Critique Série: Metal hurlant chronicles saisons 1 et 2

[Critique] Metal hurlant chronicles

Synopsis : Les différentes histoires n’ont rien en commun, si ce n’est le Loc-Nar (« Metal Hurlant »), météore vert qui traverse l’espace et le temps, bouleversant la vie des habitants qui l’aperçoivent en semant le mal derrière lui, et témoin de leurs destinés mouvementés, souvent tragiques.

A l’origine une BD

Gun-fight-futuriste-Metal hurlant chronicles« Metal hurlant chronicles » est un projet plutôt atypique. Il s’agit en effet d’une série française de science-fiction, un genre rare dans nos contrées, tournée en partie avec des acteurs étrangers, à la fois en anglais et en français, et bénéficiant d’un budget suffisant lui assurant des effets spéciaux appréciables, à défaut d’être ceux d’un film, ce qui a toutefois l’avantage de lui donner une pâte visuelle caractéristique, que n’aurait pas une grosse production remplis d’effets numériques rutilants.

La série est l’adaptation d’une revue de BD française, « metal hurlant », crée dans en 1974 par les Humanoïdes associées », groupe dans lequel on retrouve entre autre l’auteur Moebius. Le magazine proposait divers histoires courtes, mélangeant les genres, tantôt horrifiques, fantastiques, futuristes, et tantôt angoissantes, dérangeantes ou décalées. Il n’est ainsi pas surprenant de voir un drone pénétrer à l’intérieur d’un château médiéval, ou un lapin géant massacrer des robots révoltés ! La revue a servi de tremplin à différents auteurs reconnus, tel Bilal ou Jodorowsky. Elle a marquée son époque et son influence a même atteint l’autre côté de l’atlantique chez les américains qui ont crée leur propre version du magasine, « heavy metal ». Et certains auteurs comme Moebius nommé plus haut ont même été appelés à participer à la conception graphique de films de SF devenus cultes (le cinquième élément, alien, tron).

Un mélange de genre surprenant

Western-metal-Metal-hurlant- chroniclesEn reprenant la structure une histoire par épisode, la série s’apparente ainsi à une anthologie qui n’est pas sans rappeler des œuvres comme la « 4ème dimension ».

Ce type d’histoire n’est pas sans rappeler les nouvelles, format chère à la science-fiction, avec des histoires courtes se concluant souvent par une révélation ou un retournement inattendus.

Aliens hideux, cités futuristes, humour noir ou ambiance pesante, univers sombre, malsain voir totalement kitch, mélange audacieux de genre ou d’époque, déluge d’armes à feu, guerrières aux formes parfaites, la série reprend les éléments traditionnels de la science-fiction, tout en conservant le côté caricatural de l’époque, pour créer une sorte de plaisir coupable, et une vraie curiosité.

Les 12 épisodes (6 par saisons) sont de qualités diverses, si certains sont séduisants par l’univers qu’ils proposent, leur ambiance visuelle ou la réalisation, voir la fin surprenante, d’autres sont plus anecdotiques. Le format de 30 minutes par épisode ne permet pas non plus de réellement approfondir l’univers ou l’histoire, ce qui donne parfois une impression d’inaboutissement. Enfin le jeu des acteurs s’avère inégal.

Pretres-à-visage-de-tortue-Critique Serie-Metal-hurlant chronicles-saisons-1-et-2On pourrait citer comme histoire intéressante celle avec la planète des moines tortues (pour les décors spatiaux), les gladiateurs (pour le mélange des époques), la révolte des robots (pour la réalisation des combats), le far west, le château ou personne ne meurt (pour l’ambiance malsaine), et celle avec les simulations virtuelles (pour l’idée développée).

Une saison 3 semble être prévu avec un changement dans la forme : elle contiendrait 12 épisodes pour des histoires plus sérialisés et un casting récurrent.

Une curiosité

Pas une œuvre indispensable à voir certes, « Metal Hurlant Chronicles » est toutefois un projet suffisamment rare pour mériter que l’on s’y intéresse, d’autant qu’elle ne prend guère de temps à visionner et qu’elle permet de découvrir l’univers caractéristique d’un magazine français qui a marqué le 9ème art (un film existe par ailleurs), dont le style graphique se retrouve dans plusieurs films, et une œuvre majeur d’une science fiction sans limite, diverse et variée, ouvrant la porte à des horizons infinies. A noter que la saison 2 est dans l’ensemble meilleure que la première.

Metal Hurlant Saison 2 Teaser episode 1 « the Endomorphe »

Metal Hurlant Chronicles : Fiche technique

Création : Guillaume Lubrano
Réalisateurs : Guillaume Lubrano
Scénaristes : Guillaume Lubrano (12 épisodes), Justine Veillot (7 épisodes) et Dan Wickline (1 épisode)
Producteurs : Guillaume Lubrano, Justine Veillot
Musique : Jesper Kyd
Société de production : WE Productions, Belvision et Nexus Factory
Genre : Science-fiction
Chaîne d’origine: France 4
Nationalité : Français, Belgique
Nombre d’épisodes : 12
Durée : 30 minutes

 

Rédacteur CineSeriesMag