciné va une nouvelle fois poser ses valises dans la belle station de Gérardmer à l’occasion du Festival International du Film Fantastique. Se déroulant du 30 janvier au 3 février, le festival va à nouveau faire la part belle à la découverte de cinéma de genre de tous horizons. Alors avant de se les geler dans les Vosges et de se goinfrer de peloche, faisons un petit point sur l’alléchant programme qui nous attend.

Après avoir fêté en grande pompe son quart de siècle l’an dernier, le Fantastic Arts pour les intimes nous offre pas moins de 42 longs-métrages et 5 courts-métrages pour cette 26ème édition. L’occasion de retrouver les catégories habituelles plus quelques surprises. Comme d’habitude, 10 films vont se battre pour remporter le Grand Prix du festival. Grand Prix qui sera remis cette année par un jury présidé par le duo Gustave Kervern et Benoit Délépine. Le jury fera cette année la part belle au genre avec deux réalisateurs renommés à ce niveau : Fabrice du Welz et Yann Gonzalez. Un jury qui fait d’ailleurs régner la parité. On compte aux côtés des 4 réalisateurs en effet 4 femmes : Vanessa Demouy, Astrid Bergès-Frisbey, Ana Girardot et Marie Gilain. Un jury de 8 personnes qui aura donc la lourde tache de départager 10 films d’horizons différents.

Peu de grands noms cette année, mais plutôt une mise en avant de jeunes cinéastes avec pas moins de trois premiers films. Parmi ces coups d’essai, on retrouve Aniara réalisé par le duo suédois Pella Kagerman et Hugo Lilja. Un film de science-fiction où la population de la Terre se voit obliger de rejoindre Mars après avoir épuisé toutes les ressources de la planète. Un côté post-apo que l’on retrouve également dans l’autre représentant suédois de l’année, qui est également un premier film, The Unthinkable. Réalisé par le collectif Crazy Pictures, The Unthinkable fait état d’un attentat terroriste qui a bouleversé le pays. Autre débutant derrière la caméra, Justin P. Lange viendra présenter avec The Dark, une étrange histoire d’amitié entre un garçon maltraité et une morte-vivante. Comme on le sait, les zombies et autres infectés ont la cote dans la ville vosgienne. Là encore plus d’œuvres vont essayer de s’approprier les codes d’un genre à part entière. La réalisatrice suédoise Carolina Hellsgard représente l’Allemagne avec Endzeit qui lorgne du côté de The Last of Us tandis que chez les Coréens, zombies rime avec Histoire dans un film d’infectés aux allures médiévales, de quoi offrir un mélange des genres avec Rampant. La Corée qui a connu ses heures de gloires dans le festival et qui revient cette année avec 2 films. Aux côtés de Rampant, on retrouvera The Witch Part 1 : The Subversion qui laisse planer le mystère sur les particularités de sa jeune héroïne. Du côté anglophone, l’Angleterre nous offre une réunion de Noël qui risque de mal tourner avec Await Further Instructions. Outre-Atlantique, le Canadien Lifechanger suit un personnage se voyant dans l’obligation de trouver un nouveau corps pour survivre, tandis que les États-Unis auront l’honneur d’ouvrir le festival avec Escape Game d’Adam Robitel mais surtout d’offrir le film le plus subversif de la sélection avec Puppet Master : The Littlest Reich.

Parce qu’il n’y a pas que la compétition qui fera vibrer les festivaliers pendant ces 5 jours, le programme propose de nombreuses séances hors compétition. On retrouve d’ailleurs beaucoup de films ayant fait parler dans d’autres festivals comme Freaks lauréat de l’œil d’or du PIFFF 2018, Meurs, Monstres, Meurs le mystérieux thriller venu d’Argentine ou encore Mandy de Panos Cosmatos qui aura fait son effet sur la Croisette avec son Nicolas Cage possédé. La séance tous publics sera quant à elle un événement en soi car elle présentera en avant première le 3ème volet de la saga Dragons de Dreamworks. Présent dans le jury courts-métrages, Sébastien Marnier viendra présenter une séance spéciale de son dernier long-métrage, L’heure de la sortie. Deux documentaires qui raviront les amateurs de cinéma de genre seront également projetés. L’un aura pour sujet Phil Tippett, grande figure des effets spéciaux et du stop motion, tandis que l’autre, Beyond Blood fera la part belle au cinéma d’horreur made in France. Pour finir, on pourra faire un petit détour par la Tunisie avec Dachra, la Thaïlande avec Ghost House et la Russie avec Mermaid, Le lac des âmes perdues qui clôturera les festivités le dimanche 3 février. Pour les amateurs de fun et de film décomplexé, la mythique nuit décalée fait son retour avec cette année au programme des volleyeuses face à des rednecks dans Girls with balls et des rockers face à des fourmis géantes dans Dead Ant.

Comme chaque année, le Fantastic Arts aime également puiser dans le cinéma de patrimoine. Le festival rendra d’ailleurs hommage à non pas une mais deux personnalités. La première est le cinéaste américain et ami de Quentin Tarantino, Eli Roth. L’occasion d’offrir une rétrospective complète de son oeuvre de Cabin Fever à La prophétie de l’Horloge en passant par son diptyque Hostel. L’autre invité d’honneur n’est autre que l’acteur à l’impressionnante filmographie Udo Kier. Difficile ici de faire une rétro exhaustive, mais le festival nous offrira un panorama très varié allant du bis italien avec Chair pour Frankenstein au blockbuster Blade en passant par Melancholia de Von Trier ou le très perché Iron Sky. En partenariat avec l’éditeur indépendant Le chat qui fume, le festival inaugure cette année une section Rétromania, mettant à l’honneur des films de genre rares restaurés pour l’occasion. Au programme de cette nouvelle catégorie, le culte Maniac de William Lustig, mais également la Rose écorchée un film oublié du genre français des années 70 et le Renne Blanc une curiosité venue de Finlande. L’autre événement qui s’avère particulièrement alléchant est la nuit blanche consacrée à l’Ozploitation, ces films de série B complètement barjos venu d’Australie. Un nuit constitué de trois films rares Night of Fear, Long Weekend et Fair Game. Tout cela augure donc un séjour mouvementé dans la station vosgienne que Le Mag du Ciné s’efforcera de vous retranscrire de la meilleure des façons.

COMPÉTITION OFFICIELLE DE LONGS-MÉTRAGES

  • Escape Game de Adam Robitel (États-Unis, Afrique du Sud) (Film d’ouverture)
  • Aniara de Pella Kagerman et Hugo Lilja ( Suède)
  • Puppet Master : The Littlest Reich de Sonny Laguna et Tommy Wiklund (États-Unis)
  • Endzeit – Ever After de Carolina Hellsgard (Allemagne)
  • Rampant de Kim Sung-hoon (Corée du Sud)
  • Await Further Instructions de Joseph Kevorkian (Royaume-Uni)
  • Lifechanger de Justin MacConnell (Canada)
  • The Witch Part 1 :The Subversion de Park Hoon-jeong (Corée du Sud)
  • The Unthinkable de Crazy Pictures ( Suède)
  • The Dark de Justin P. Lange (Autriche)

 

HORS-COMPÉTITION

  • Meurs,Monstre, Meurs de Alejandro Fadel (Argentine, France, Chili)
  • Zoo de Antonio Steve Tublén (Danemark, Suède)
  • L’heure de la sortie de Sébastien Marnier (France)
  • Beyond Blood de Masato Kobayashi ( Japon)
  • Phil Tippett : Mad Dreams and Monsters de Gilles Penso et Alexandre Poncet (France)
  • Freaks de Adam Stein et Zack Lipovsky (États-Unis)
  • Blackwood le pensionnat de Rodrigo Cortès (Espagne, États-Unis)
  • Mermaid, Le Lac des âmes perdues de Svyatoslav Podgaevskiy (Russie) (Film de clôture)
  • Mandy de Panos Cosmatos (Belgique, États-Unis)
  • Dragons 3 : Le Monde caché de Dean Deblois (États-Unis) (Séance tous publics)
  • Ghost House de Rich Ragsdale (États-Unis, Thaïlande)
  • Dachra de Abdelhamid Bouchnak (Tunisie)

NUIT DÉCALÉE

  • Girls with balls de Olivier Afonso (France, Belgique)
  • Dead Ant de Ron Carlson (États-Unis)

NUIT OZPLOITATION

  • Long Weekend de Colin Eggleston (Australie)
  • Fair Game de Mario Andreacchio (Australie)
  • Night of Fear de Terry Bourke ( Australie)

RETROMANIA

  • Maniac de William Lustig (États-Unis)
  • La Rose écorchée de Claude Mulot (France)
  • Le Renne blanc de Erik Blomberg (Finlande)

HOMMAGE A ELI ROTH

  • Cabin Fever
  • Hostel
  • Hostel 2
  • Knock Knock
  • The Green Inferno
  • Death Wish
  • La prophétie de l’Horloge

HOMMAGE A UDO KIER

  • Chair pour Frankenstein de Paul Morrissey et Antonio Margheriti (Italie, France, Royaume-Uni)
  • Blade de Stephen Norrington (États-Unis)
  • L’ombre du vampire de E. Elias Merhige (États-Unis, Royaume-Uni, Luxembourg)
  • Love Object de Robert Parigi (États-Unis)
  • Melancholia de Lars Von Trier (Danemark, Suède, France, Allemagne)
  • Iron Sky de Timo Vuorensola (Finlande, Allemagne, Australie)

COMPÉTITION COURTS-MÉTRAGES

  • Graines de Hervé Freiburger
  • Tu cultiveras la terre de Jessica Puppo
  • Pleine Campagne de Pierre Mouchet
  • Diversion de Mathieu Mégemont
  • Atomic Ed de Nicolas Hugon

 

Plus d'articles
ringo-lam-full-alert
Full Alert : L’épitaphe de Hong-Kong par Ringo Lam